4 films avec Jean-Pierre Bacri qui ont marqué notre adolescence


Le comédien et auteur Jean-Pierre Bacri est décédé ce lundi 18 janvier. Avec lui, c'est une page emblématique de la comédie française des années 1990 qui se tourne.

Triste nouvelle pour démarrer la semaine, on a appris lundi 18 janvier que le comédien et auteur Jean-Pierre Bacri était mort des suites d’un cancer à 69 ans.

Si vous êtes né·e dans les années 1980 ou au début des années 1990, il y a des chances pour que son visage — »je fais pas la gueule, c’est ma gueule »— vous soit familier.

Il faut dire que les films dans lesquels il apparaît (co-écrits avec Agnès Jaoui pour la plupart) sont vraiment des comédies françaises emblématiques de ces années là. En voici quatre, à (re)découvrir sans attendre.

1 – Cuisines et dépendances, l’adaptation d’une pièce de théâtre à succès

En 1993, le film Cuisines et dépendances sort sur les écrans et raconte l’histoire d’un dîner entre amis qu’on ne voit jamais réellement, puisque tout le principe du film consiste à ne filmer que les apartés dans la cuisine. Chaque personnage venant partager ses rancœurs, critiques, etc.

Adapté d’une pièce de théâtre écrite par Jean-Pierre Bacri et Agnès Jaoui, il est l’occasion pour le comédien d’apparaître dans un personnage de râleur invétéré qui deviendra un peu sa marque de fabrique au fil du temps.

2 – Un air de famille, repas d’anniversaire et vieilles rancunes

Sorti en 1996, le film est encore une adaptation d’une pièce de théâtre du duo Bacri/Jaoui, mais il est réalisé cette fois-ci par Cédric Klapisch (L’auberge espagnole, Ma part du gâteau). Cette fois-ci, l’action se passe dans un café tenu par Henri Ménard, incarné par Jean-Pierre Bacri.

Chaque semaine, sa famille s’y réunit, mais cette fois-ci, alors qu’on s’apprête à fêter l’anniversaire de Yolande, la femme de Philippe, le frère d’Henri (ça va, vous suivez toujours ?) les vieilles rancunes familiales ressurgissent. Comme dans chacune des pièces et films écrits par le duo, on se régale avec leur humour grinçant, tout en éprouvant beaucoup de tendresse pour leurs personnages qui nous ressemblent finalement pas mal.

3 – On connait la chanson, l’ovni musical à la française

Réalisé par Alain Resnais, le film sorti en 1997 raconte l’histoire de six personnages principaux et de leurs intrigues amoureuses sur fond de visite d’appartement. (Oui, oui).

Mais vous connaissez sûrement le film pour son parti pris : régulièrement, les comédiens et comédiennes reprennent en play-back des bribes de chanson pour accompagner l’action, avant de reprendre leurs dialogues comme si rien ne s’était passé.

4 – Didier : humour loufoque garanti avec Alain Chabat

En 1997, Jean-Pierre Bacri apparaît dans un autre film dont vous vous souvenez peut-être : Didier. Réalisé par Alain Chabat qui obtiendra un César du meilleur premier film à cette occasion, celui-ci raconte l’histoire de Jean-Pierre (Bacri donc), agent de football qui a accepté de garder Didier, le chien d’une amie. Sauf qu’au cours de la nuit, le labrador prend une apparence humaine, celle d’Alain Chabat.

Toujours doté d’une mentalité de chien, Didier se révèle doué pour le football. Un moyen pour l’agent de remplacer ses meilleurs joueurs blessés ?

Enfin, impossible de terminer cet article sans mentionner deux apparitions de Jean-Pierre Bacri dans des films cultes pour les enfants des années 1990.

Dans La cité de la peur, il incarne le troisième projectionniste « Ça va couper chérie » et dans Astérix et Obélix : mission Cléopâtre, c’est lui qui fait la voix du documentaire sur la langouste.

Alors, si Jean-Pierre Bacri vous manque déjà, n’hésitez pas à aller re-regarder ses films. Petit shoot de nostalgie garanti.

Clémence Boyer

Clémence Boyer


Tous ses articles

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!