Le coiffeur VS ma timidité maladive

Miss Lu déteste aller chez le coiffeur, parce qu’elle s’y trouve toujours hyper gênée. Elle vous raconte son calvaire mensuel.

Le coiffeur VS ma timidité maladive

Aller chez le coiffeur est pour moi une épreuve sans nom. Je dois toujours me mettre un coup de pied au derrière pour m’obliger à y aller quand ma coupe ne ressemble plus à rien. Bon, ce n’est pas aussi horrible que le dentiste… mais c’est tout à fait dans le top 5 de mes rendez-vous les plus difficiles à prendre (avec le gynéco).

Comment je deviens timide

Quand je vais chez le coiffeur, je perds ma voix. Je ne sais tout simplement pas quoi dire, encore moins comment bavarder tranquillement avec quelqu’un que je ne connais pas, que je ne vais côtoyer qu’une demi-heure (brushing compris) et qui objectivement n’en a rien à faire de ma petite vie.

Chez le coiffeur, je suis donc timide. Alors que dans la vraie vie, pas du tout ! Sauf bien sûr quand je suis face à une célébrité que j’admire, et qui de plus est mon/ma chef•fe, comme Fab, Clem ou Mymy. Mais disons qu’en règle générale, je suis plutôt du genre à aller vers les autres et à rencontrer joyeusement de nouvelles personnes.

Untitled-1

En même temps, je ne comprends pas l’enthousiasme des gens à aller chez le coiffeur. Certes, on s’occupe de vous, on vous pomponne, on vous rend plus beau/belle… Mais pourquoi discuter ? Non pas que j’estime que les coiffeurs ne soient pas dignes de conversation, bien au contraire ! J’estime simplement qu’ils n’ont pas à se sentir obligés de faire la conversation avec chacun•e de leurs client•e•s, alors qu’ils n’en ont rien à fiche.

Moi, quand je vais chez le coiffeur, je me sens terriblement mal à l’aise. Je me sens gênée qu’on s’occupe tant de moi, que deux, parfois trois personnes se relaient pour satisfaire mon ego…

Pourquoi discuter ?

Et puis franchement je n’ai rien à leur raconter qui soit un tant soit peu intéressant. A moins qu’ils/elles n’aient envie de discuter de mon mémoire sur la privatisation de la sécurité en Afrique… oui, bon, même moi ça m’ennuie. Les pauvres ! Ils doivent entendre parler de la météo toute la journée, des vacances d’untel, des petits soucis de fuites urinaires d’unetelle… bref, de tous les petits tracas de ceux et celles qui passent entre leurs mains, et franchement, ça doit pas être drôle. Alors moi, je me tais.

Untitled-2

Oui mais ! C’est sans compter les coiffeurs qui, eux, décident de me mettre à l’aise et se mettent en tête de me faire parler de ma petite vie. Ils me demandent d’où je viens (la question qu’il ne faut PAS poser, parce que la réponse est compliquée), ce que je fais (moi j’ai l’impression de me la ramener en répondant Sciences Po), et si j’habite dans le coin (oui, non, peut-être, VOUS ALLEZ ME STALKER C’EST ÇA ?!). Bref, je me mets à rougir, seul un filet de voix aiguë sort de ma gorge, et je commence à sourire bêtement de la manière la plus gênée qui soit. À tel point que les coiffeurs me demandent si tout va bien ! C’est d’un gênant…

En fait, mon problème, c’est que les coiffeurs sont trop gentils. Je me liquéfie devant tant d’attention. Vous l’aurez compris, je n’aime pas être au centre de la piste. Mais chez le coiffeur, je n’ai pas le choix.

Tout ce que je n’ose pas faire ni dire

Je ne suis donc pas à mon top de la forme chez le coiffeur. Mais il y a pire ! Il y a tous ces trucs que je n’ose pas faire chez le coiffeur pour ne pas le/la vexerEnlever les cheveux de ma figure parce qu’ils me chatouillent (non, moi je reste bêtement avec les cheveux sur la tronche de peur que ça ne déconcentre le coiffeur et qu’il se venge sur ma courte tignasse) ; hurler que l’eau est gelée, ou que le sèche-cheveux me brûle le crâne (il faut souffrir pour être belle, m’a-t-on toujours répété) ; dire que non, je n’aime pas ma coupe (ça, c’est IMPOSSIBLE à sortir, même si ma coupe est hideuse et que je rentre chez moi en me cachant les yeux pour pas qu’on me reconnaisse).

Ceci dit, je serai éternellement reconnaissante aux coiffeurs de bien vouloir s’occuper de ma tignasse : s’ils pouvaient me laisser me TAIRE en paix, ce serait juste parfait.

Et toi, qu’est-ce qui te fait kiffer/pas kiffer chez le coiffeur ? Viens en discuter sur le forum !

À lire aussi : Les tendances coiffure automne/hiver 2015-2016

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 33 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • FluffyHair
    FluffyHair, Le 20 octobre 2015 à 16h51

    AAaah tout pareil, je supporte pas qu'on m'oblige a discuter chez le coiffeur ! Je prend souvent un livre, ca me met en mode je suis tres occupée. Mais alors le pire du pire, c'est quand la coiffeuse me parle pendant que la personne a coté de moi se fait faire un brushing, séchoir a fond, et forcément du coup, JE N'ENTEND RIEN. QUE DALLE. Ou.. ou, DES BRIBES DE MOTS: "Et alors vous....... les chev....... court......ou..... plu......comme ca ?" Et voila je n'ai rien entendu. "pardon?" et forcément, on me répete la meme chose, j'entend toujours rien, alors pour pas vexer la personne JE SOURIS BETEMENT. Et accessoirement prend le risque de me retouver avec une coupe horrible.

Lire l'intégralité des 33 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)