La méthode Feynman, ta nouvelle alliée pour apprendre vite et bien

Par  |  | 5 Commentaires

Apprendre, c'est parfois fastidieux, surtout quand tu as des masses de cours. La méthode Feynman peut faciliter le processus.

La méthode Feynman, ta nouvelle alliée pour apprendre vite et bien

YOU’RE ON THE HIIIIIGHWAAAAY TO LE BAC et on a une bonne nouvelle pour toi : tu ne vas en faire qu’une bouchée de pain !

Retrouve nos astuces et nos conseils pour aborder ce marathon de révisions et d’épreuves dans la confiance et la mo-ti-va-tion !

Article initialement publié le 20 février 2017

Apprendre 10 pages de cours sans se fatiguer, c’est un peu sur la Bucket List de tou•tes les étudiant•es, lycéen•nes, collégien•nes… bref de toutes les personnes scolarisées quelque part. Parce qu’en fait ça n’a rien de facile.

Tes parents ont probablement oublié à quel point c’est crevant d’écouter des heures de cours et d’intégrer autant de nouvelles choses tout le temps, sinon ils seraient plus compatissants lorsque tu demandes à te caler une demi-heure sur ton canapé pour snaper comme jamais.

À lire aussi : Snapchat expliqué à ma maman

Ayant moi-même parfois bien galéré à apprendre des trucs chiants, j’ai un peu tiqué quand j’ai vu que L’Étudiant avait évoqué LA méthode pour assimiler rapidement n’importe quel sujet, je me suis ruée dessus.

big-conseils-motivations-reviser

Comprendre avant d’apprendre grâce à la méthode Feynman

La méthode en question se base sur les travaux de Richard Feynman, prix Nobel de physique en 1965, et très attaché à la vulgarisation et à la pédagogie.

L’idée est de rédiger sur un papier (et en faisant des phrases) tout ce que tu connais du sujet à réviser, en l’expliquant avec des mots simples. À chaque obstacle (terme pas très clair, idée difficile à expliquer) il faut t’arrêter et réviser cet aspect en particulier.

Car comme le dit l’adage (en vrai, c’est de Nicolas Boileau), ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, donc si tu peux pas l’dire c’est que tu l’comprends mal, l’ami. Élémentaire, mon cher Watson (Sherlock Holmes n’a jamais dit ça, pour info).

Cette méthode se base donc sur l’idée qu’apprendre par cœur n’est pas la solution. Sauf que…

La méthode Feynman fonctionne-t-elle pour toutes les matières ?

Toute la difficulté est de réussir à appliquer ce principe à toutes les matières, et si elle semble fonctionner pour la plupart d’entre elles, il n’est pas exclu que certaines soient moins dociles. Je pense aux langues vivantes, à titre d’exemple.

Parce que malheureusement dans les langues vivantes, vient toujours un moment où il faut apprendre du vocabulaire, et là… il n’y a que la mémorisation qui marche (oui c’est à vous que je pense, maudits verbes irréguliers).

Ceci dit, pas de panique, si tu comptes apprendre des règles de grammaire, là tu peux miser sur les explications et plutôt deux fois qu’une.

Mais en matière de langues vivantes, ce qui compte c’est d’abord de pratiquer : d’écouter, de parler, bref c’est aussi l’oral qui importe.

Et dans ces cas-là, tu peux décider de regarder des films en VO, de disséquer les paroles de tes chansons préférées, te faire des potes de beuverie des correspondants… Et éventuellement de réviser à plusieurs si toutes ces options ne suffisent pas.

À lire aussi : Comment (bien) réviser à plusieurs sans finir par haïr tes potes ?

big-series-reviser-partiels

Comprendre ET apprendre grâce à la méthode Feynman

Pour expliquer quelque chose, il faut certes l’avoir compris, mais il faut aussi l’avoir — ne serait-ce qu’un peu — appris.

Tu peux donc choisir d’alterner entre la méthode de Richard Feynman et un apprentissage plus « classique » pour maîtriser le sujet dans son ensemble.

Je pense par exemple à tes cours d’Histoire : autant expliquer les enjeux est fondamental, autant des dates de guerre et de paix (je me fatigue) ça s’apprend par cœur, clairement. Surtout qu’il n’y a finalement pas de très grande différence entre le 11 et le 12 novembre (indice, il y en a un qui est férié héhé) !

En bref, plutôt qu’une recette miracle et une machine à bonnes notes, il s’agit plutôt d’une façon d’envisager tes révisions et tes cours.

big-contre-notes-ecole

Car finalement, le but des évaluations et des cours, ce n’est pas que tu saches ce qu’il s’est passé en l’an 40, dont tout le monde se fiche visiblement, mais plutôt que tu assimiles des idées, que tu te forges un esprit critique.

Et pour ça il faut comprendre, bien plus qu’apprendre par cœur !

À lire aussi : Trois outils pour réviser plus vite et plus efficacement

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Chloé P.


Tous ses articles

Commentaires
Forum (5) Facebook ()
  • Yaladaisa
    Yaladaisa, Le 4 juin 2017 à 14h19

    La part du temps de concentration est aussi un élément essentiel dans l'assimilation d'informations, et pourtant ce critère est souvent oublié. Et la méthode Feynman n'en prend pas compte visiblement..
    Chacun à sa capacité de concentration, certains arrivent à rester concentrer pendant très longtemps, et d'autres moins (c'est mon cas). Pour autant il est conseillé de toujours saccader son travail en temps de 50 minutes maximum. Et mine de rien, ça a changé ma façon d'apprendre.
    On se met à coté de soi un chronomètre, on essaie de voir à partir de combien de temps on commence à décrocher du cours (pour ma part c'est 35-40 minutes). Et dés que la sonnerie des 35 minutes retentis, on s'arrête, même si l'on a pas finis la partie que l'on révise. On fait une pause d'une dizaine de minutes en prenant l'air, en allant boire de l'eau, en écoutant une musique, et hop on recommence. :top:

    Après évidemment, il n'existe aucune méthode miracle de "j'apprends vite et bien", puisque chacun à son type d'apprentissage, son type de mémorisation (visuel, auditif, kinesthésique etc.), le tout étant de trouver sa méthode à soi. Hélas parfois on la découvre tard, après de nombreux échecs.:fleur:

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!