Ce que je serais devenue sans internet – Les Chroniques de l’Intranquillité

Dans cette nouvelle chronique, Ophélie se souvient des affres qu'elle a rencontrés avant l'arrivée de l'internet dans sa vie. Elle en profite pour s'interroger sur ce qui se serait peut être passé pour elle si le net n'avait jamais existé.

Ce que je serais devenue sans internet – Les Chroniques de l’Intranquillité

Un souvenir me hante depuis des années, il me réveille la nuit au creux de mes insomnies, il s’accroche à ma chair triste dès que ma connexion internet saute ou lorsque Wikipédia rame un peu trop.

Cela s’est déroulé à une époque lointaine, j’étais encore au collège et notre professeur de musique (une femme acariâtre au physique de Nana Mouskouri) nous avait demandé de faire des recherches sur les instruments qui composaient je ne sais quelle mélodie baroque aux subtilités inaudibles à nos oreilles élevées au r’n’b de supermarché.

Il fallait reconnaitre les instruments, les décrire et même en chercher une reproduction. J’étais totalement paniquée en insérant les CD ROM de l’encyclopédie Larousse dans mon PC sous windows 98, ne sachant s’il agissait vraiment d’un hautbois ou d’une clarinette, me souvenant combien j’étais mauvaise en solfège et en flûte.

J’ai évidemment lamentablement échoué le lendemain, au cours de musique, lorsqu’on m’a interrogé sur le hautbois; car je vous assure que l’encyclopédie Larousse interactive de l’époque n’était pas loquace au sujet des hautbois.

La vie sans Wikipédia

Je t’ai regretté, ce jour là, Wikipédia. Toi et ta vulgarisation scientifique et culturelle, toi et ton savoir infini sur le monde et l’histoire, toi et tes débats houleux entre internautes savants, toi et tes pages dédiées aux inconnus posthumes.

Ce souvenir me rappelle constamment combien une vie sans internet aurait été pénible. Je sais que certains l’ont vécu et je les respecte avec toute la déférence dont je suis capable.

Lorsqu’il m’arrive de regarder un vieux film (« est vieux tout ce qui a existé avant l’année 1985 » selon l’adage bien connu de notre société hyperactive et assoiffée de jeunisme) je peux voir des personnages occupés par une foule d’activités aussi variées qu’enrichissantes :

  • Jouer au flipper dans un bistrot.
  • Jouer aux fléchettes dans un bistrot.
  • Jouer à boire de la vinasse dans un bistrot.
  • Utiliser des moyens de locomotion tels que le vélo ou les patins à roulettes dans un but de divertissement plutôt que de déplacement.
  • Pratiquer des sports dans un but d’amusement.
  • Pratiquer la lecture d’un contenu imprimé sur un objet contenant des pages.
  • Écouter de la musique sur un support physique et dans un lieu fixe.C’était l’époque avant l’internet.

Généralement dans les vieux films que je regarde il se passe ensuite quelque chose de spectaculaire (un meurtre, une histoire d’amour, l’heure du dîner) qui éloigne les personnages de leurs occupations enrichissantes, car j’ai l’impression qu’à l’époque précédant l’internet les gens s’ennuyaient sacrément où alors ils faisaient des choses étranges qu’on ne fait plus aujourd’hui : des groupes de punk, de la politique, des bals de village.

La vie avec Infonie

Moi je n’ai évidemment que peu connu cette époque-là car très tôt j’ai pu accéder à l’infini offert par un abonnement de quatre heures par mois chez Infonie (c’était aussi l’époque avant Xavier Niel). Je n’ai donc jamais joué au billard dans un bistrot, d’ailleurs, je ne sais même pas jouer au billard mais j’excelle aux parties de solitaire sur windows 98.

Parfois je me demande ce que je serai devenue sans internet car avant cette invention divine je ne savais même pas ce qu’était un hautbois, imaginez alors l’étendue de mes lacunes.

Je peux en déduire que sans internet j’aurais été un peu plus bête que je ne le suis déjà, car si les bibliothèques et les livres ont toujours existé rien ne me dit que je serais allée y mettre mon nez, que j’aurais trouvé le courage de me désolidariser du groupe social auquel j’appartenais en 4ème B pour aller étudier au CDI.

Internet a démocratisé notre rapport à la culture et je suis convaincue que sans l’internet je serais moins instruite que je ne le suis aujourd’hui. Je peux même affirmer (avec toutefois un peu de tristesse dans la plume – ou le bout des doigts) que j’ai par exemple découvert, grâce à internet, plus d’auteurs que dans mes cours de français collège / lycée.

Dans un monde sans internet je me serais limitée à ce que j’aurais eu devant moi, à ce qu’on m’aurait donné à voir et à entendre. Selon le lieu et l’entourage j’aurais peut-être fini par moi aussi boire de la vinasse dans un bistrot pour occuper mes après-midi, je serai devenue championne régionale de flipper et j’aurais des connaissances pratiques que les personnes nées avant l’internet possèdent en général :

  • Je saurais conduire et réparer une voiture.
  • Cuisiner une blanquette de veau.
  • Écrire sans faire de fautes d’orthographe.

(liste non-exhaustive mais génératrice d’incroyables possibilités et d’horizons lointains, à compléter ultérieurement selon l’humeur)

Je serais peut-être devenue quelqu’un de très bien, sans internet. Mais ma timidité maladive et mes tendances asociales me laissent penser que j’aurais également pu devenir un sociopathe en puissance. Alors que l’internet m’a offert un moyen d’expression et de réalisation de moi-même, un terrain de connaissances et une soif de curiosités.

Ne nous laissons pas abattre par la fermeture de Mégaupload et ces lois américaines restrictives; j’ai envie de croire qu’internet est loin de se limiter à un endroit d’échange de contenu qui monnaie la culture sous couvert de publicités et de fausse gratuité. Continuons à oeuvrer pour la diffusion de la culture sur internet, à réfléchir et à organiser d’autres possibilités.

Je ne sais pas très bien ce que j’ai fait pour internet, peut-être pas grand chose, mais j’ai bien conscience de l’incroyable liberté que ce média m’a offert et doit continuer de véhiculer.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 30 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Deamone-iak
    Deamone-iak, Le 20 décembre 2013 à 23h04

    Oula, moi c'est certain, sans internet j'aurai pas eu d'amis avant longtemps! J'aurai surement lu beaucoup de livres (ce que j'ai arrêté de faire quand j'ai eu mon premier ordi) et j'aurai eu de meilleures notes à l'école aussi ! :d

Lire l'intégralité des 30 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)