Moi, Flo, 23 ans, poilue

Mais dites donc, Flo cumule les casseroles : non seulement elle a des petits seins, mais en plus, elle est poilue. Heureusement, elle a de l'humour et ça, c'est plus fort que tout.

Moi, Flo, 23 ans, poilue

Je suis très brune de naissance ; je tiens ça de mon papa. Ma peau est relativement claire ; je tiens ça de ma maman. Maintenant, mélangez les deux et rendez-vous bien compte dans quelle merde ils m’ont collé ces deux là. Ce qui chez les autres n’est qu’un simple duvet se transforme chez moi en vrais poils bien visibles. Voilà, j’ai lâché le mot : POILS. Je suis une fille poilue. Pourtant les poils c’est fait pour les mecs parce que ça fait viril, c’est fait pour les animaux parce que ça leur tient chaud, c’est pas censé être fait pour les filles. Pourtant nous sommes quelques-unes à avoir une pilosité suffisamment développée au point de ne pas avoir que le duvet de la moustache un peu trop foncé. J’en suis.

Flo et Fab à l'attaque de l'interweb mondial !

La douloureuse révélation

Évidemment, tout a commencé au moment de cette connerie qu’est la puberté, quand tout ton corps s’affole de façon totalement incontrôlée. Autant des fois c’est sympa : une belle poitrine, des hanches joliment dessinées ; autant ça peut être complètement raté : en l’occurrence des poils qui poussent partout. En plus des zones « normales » (jambes, aisselles, BIM entre les deux), les poils ont colonisé sans retenue mes bras + le dessus de mes mains + un peu sur les premières phalanges, le haut de mes mâchoires (en dessous des oreilles) + la moustache, autour de mon nombril et le dessus de mes pieds. Chères petites têtes blondes innocentes, je vous déteste, je devine vos têtes déconfites. Je ne vous avais pas promis du glamour, vous êtes servies.

Total, même sentence que pour la planche à pain que j’étais au même moment (combo magique non ?) : le collège et ses habitants m’ont envoyé en pleine tronche des « on dirait un gorille », « sorcière », « ça tient chaud pour l’hiver », “on pourrait faire des tresses avec tes poils de bras” et « mais t’es un mec en fait ». Et ce qui devait arriver, arriva : une fois, une seule saloperie de fois, j’en ai pleuré, pendant ce cours de technologie en 6ème qui m’avait valu un « EEEEH REGARDEZ FLORIE ELLE A DES POILS SUR LES JOUES » devant toute la classe. Les deux jeunes hommes qui ont eu cette fulgurante délicatesse ne s’en souviennent probablement plus, mais ils ont sans le vouloir déclenché tout le reste.

La guerre peut commencer

Je n’étais pas spécialement portée sur mon apparence physique à ce moment là de ma vie, mais ce truc a donc été un putain de déclencheur. S’en sont suivis les premiers coups de rasoir, de pince à épiler et les premières décolorations. Le seul mérite des poils c’est d’être un emmerdement assez facilement « modifiable » seule et pour un coût qui peut rester raisonnable. Depuis toutes ces années, j’aurais dû placer des actions chez Blondépil avec tous les produits décolorants que j’ai acheté chez eux et Gilette devrait me payer en pub sur mon blog pour la pub indirecte que je leur fait à chaque fois que quelqu’un entre dans ma salle de bain.

De la même façon que pour ma non-poitrine, j’ai choisi d’en rire à défaut de vendre une moitié de rein pour financer des séances de laser. Je ne vous cache pas que j’ai mis un peu de temps avant de lâcher de la vanne pileuse, le complexe ayant été un peu plus difficile à digérer pour moi. Si je trouve des points positifs à avoir de petits seins, en trouver pour des poils sur les mains, ça tient de l’impossible. Mais comme je ne peux pas passer ma vie avec des moufles et des pulls manches longues moufles, j’ai choisi d’en rire plutôt que de pleurer en faisant des tresses avec mes poils de bras.

— A voir aussi : le topic des Chewbaccettes sur le forum

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 62 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • BE_S
    BE_S, Le 15 juillet 2014 à 12h45

    Oui, c'est moche, mais c'est quand même cool de savoir qu'on semble être pas mal de madmoizelles dans ce cas.

    Mais n'empêche, c'est rageant de savoir que tu passes ta vie à te cacher et que tu dois consacrer un budget de malade pour faire disparaître tes poils !
    Ces derniers semblant ne jamais vouloir partir de toute façon.:bomb:

    Et puis je ne sais pas vous, mais quand on a une tendance à faire des poils incarnés et plein de petits boutons après l'épilation le temps que ça repousse, ben la vie est encore plus dure !:vieux:

    La sécu rembourse plein de trucs qui servent à rien, mais franchement, pourquoi pas les épilations définitives ?!!
    (questions conne d'une désespérée du poil ^^)

Lire l'intégralité des 62 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)