On a testé pour vous… le lendemain de fête

Souvent, les soirées de l'Ambassadrice ne se déroulent pas comme dans la pub pour les chocolats Ferrerobidule. La preuve avec Olivia Casa, dans la joie.

On a testé pour vous… le lendemain de fête

Les lendemains de soirées, autrement appelés lendemains de cuite, piche, pochtronnage, caisse, biture, murge, sont toujours des moments de joie intense, où tu n’as qu’une seule envie : tarter le premier venu qui te dira « Oula, t’as fait la nouba toi hier ». On dit plus ce mot depuis 1992, et puis ta gueule.

Les symptômes, eux, sont nombreux : mauvaise humeur, maux de tête, courbatures, hématomes divers et variés, cernes, cheveux gras, démarche «chaloupée», amnésie partielle, voire totale.

La conclusion est sans appel : tu es sous l’emprise du lendemain de fête. Mortecouille, le bâtard t’a pris par surprise.

[rightquote]Et là, tu as une révélation, l’eau c’est vraiment trop bon.[/rightquote]Aussi déshydratée qu’un somalien sous 40 degrés, tu dors avec un bidon de 5L d’eau à portée de main. Et là, tu as une révélation, l’eau c’est vraiment trop bon. Le bruit des baffles résonnent encore dans ta tête. Ta bouche est si pâteuse que tu en viens à te demander si on t’a pas fait bouffer du papier toilette dans ton sommeil. Et s’il était usagé, ca pourrait au moins expliquer l’haleine que tu te trimballes, et qui ne daigne pas partir malgré le paquet d’Airwaves que tu t’es enfilé.

Le rot du matin te rappelle les dix huit verres de vodka que tu t’es administrée la veille, mais ce n’est pas pire que la vue d’un semblant de bouteille alcoolisée, te donnant instantanément l’envie d’aller tapisser ton sol de vomi. A en juger par la substance orangeâtre qui trône sur ta moquette, tu l’as déjà fait hier soir. Et là, une question te turlupine la pine : qu’est ce que t’as mangé hier ? Tu analyses les bouts solides naviguant dans la marre avec autant de précision qu’un acteur des Experts Miami. Verdict : Le cassoulet de mémé est à tes pieds. On pourrait presque le reconstituer, et le renvoyer à mère grand.

Tiens, une poule. (Very Bad Trip © Warner Bros)

Puis, vient le moment des questions. Oui, les lendemains de soirées sont propices aux interrogations les plus absurdes.

D’où viennent ces bleus sur ma cuisse ? Où est ma culotte ? Pourquoi j’ai la chanson de Rika Zaraï dans la tête ? C’est quoi cette brûlure de cigarette sur ma joue ?

Et là qui voilà, Inspecteur Gadget. Tu enquêtes dès le réveil (à 17h), appelant tous tes contacts, pour reconstituer le fil de ta soirée. Parce que toi, tu sais que tu as passé une bonne soirée mais tu n’as strictement aucune idée de ce que t’as foutu entre 22h et 5h du mat. Avec qui ? Pourquoi ? Comment ? Le mystère reste entier. Heureusement, les photos sont là pour t’aider dans cette dure épreuve, typique du dimanche matin.

Le meilleur moment du film. (Very Bad Trip © Warner Bros)

Là, plusieurs réactions possibles : le dégoût d’apprendre que tu as foutu ta langue dans la bouche de Richard quand tu étais beurrée comme un petit Lu, la joie d’avoir enfin conclu avec Arthur (qui a conclu avec huit autres filles, juste après toi).

[rightquote]Tu pensais avoir perdu ta dignité en dansant sur les tubes de Patrick Sébastien, et en tentant une imitation de Beyoncé ?[/rightquote]Tu poursuis ton enquête, à la recherche du moindre indice. Et pour cela, il existe une mine d’or : les sms envoyés. Tu pensais avoir perdu ta dignité en dansant sur les tubes de Patrick Sébastien, et en tentant une imitation de Beyoncé ? Nouvelle du jour, tu l’as aussi perdu en envoyant des textos enflammés à ton ex, mais aussi à Emile, Roberto, Michel, Richard, José, Gérard et Jean Jacques. Au passage, tu as insulté Géraldine, Simone, Régis, et ton ex (encore).

Dans un effort surhumain, tu tournes la tête, et tu as la bonne surprise de voir à tes côtés, le sosie d’Ashton Kutcher. Mais soyons honnêtes, la plupart du temps, tu crois t’être endormie à ses côtés, et que nenni, c’est le fils spirituel de Jean-Marie Bigard et Larusso, qui partage ta couette aux douces senteurs de vodka.

Tu fais ta première sortie à 19h. Un peu comme Laura Ingalls, un dimanche d’église, tu te pares de tes plus belles fringues, à savoir, le sweat pourri du dimanche accordé à la jupe de la veille, encore immaculée des erreurs de la nuit passée.

Tu te rends, tant bien que mal, au premier Macdo sur ta route, pensant déjà au bonheur de ton premier repas en 24h (oui, car il est prouvé que le sperme a des vertus nourrissantes pour la peau, mais pas encore pour l’estomac). C’est ton tour, joie et allégresse se lisent sur ton visage.

Et là, ô stupeur, tu te rends compte que tu n’as plus ton portefeuille (ton iPod et ton appareil photo sont portés disparus eux aussi, mais Jacques Pradel est sur le coup). Heureusement, il te reste ta carte vitale, qui comme son nom l’indique, ne sert à rien.

Délicate attention de la part du chenapan, tu meurs de faim, tu es fauchée, mais tu peux aller te bourrer de médocs aux frais de la princesse.

Promis demain j’arrête de boire, hier c’était la dernière…

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 25 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • X-Jessiica-X
    X-Jessiica-X, Le 31 janvier 2011 à 12h12

    Je crois que je n'me suis jamais autant reconnue dans un article! Sérieux, là on dirait un compte rendu de ma soirée de samedi passé.. (Sans le fils de Bigard et Larusso! :))

    Le pire dans tout ça, c'est qu'après une soirée pareille je suis remplie de bonne résolution de ne plus jamais boire d'alcool... Mais je recommence le week-end suivant! :d

    Super article en tous cas! :clap:

Lire l'intégralité des 25 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)