Le retour à la piscine

— Publié initialement le 10 mars 2009 La dernière fois que je suis entrée dans une piscine municipale, Jacques Chirac en était à son premier mandat. Alors dimanche dernier, j’ai ressorti le maillot pour voir si l’ambiance pistache avait changé depuis, et devine quoi ? Eh ben pas trop. Evidemment, les choses m’apparaissent sous un prisme […]

Le retour à la piscine

— Publié initialement le 10 mars 2009

La dernière fois que je suis entrée dans une piscine municipale, Jacques Chirac en était à son premier mandat. Alors dimanche dernier, j’ai ressorti le maillot pour voir si l’ambiance pistache avait changé depuis, et devine quoi ? Eh ben pas trop. Evidemment, les choses m’apparaissent sous un prisme différent, et je note aujourd’hui que les mecs s’essuient les roupettes comme si la paix dans le monde en dépendait, mais ce détail mis à part, rien ne diffère beaucoup de la piscine en mode 4ème. Les filles sont toujours courbées en deux par les complexes, les sèches cheveux ne sèchent toujours pas et le bassin a toujours une gueule de bassin.

En somme, la piscine will always be la piscine. Si tu as envie de plonger dans tes souvenirs, alors tu es dans le bon bassin (min. 1,20 – max. 2, 20).

Cette photo a été prise en 1953, quand Raymond Poulidor a gagné le 100 m crawl.

 

(Chloooore, qu’est ce que tu nous mijotes encoooore ?)

« Le chlore c’est fait pour qu’on voit si vous faites pipi dans la piscine. En cas de pissou l’eau deviendra instantanément orange. » Voilà ce que nous disait le maître pour nous apprendre l’hygiène… Depuis ce jour, ça a fait tilt : le chlore couvre toutes les odeurs et ne sert pas qu’à rendre l’eau bleue. Alors j’ai arrêté d’en boire et de faire des tricettes entre les dents.

Quand j’avais 15 ans, je me foutais que les gens ne passent pas à la douche avant d’entrer dans l’eau. Evidemment aujourd’hui que l’industrie pharmaceutique m’a convertie au gel nettoyant sec, j’ai envie de crier à l’aide et de dénoncer ceux qui plongent sans passer au jet, surtout que souvent c’est ceux qui sentent la frite. C’est dégueulasse.

Pareil pour le pédiluve, que j’ai longtemps pris pour le premier niveau de baignade avant le petit bain. A cause des pubs pour les champignons de pied qui parlent, dimanche dernier à la piscine j’ai essayé de l’enjamber, manquant au passage de me fracturer le coccix (trop la fracture de vieux en plus).

Tout ça pour dire merci les maîtres et mamans accompagnatrices de nous avoir sensibilisé avec tant de tact à l’hygiène dans les lieux collectifs. Je cherchais dans le fond de la piscine les staphylocoques en disant : « ça se loupe pas, c’est un petit truc doré », je sais pourquoi toutes les filles d’infirmières se foutaient ouvertement de ma gueule à présent.

Les conséquences du chlore (Ne pas ingérer, dangereux)

Le chlore, si ça te nique pas la peau, ça te nique les yeux. Si ça te nique pas les yeux, ça te nique l’odorat. Comme antan en sortant du cours de piscine, la peau sèche comme celle d’un mort, dimanche dernier je sors mon goûter post-trempette*, et paf mon Rem Choco a encore le goût d’un palet au gravier, comme à l’époque.

Je me regarde, lasse, dans le miroir de l’entrée, et je découvre ça : une personne aux yeux écarlates, des miettes au coin de la bouche et UNE COUPE tout pareil qu’Edward aux Mains d’Argent. Heureusement qu’aujourd’hui ma mère me laisse mettre du fond de teint, sinon dimanche dernier j’aurais été me pendre avec mon bracelet de casier.

* Oui, je goûte encore après la piscine. « Certaines choses changent, d’autres non », dixit le Néo de Matrix. Enfin je crois


te rappelles-tu de ces lignes flottantes qui t’ont si souvent sauvé la mise ?

Etre en maillot, la honte périscopale

A quand « Photoshop en direct live » ? Parce qu’à la pistache, quand t’es à poil, t’es à poil. Y’a un truc marrant : dans la cabine, au moment de se changer, l’espoir que le maillot te siée est toujours bel et bien là. Puis vient le moment d’ouvrir le loquet et une fois à la vue des autres, ça rate pas. Vues d’au-dessus, une paire de cuisses aura toujours l’air d’une bonbonne… Pour moi, les bases du traumatisme de la piscine se trouvent là, au niveau des membres inférieurs : des cuisses comme des bonbonnes, et la marque des chaussettes sur les chevilles. La honte périscopale.

Et puis il y a l’épilation, et puis il y a les doigts de pied comme des pattes de chèvres, etc. etc. J’ai déjà pensé lancer la mode de la combinaison de plongée pour les cours de piscine, mais j’ai eu un doute quant à l’efficacité de l’idée pour éviter de se faire remarquer.

Quand on a commencé à trop aimer les Twix avec mes copines, on a décidé qu’aux cours de piscine on aménerait chacune son paréo. Le problème c’est que la prof était une allemande naturiste qui se foutait carrément du pourtour de nos complexes. Raté également.

Je ne te raconte pas l’épisode de l’autobronzant à la piscine parce que je ne radote pas encore, mais sache que ça n’est pas une bonne alternative aux complexes neither.


L’effet escompté : la sortie de Denise Richards dans Sexcrimes.
L’effet obtenu : pourquoi ça fait des vagues quand je sors ?

Seins à l’air et autres turbulences

Sempiternel phénomène : c’est souvent quant tu te sens un peu plus à l’aise que ça arrive. Tu commences à évoluer plus naturellement et puis tout à coup, tu te sens TROP à l’aise. Si tu es une personne organisée, tu penses à faire un rapide check point élastique / noeud dans le cou / slip qui tient. Et tu évites la cata.

Et puis si t’es pas du genre « j’ai fait S » (nota : je n’ai RIEN contre eux, c’est juste parce que souvent les S sont plus organisés), eh ben tu te retrouves avec un sein à l’air, voire un bout de cul qui dit bonjour à la commune.

C’est fou comme c’est plus facile d’attirer l’attention avec la chatte à demi dévoilée. Pourtant, on est déjà à moitié à poil là dedans, mais ça suffit pas. Les gens si y’a pas de teuch ils s’intéressent pas.

Evidemment ça m’est arrivé dimanche dernier, j’ai bondi tel un dauphin rose hors de l’eau, mais mon maillot qui n’était pas en haut débit a bondi en différé, le ptit bâtard. Et contrairement à il y a dix ans, j’ai agi comme si c’était prévu dans le plan, en rangeant le bazar sans hystérie.

J’ai aussi vu quelques membres masculins se déloger de leur filet spécial paquet, et bizarrement la réaction masculine est restée la même, comme si ça faisait une heure que le mec cherchait une excuse pour faire un peu de rangement…

Pour des raisons de respect de l’environnement, je n’illustrerai pas cette séquence ni en seins ni en teubs. Les impressions couleur ça coûte trop cher et c’est la crise. Eh non, ça n’est pas cette fois-ci que tu pourras tirer une photo de moi nue !

Motha Fucka’ sèche cheveux…

Pourquoi. Pourquoi les sèche-cheveux de piscine ne sèchent jamais. Je ne comprends pas. Tu as beau rester là-dessous, le cou cassé en deux, pendant trois jours, et non, ça sera toujours humide.

Kelly, l’accompagnatrice de 4ème, m’a dit un jour avec véhémence : « Mais ta mère t’a pas dit qu’il fallait se pré-sécher les cheveux avec une serviette ?« . J’ai jamais les répliques que je veux donner au bon moment, mais aujourd’hui Kelly, je saurais te répondre : Kelly, tout d’abord ma mère n’utilisera jamais le mot pré-sécher.
Deuxièmement, dix ans ont passé et je peux te dire que ni ma mère ni ma bonne volonté n’étaient à incriminer puisque même en 2009, CA SECHE TOUJOURS PAS, et pourtant je peux te dire que c’est la guerre des prestataires de service, comme ils ont dit à Capital dimanche dernier. Et pour finir, tu aurais mieux fait de t’épiler les jambes au lieu de bloquer sur mon cas.


Question de la maîtersse : « qui a oublié ses lunettes dans les vestiaires? »

Avoir une bonne note en piscine ou séduire, il faut choisir.

Oui parce que j’ai oublié de dire qu’il était hors de question que je mette un bonnet de bain à la piscine, puisque je comptais bien me taper Denis. Déjà en maillot c’était pas gagné, alors maillot + capote de tête = bye bye Denis.

Dix ans après, j’ai envie de saluer le courage de mes camarades Pascale H. et Sylvie L. qui, elles, avaient le courage d’enfiler un bonnet de bain, embrigadées par cette pure bitch de Kelly, maman volontaire pour la piscine.

Il faut peut-être préciser qu’après, Pascale et Sylvie ont fait S, et elles ont eu genre 18 à l’épreuve de piscine.

Maître nageur, uniforme : slip de bain.

Dix ans ont passé, et je me fais toujours la réflexion que maître nageur, c’est quand même un des rares métiers où tu peux te dire « pendant toute ma carrière, j’irai travailler en slip ». Je me demande encore ce que pense le maître nageur, assis sur sa chaise en plastique (celle qui colle aux fesses quand on se lève).

Le mec est là, son paquet roulé dans un slip une taille trop petite, et il regarde. C’est tout. J’en ai jamais vu un se la jouer David Charvet, déchirer son tee-shirt « club de natation de Hégenheim » et plonger avec fougue. Jamais…

Maîtres nageurs d’hier et d’aujourd’hui

En 4ème, le maître nageur c’était monsieur Marine, genre le nom prédestiné quoi, et il ressemblait au capitaine de La croisière s’amuse, sauf en méchant. Monsieur Marine avait un binôome avec beaucoup de cheveux et qui portait des claquettes Speedo, celles avec les picots qui font mal en dessous du pied. Le binôme largement pourvu capillairement avançait de long en large en pilote automatique « bras croisés », et de temps en temps il sifflait avec force en fronçant du monosourcil (le fait de posséder le sifflet, ça le faisait kiffer grave).

Aujourdui, les MN ont le swing. Les tongs ont remplacé les Speedo à picots et les t-shirts antan pourris sont au placard. Le MN (qui est beau gosse dans 87 % des cas), porte un polo col relevé d’une couleur qui sublime son teint hâlé (UV gratuits pour tous les membres du personnel).

Manquerait plus que son sifflet sonne la Cucaracha et  monsieur Marine nous ferait une attaque..

Chasse aux requins en mer du Sud

Parce qu’ils nous ont permis de replonger dans nos souvenirs lointains, j’aimerais remercier ceux qui ont contribué à faire de nos séances de piscine un enfer : les « mamans accompagnatrices » et leurs varices, les maîtres nageurs et leurs slips, et la prof de sport, qui avait arrêté de s’épiler en 1985.

A tous ceux là, (ainsi qu’à Dieu, ma famille et ma maison de disques), je veux leur dire qu’aujourd’hui, nos boîtes à souvenir sont bien pleines et que même si on n’a pas eu la moyenne en piscine au bac, ça n’a pas fait de nous des bons à rien comme ils le supputaient dans nos bulletins (« Ne sait pas nager« .  » N’est jamais apparue au cours de piscine« . « J’ai rencontré Sophie en Avril, la session piscine a commencé en Décembre« , etc.)

Dimanche dernier à la piscine, je me sentais stressée parce que je m’attendais à ce qu’on me demande de faire un exercice à la con, genre aller pécho le mannequin et lui rouler une pelle à -2m, nager 8000 m dos en 2’30 plongeon carpé, etc. Et en fait, la piscine sans bus scolaire, c’est vachement bien…

Nota de conclusion qui n’a rien à voir : tu trouves pas toi qu’il n’y a rien de plus triste qu’une chaise de maître nageur sans maître nageur ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 61 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Maylan
    Maylan, Le 12 juillet 2010 à 20h27

    Victoire;1607650
    Je ne sais point nager.
    Moi non plus :sad: ...
    Y'a quoi à faire à la piscine quand on ne sait pas nager à part essayer de barboter comme un âne dans le grand bain en se tapant une frite en mousse ?

Lire l'intégralité des 61 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)