Témoignage : Je suis hypersensible

Pondu par Une madmoiZelle le 21 octobre 2012     

Être hypersensible, qu’est-ce que c’est ? Voici le témoignage d’une madmoiZelle qui vit avec au quotidien.

« Hypersensible psychologique ». Le verdict de mon psy est tombé comme une sentence. Pourtant, je n’en étais pas à mon coup d’essai : j’ai dû voir en tout 5 psys qui m’ont tous donné des interprétations diverses et variées de mon mal-être : problèmes alimentaires, manque de confiance en moi, ou encore hyperanxiété. Cette femme était bien la première à prononcer ce mot. Des images de filles en larmes devant des diaporamas de chatons défilaient devant mes yeux : impossible de me mettre dans ce sac-là ! Alors, qu’est ce que l’hypersensibilité ?

Si l’on croit notre ami je-sais-tout Wikipédia, une personne hypersensible se démarque par les caractéristiques suivantes :

  • Forte créativité et imagination (univers mental extrêmement riche)
  • Ouvert à la spiritualité
  • « Sixième sens » et intuition fortement développée
  • Une vie intérieure riche et complexe (pouvant provoquer des insomnies)
  • Conscient des nuances subtiles de l’environnement
  • Grand sens du service aux autres
  • Influencé par l’humeur des autres
  • Sensible à la douleur
  • Besoin de s’isoler pour se libérer de toutes stimulations
  • Profondément ému par les arts et/ou la musique
  • Sursaute facilement
  • Evite les conflits ou films contenant des scènes de violence
  • Humeur perturbée par la fatigue ou la faim

Et pour moi, ce fut la grande révélation : je me suis en effet reconnue dans chacun de ces points, sans exception ni hésitation. J’étais contente de mettre un mot sur ce que j’avais, et en même temps je n’aimais pas l’idée de rentrer dans une catégorie bien précise qui représente quand même 10 % de la population en Europe.

Être hypersensible, ça change quoi, concrètement ?

Je dirais tout d’abord que je ressens profondément tout ce qui se passe autour de moi. Je gère une multitude de détails en peu de temps. Quand je rentre dans une pièce, j’ai déjà détaillé la décoration, fait une liste de ce qui avait changé ou non, puis analysé les vêtements et la façon dont parlent et se tiennent les gens. S’ils viennent de se disputer, se sentent mal à l’aise ou frustrée, je perçois et partage un peu leurs états d’âmes. C’est comme si je me mettais en résonance avec la personne en face de moi. Nous autres hypersensibles ressemblons à une radio qui cale automatiquement sa fréquence sur celles des autres … et finit par perdre la sienne! Dur de faire le tri dans toutes ces émotions !

Si une personne médit sur mon compte ou ne m’apprécie pas, je le saurais forcément par le biais de ses regards et de son attitude générale envers moi (tout est dans les détails : le ton de sa voix, le choix de son vocabulaire, ses gestes et expressions …). Je préférerais éviter de savoir ces choses-là, car en plus je prends très à cœur les remarques qu’on peut me faire, sauf venant de ma famille et de mon mari ! J’ai également besoin de beaucoup de contact physique avec les personnes que j’aime. Parfois, un simple effleurement de main peut me mettre de bonne humeur, même s’il est accidentel. A l’inverse, si une personne qui ne me revient pas s’approche trop près de moi, même sans me toucher, je trouve cela insupportable. On pourrait dire que je vis dans la démesure, chaque action me marque beaucoup plus que la moyenne des gens et donc je remarque même les plus minimes. Je suis un humain sans filtre extérieur !

Ma famille et mon mari sont d’ailleurs toujours étonnés de voir qu’il est impossible de me faire un cadeau sans que je devine ce que c’est. Non, je ne suis pas voyante, si mon mari revient avec une surprise achetée sur un coup de tête dans une boutique en rentrant du travail, je ne devine rien ! En revanche, s’il s’agit d’un achat planifié, il y a de très fortes chances que je le sente, et si la personne laisse échapper un malheureux petit indice, elle est foutue : je sais ce que c’est et en plus je sais que j’ai raison !

L’hypersensibilité ayant récemment été mise à l’honneur sur le plan scientifique, les chercheurs s’accordent sur le fait que les gens qui en souffrent utiliseraient beaucoup plus leur hémisphère droit que la moyenne, celui qui est le plus avantagé dans les traitements visuels, spatiaux et des émotions. Le système nerveux serait lui aussi nettement plus sensible.

Quels sont les dangers de l’hypersensibilité ?

La personne hypersensible peut très facilement se sentir agressée par l’environnement extérieur et faire de l’agoraphobie. Les pensées dépressives de son entourage peuvent énormément l’affecter. En effet, il n’y a rien de pire pour l’hypersensible qu’un entourage toxique, cela met sa santé mentale et physique en danger. J’ai traîné pendant des années des TCA ( Troubles du Comportement Alimentaire) assez sévères, alors que je ne me suis jamais trouvée grosse. En réalité, c’était de l’empathie ma mère, qui elle souffrait de vrais problèmes de poids.

J’ai dressé ma propre liste de conseils à suivre :

  • S’entourer le plus possible de gens positifs, qui nous communiquerons donc leur bonne humeur.
  • Faire du bénévolat pour des personnes dans le besoin (les associations cherchent des recrues toute l’année), car un hypersensible a besoin de se sentir utile sur le plan humain.
  • Aider les gens autour de nous tout en essayant de prendre un maximum de distance pour notre propre mental : souffrir avec la personne n’arrangera pas ses problèmes, en revanche on peut donner de judicieux conseils personnels et trouver les mots qui rassurent.

Pour conclure, les être humains sont tous sensibles à différents degrés dans des domaines particuliers. Mais l’hypersensible a décrochée le jackpot : sa sensibilité est anormalement haute un peu partout. Pour survivre dans un monde violent il est absolument nécessaire de s’armer mentalement et de s’accrocher ! Il ne faut pas oublier que notre meilleur atout est notre excellente compréhension des émotions humaines, son but n’est pas de nous gâcher la vie, mais d’améliorer celle des autres …. Alors toutes au boulot !

Ça vous a plu ? Partagez !

234 BIG UP

Ne ratez aucun article de madmoiZelle.com !

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez notre actu deux fois / semaine

Entrez votre email ici :

Cet article a été pondu par Une madmoiZelle - Tous ses articles

Tous les articles Infos Pratiques/Santé, Moi, moi et moi, On a testé pour vous et aussi Vis ta vie
Les autres papiers parlant de , ,

Les 10 dernières réactions à cet article sur le forum

Tu dois être inscrite pour lire l'intégralité des réactions ou commenter !
Identifie-toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !

  1. GotmilkGotmilk

    Le 24 octobre 2012 à 10:03

    Voilà, j’espère que ça pourra servir à d’autres!


    Merci beaucoup pour ton témoignage très intéréssant et complet, je pense effectivement que ça peut aider :clap: !
  2. nerwennnerwenn

    Le 28 octobre 2012 à 23:34

    Je viens de lire ton témoignage, et il me parle vraiment.
    Je pense être une hypersensible, mais je ne pensais pas que l'on considérait ça comme une pathologie, diagnostiquée par les psys.
    Quelqu'un m'a parlé de l'hypersensibilté un jour, et je me suis sentie concernée. J'ai fait un petit test sur le net, où il faut répondre à des affirmations simples, et j'étais dedans à chaque fois.

    Par contre pour ma part, je ne trouve pas d'avantage spécial à être comme ça. Je suis constamment angoissée, stressée par les humeurs des gens. Je suis tout le temps en train de me demander si je dérange, si les gens ont quelque chose contre moi, s'ils sont en colère à cause de moi, etc… Et du coup je me fais des petits films sur des évènements infimes que personne ne remarque, mais moi je me monte la tête avec. Résultat j'ai l'impression d'être une victime en permanence.
    Alors avec l'âge, ça s'estompe un peu, mais franchement, je préfèrerais ne pas être comme ça.
    D'ailleurs, je ne pensais pas que 10% des gens étaient comme ça, ça me semble énorme.
  3. versusversus

    Le 29 octobre 2012 à 00:35

    N'étant pas psy et n'ayant jamais consulté là dessus, je ne ferai pas d'auto diagnostic, celui proposé dans cet article proposant, encore une fois, des caractéristiques où peuvent se reconnaître à peu près 90% de la population, surtout des jeunes femmes.

    Mais j'aimerai vraiment que le terme "hypersensibilité" soit remplacé par "hyper réceptivité". Car c'est bien de cela qu'il s'agit. Et on ne risque plus de les confondre avec les petits coeurs tendres.

    Sinon @Nerwenn ce dont tu souffres ressemble plus à une hyper-vigilance qu'à de l'hyper-sensibilité. Remarque, l'un n'exclue pas l'autre. :)
  4. nerwennnerwenn

    Le 29 octobre 2012 à 17:22

    @versus Oui effectivement, l'hypervigilance, d'après ce que je viens d'en lire, me correspondrait assez. Me v'là bien !!

    Sinon j'ai retrouvé un petit test que j'avais fait :
    Test - Hypersensibilité : Etes-vous un(e) hypersensible ? - Psychologies.com
  5. versusversus

    Le 29 octobre 2012 à 20:16

    J'ai regardé le lien, et rien que voir l'hyper-sensible qualifié de "douillet affectif" décrédibilise totalement le test en question. L'hyper-sensibilité n'est pas que négative, n'est que souffrance. C'est aussi intense dans les peines que dans les joies.

    J'ai fait le test pour voir (et "évidemment', je suis, selon eux, hypersensible) mais les questions sur l'enfance me semblent étranges. Tout enfant est sensible à l'opinion de ses parents, à leur approbation… Un enfant qui ne l'est pas présente soit une pathologie, soit est dans une famille disfonctionnelle. La question sur les cadeaux aussi n'est pas significative : mes parents étaient si pauvres (ou si pingre) que je ne pouvais faire de cadeaux à personne (ou alors, toute petite, des collages avec une seule feuille de papier…) Quant aux questions sur les enfants, n'en ayant pas et n'en voulant pas, et étant incapable de me projeter en tant que parent (hyper-sensible, à part ça, hein…:p ) ça limite grandement la qualité des réponses.

    Et franchement, l'idée qu'ils se font d'un hyper-sensible, c'est juste celle d'une personne gentille…
  6. NimedhelNimedhel

    Le 11 décembre 2012 à 22:12

    C'est donc ça que je suis! Même si apparemment ça semblait évident à mon chéri…
    A toutes les descriptions, je réponds: tout à fait moi…

    Par contre, ce n'est pas vraiment ce que j'appellerai un avantage, cette hypersensibilité.
    En effet, on pompe les émotions des autres, et je peux vous assurer que c'est pas joyeux-joyeux tout le temps… C'est peut-être la raison pour laquelle j'ai été si négative pendant une grande partie de mon adolescence (on va dire que ma famille n'est pas super positive) et du début de ma vie estudiantine. J'étais entourée de gens négatifs comme pas possibles, et ça n'arrangeait pas mon état psychologique.

    Bref!
  7. MelimelofolleMelimelofolle

    Le 12 février 2013 à 23:03

    Je lis témoignage un peu tard mais MERCI !!!

    Enfin une explication à ce que j'ai ! Jamais je n'avais réussi à comprendre pourquoi j'avais cette capacité (défault?) d'être une pure éponge, de savoir ce que les gens ressentent ou autre …

    Quand j'ai lu les caractéristiques, je me suis dis " mais c'est moi " !

    MERCI … parce qu'enfin je comprend, je suis pas anormale ou bizarre, et y'en a d'autres comme moi !
  8. Mathie10Mathie10

    Le 17 mars 2013 à 17:39

    J'arrive aussi un peu tard (je suis tombée sur l'article par hasard)! Et mon ostéopathe m'avait déjà mentionné que j'étais hypersensible mais je n'avais vraiment creusé la question, pensant juste que c'était un trait de personnalité parmi les autres, quelque chose de normal en somme.
    Et en lisant l'article je m'y suis retrouvée parfaitement (et je suis en étude de psycho^^), et je dois dire que je serais curieuse d'avoir des méthodes pour arriver à gérer ça dans ma vie de tout les jours car ça devient de plus en plus dur et je n'arrive pas à me blinder! Je suis aussi d'une timidité maladive, la peur d'être rejetée alors imaginez un peu le calvaire lorsqu'un garçon me plait (ce qui est actuellement le cas, bonjour le nombre réduit d'heures de sommeil).

    Alors si des Madz ont des astuces ou autres ça serait avec joie (et pleins d'amour) que je les écouterais :)
  9. lucinette2lucinette2

    Le 14 août 2013 à 09:44

    Franchement, tu viens de terminer le boulot qu'avait commencé ma psy…
    Elle m'a dit que j'étais hypersensible sans que je sache vraiment ce que ça impliquait.
    Je ne sais pas si tu as ce système de pensée aussi: la pensée en arborescence (attention petite définition):

    Une pensée en réseau (arborescence) qui se déploie dans plusieurs directions simultanément, à grande vitesse et sans limites. C'est une source importante de créativité.
    Et comme les Hypersensibles seul 5% de la population possède cette façon de fonctionner.

    Depuis toute gamine, on me dit que j'ai une âme d'artiste mais je ne suis pas d'accord. Je vois effectivement ce que les autres ne perçoivent pas forcément: Les couleurs sont plus vives, les courbes ont un impact etc… et j'ai entendu souvent "t'es bizarre" ou "t'es pas comme les autres" et oui c'est vrai. Je me suis souvent sentie "à part" mais pas forcément dans le bon sens.

    Pour moi passer le permis est une épreuve. La logique du code est parfois très approximative. (par pitié dites moi que je ne suis pas la seule qui galère ???) et quand je suis en voiture je remarque tout ce qu'il y a autour sauf une partie des panneaux. Je suis un foutu danger publique qui voit le tag sur le mur mais pas le feu dans les arbres.

    Mais grâce à toi je ne veux plus perdre ça. Je ne veux pas me "guérir". Parce que même si je ressens plus que les autres la méchanceté humaine et qu'une simple engueulade est un coup de poignard, la bonté et les bons moments sont amplifiées de la même manière.
    Je ne veux plus juger non plus les gens qui ne réagissent pas comme moi. Finalement ce n'est pas parce qu'ils s'en foutent mais peut être tout simplement qu'il ne le perçoivent pas.

    Je pense qu'on se serait bien entendu toutes les deux. Continue à accomplir de belles choses et rêve. C'est vrai que parfois c'est un calvaire mais c'est aussi un cadeau. Le tout c'est de ne plus le voir comme empoisonné.
  10. Floryane.aFloryane.a

    Le 27 octobre 2013 à 10:03

    Posté par mathie10
    J'arrive aussi un peu tard (je suis tombée sur l'article par hasard)! Et mon ostéopathe m'avait déjà mentionné que j'étais hypersensible mais je n'avais vraiment creusé la question, pensant juste que c'était un trait de personnalité parmi les autres, quelque chose de normal en somme.
    Et en lisant l'article je m'y suis retrouvée parfaitement (et je suis en étude de psycho^^), et je dois dire que je serais curieuse d'avoir des méthodes pour arriver à gérer ça dans ma vie de tout les jours car ça devient de plus en plus dur et je n'arrive pas à me blinder! Je suis aussi d'une timidité maladive, la peur d'être rejetée alors imaginez un peu le calvaire lorsqu'un garçon me plait (ce qui est actuellement le cas, bonjour le nombre réduit d'heures de sommeil).

    Alors si des Madz ont des astuces ou autres ça serait avec joie (et pleins d'amour) que je les écouterais :)


    Moi aussi j'arrive un peu tard ! Je viens de découvrir grâce à tous ces témoignages que je suis également hypersensible ! J'étais persuadée depuis quelques mois d'être dépressive, alors qu'en fait j'ai une sensibilité supérieure à la norme. Je me sens soulagée et je sais maintenant qu'il existe d'autres personnes comme moi. Je cite ton post parce que le point sur le sommeil perdu à cause des garçons m'a attirée. Je suis dans le même cas que toi, dès qu'un garçon se rapproche de moi j'en perds totalement le sommeil. Oui j'ai peur d'être rejetée, oui je réfléchis pendant des heures à comment cette hypothétique relation pourrait se dérouler et même comment elle pourrait se terminer !!! Ça peut passer pour de la folie, et jusqu'à hier je pensais que cela en était. Mais maintenant je sais qu'il s'agit d'hypersensibilité. Seulement voilà auprès des garçons c'est difficile à cause de ça. Soit de suite je me rends compte que la personne ne vaut pas le coup, soit je m'obsède pour un nouveau béguin, ce qui peut être mal interprété par le partenaire. Et cela a été mon cas. J'ai beaucoup souffert, encore maintenant je pense beaucoup à cette personne et j'aimerai lui expliqué. Je pense que tu peux observer plusieurs cas de figures : soit le garçon n'aura pas ta sensibilité et ça ne collera pas tout de suite, et tu le sentiras. Soit tu pourras instaurer un relation de confiance et tu pourras communiquer avec cette personne, et qui sera apte à comprendre ce que tu ressens, sans pour autant être hypersensible. Soit tu tomberas sur un hypersensible comme toi !
    En tout cas maintenant j 'ai décidé de faire de mon hypersensibilité une force, et je vais désormais de gérer ça pour toutes mes relations sociales (qui jusque là ont été plus que laborieuses !!!!! )
    De plus, pour gérer ça et éviter de perdre ton sommeil il faut que tu te fasses une bulle. Par exemple quand je sens que je commence à gamberger je bloque mon esprit, je me concentre et me force à ne plus y penser. Je me dit que j'y penserai demain, une fois réveillé, ou à un autre moment. Il faut que tu canalises ton énergie, pour ne pas te laisser déborder. Alors oui, des fois ça ne marche pas, mais avec de la pratique je pense qu'on peut y arriver. Aussi, ce qui m'aide c'est un peu de lecture avant de dormir. Seulement quelques pages, mais seulement pour me changer les idées. Je remets le compteur à zero.


    Enfin, j'espère que ce post pourra aider quelqu'un. En tout cas, tous vos posts m'ont aidée et je me sens libérée d'un point. Merci.

Tu dois être inscrite pour lire l'intégralité des réactions ou commenter !
Identifie-toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !