Tout plaquer et partir vivre à Madagascar — Témoignage

Tout quitter par amour, partir vivre à Madagascar et y ouvrir un café de jeux de société... Ça semble fou, et pourtant cette madmoiZelle l'a fait !

Tout plaquer et partir vivre à Madagascar — Témoignage

Commençons par le début. J’ai effectué mon stage de fin de master à Madagascar, pays aux mille lémuriens et autre caméléons. À la fin de ce séjour, je rencontre l’Homme. Après dix jours à vivre d’amour et d’eau fraîche, j’embarque dans l’avion de retour les larmes aux yeux et l’estomac au fond des tongs.

Trois mois pour trouver un moyen d’aller vivre à Madagascar

6 mois passent, durant lesquels on entretient cette relation par textos et environ un minute de « conversation » par semaine. Bah oui, les tarifs bas ne s’appliquent jamais à l’Afrique, pff. Je cherche désespérément un emploi, mais bon, entre la crise à Madagascar et la crise en Europe, pas facile de trouver des projets financés, encore moins quand on a pour seule expérience professionnelle des stages qui ne sont pas vraiment pris en compte. Finalement, je convaincs ma maman de me laisser y retourner, d’une part pour voir si cette relation a vraiment de l’avenir (dix jours, c’est quand même court !), d’autre part pour tenter de trouver un travail sur place. J’ai trois mois devant moi, soit la durée d’un visa touriste.

Pendant ces trois mois, je confirme à qui veut l’entendre que cet homme-là, c’est le bon. Slalomant entre les « Pff, il est avec toi pour le visa » et autre « Fais gaffe qu’il te mette pas enceinte hein », je vis trois mois de pur bonheur avec lui. La recherche d’emploi s’avère aussi difficile sur place qu’en France, mais je ne lâche pas l’affaire. Entre-temps, nous décidons de créer « quelque chose » me permettant de monter une entreprise : ce sera un café de jeux de société, le premier à Tana, la capitale de Madagascar. Le dernier jour de mon visa touriste, le matin de mon départ pour la France, je signe un contrat avec une entreprise locale, en tant que salariée, soit un joli salaire de 100€/mois sans aucun avantage. Je rentre en France, pour annoncer tout ça à ma famille, qui est loin d’être contente et rassurée par mes choix quelque peu… incertains ! Ah oui, monter un café dans un pays en crise, l’un « des plus pauvres » du monde en plus, avec à côté un travail où je me ferai exploiter malgré mon bac+5, forcément ça rassure pas !
Mais je ne me laisse pas faire, l’amour est plus fort que tout. Je repars, pour de bon cette fois-ci.

Vivre à Madagascar… Et y ouvrir un café !

Deux mois après, on ouvre notre café ! Baptisé le T-Toon, librement inspiré du nom de ma chienne qui a fait le voyage avec moi, je suis fière d’avoir enfin accompli quelque chose. Un an après, ça marche toujours, nous avons une clientèle fidèle et de nombreux nouveaux clients tous les jours.

Après cette (longue) introduction, je voudrais vous parler de la vie en expatriation, de ce moment où l’on se dit « Ça y est, j’ai plus de sécu, plus d’appart en France, tout recommence ici ». Au début, c’est forcément merveilleux. Par la suite, c’est toujours chouette mais quelques bémols viennent enrayer cette jolie musique.

Ce qui me manque pendant ma vie à Madagascar : les amis, et les fromages qui puent

Je crois que le plus dur, c’est de ne pas avoir d’amis. De vrais amis je veux dire. De ceux à qui tu peux tout dire sans jugement, sans crainte. Ceux-là, forcément, je les ai laissés en France. Vous me direz, à l’heure d’Internet et de Skype, c’est plus facile. Sauf que mes amis en France, ils sont très occupés. Moi aussi d’ailleurs. Aller trouver des plages horaires qui conviennent à tout le monde, c’est pas si évident que ça. Et puis la connexion, ça marche quand ça veut hein ! Ici, la plupart des Français (et étrangers en général) ne restent que le temps de leur job/mission/projet, soit entre 3 mois et 1 an. Je me suis fait une copine. Elle part le mois prochain définitivement. Du coup, je n’ai personne à qui parler et c’est franchement triste.

Mon niveau de vie a pas mal baissé aussi, mais je ne confonds pas cela avec la qualité de vie qui pour le coup, est largement meilleure qu’en France. C’est simple, si je m’amuse à convertir en euros, j’ai l’impression de bosser pour des centimes. À la fin du mois, c’est la joie quand on arrive à mettre de côté 25€ pour éventuellement s’offrir des vacances, un jour. Et c’est pas souvent… J’ai au moins la fierté de ne pas demander d’argent à mes parents (et eux ont la gentillesse de me faire des gros cadeaux de temps en temps pour me faciliter la vie, dernièrement ce fut un ballon d’eau chaude dans la salle de bain, joie, bonheur). Je m’offre à peu près un pot de Nutella (les petits hein) une fois par mois. Je suis en manque cruel de (bons) fromages (qui puent).

La vie à Madagascar : une éternelle « vazaha »

Enfin, je dirais qu’être étrangère à Madagascar, il faut s’y faire. Je peux rester ici encore dix ou vingt ans, je serais toujours « la vazaha » (= étranger, en malgache), celle qu’on peut arnaquer, celle qu’on peut draguer à tous les coins de rue, celle qui ne passera jamais inaperçue. C’est parfois très lassant (et certains mecs dans la rue se sont pris une flopée d’insultes au énième « Bonzour Sssérie ») surtout quand on est de mauvaise humeur. Le reste du temps, on s’y fait, on essaie d’être polie (mais pas trop, faudrait pas qu’il croie qu’il a une touche quand même).

Avec mon chéri, ça va toujours très bien, même si on est passé de l’idéal des débuts aux découvertes plus ou moins agréables de la personnalité de l’autre. Heureusement, on communique beaucoup, même si souvent j’ai l’impression d’être bien plus compréhensive que lui.

Pour conclure, je ne regrette en aucun cas mon choix, puisque j’ai trouvé l’homme de ma vie. J’ai parfois peur de l’avenir, de ce que je vais devenir professionnellement. J’ai finalement quitté mon taf’ (inintéressant au possible d’ailleurs) pour un autre job, à domicile et (un peu) mieux payé (enfin 15€ de plus ah ah ah, ça fait toute la différence !), mais qui me permet de rester plus souvent au bar (qui est dans notre maison en fait). Je cherche toujours un « vrai » boulot, en rapport avec mes études et mes ambitions. En attendant, je fais découvrir aux jeunes malgaches la joie des jeux de société et je me dis que quelque part, c’est pas si mal.

Quelques infos sur pour vivre à Madagascar !

Shopping : tous les jeudis à Tana se tient le grand marché aux fringues de Mahamasina. C’est un marché aux fripes dans lequel on peut retrouver de grandes marques françaises comme des plus petites, des tas et des tas de fringues de toutes modes, toutes tailles, dans un joyeux bordel. Evidemment, la négociation est de rigueur. Si on vous annonce 20 000 ariary pour une petite robe (soit 7€), vous pouvez réussir à baisser le prix jusqu’à 7 000 ariary (environ 2€). À titre d’exemple, ma dernière virée là-bas m’a coûté un peu moins de 25€, pour 5 robes, 4 débardeurs et 1 sarouel. Mise à part une robe trop grande (bah oui, on n’essaye pas au marché, on achète au nez !), le reste est nickel et de bonne qualité. Moi qui détestais faire les magasins, Mahamasina m’a réconciliée avec le shopping. Et trouver une robe Desigual à 4€, c’est magique.

Bouffe : À Tana, il y a plein de « riches » étrangers. Du coup, de nombreux restaurants spécialisés en cuisine malgache et européenne ont ouvert leurs portes, pour le plus grand plaisir de nos papilles. Ainsi, pour la modique somme de 10€, vous pourrez prendre un mojito en apéro, une entrée à base de foie gras, un magret de canard au miel en plat, et un succulent fondant au chocolat en dessert. Sans oublier un petit café. Bon, 10€ j’exagère peut-être un chouïa… Comptez 15€. Sinon, pour 1€ vous pourrez déguster de très bons plats malgaches dans les nombreuses gargotes qui bordent les routes.

Sorties : après le resto, on a souvent envie de sortir un peu. Pas de problème, Tana est une ville super festive ! Bars, karaokés et boîtes de nuit se relaient pour assurer aux noctambules une nuit parfaite. Malheureusement, de nombreux bars sont envahis de prostituées qui cherchent le « vazaha », ce qui peut parfois être un peu lourd.

Climat : Tana est située à environ 1400m d’altitude. Résultat, en été (d’octobre à mai), il fait pas trop chaud, et en hiver (juin à septembre), il fait pas trop froid. En gros, la température oscille entre 10°C l’hiver et 25°C l’été. De plus, en hiver, la journée le soleil réchauffe suffisamment la place pour traîner en petit débardeur, sans oublier de prévoir un gilet pour la fin de journée : dès que le soleil se couche, soit vers 17h, la température baisse en flèche. Par contre, il pleut souvent (on me dit dans l’oreillette que c’est pas normal d’ailleurs, changement climatique, tout ça tout ça). Sur les côtes, il fait chaud toute l’année et les plages sont… grandioses.

madagascar film

Paysages : Comment parler de Madagascar sans mentionner ses paysages aussi variés que superbes ? Tana en soi est une ville que je trouve magnifique. Disposée sur des collines, la ville accueille des tas de maisons plus ou moins grandes, collées les unes aux autres, d’où émergent des arbres et de la verdure à peu près partout. Lorsque le soleil se couche, les couleurs se réveillent. Rouge, orange, jaune, je vous assure que les teintes que prend la ville sont exceptionnelles. Ensuite, on va retrouver des rizières vert pétant, des collines à perte de vue, mais aussi des coins plus arides, limite Far West américain, des forêts vierges regorgeant d’animaux et de plantes en tout genre, et bien sûr des plages presque sauvages entourées de palmiers et autres cocotiers.

Les gens : les Malgaches sont réputés pour leur hospitalité et leur gentillesse. C’est vrai, la plupart des gens que l’on croise sont gentils et prêts à vous aider au moindre souci. Après, il faut tout de même se méfier car les arnaques sont nombreuses. Il vaut toujours mieux être accompagné d’un « local » pour être sur de ne pas se faire avoir, de l’achat de souvenirs au simple trajet en taxi.

– Cette madmoiZelle et son café ont bénéficié d’un article dans un magazine local : cliquez ici pour le lire

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Viens apporter ta pierre aux 25 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Cinzya
    Cinzya, Le 21 mars 2017 à 14h55

    Super témoignage, tu as réussi à t’envoler de tes propres ailes, je te souhaite tous le bonheur du monde !! Justement, j’ai une amie vient de partir à Madagascar pour y travailler et y vivre. Elle avait déjà tendance à faire l’aller-retour France-Madagascar-France et maintenant elle s’y est installée pour de bon. On s’écrit de temps de temps et après avoir lu cet article, je me suis dit que c’est à peu près la même chose qu’elle ressent, elle me raconte tout mais ce qui lui fait un peu peur en ce moment, c’est qu’elle n’a pas encore trouvé un job. Elle s’est installée chez une amie et avec un master en langue étrangère, elle est toujours en quête d’emploi. Certaines personnes disent que les opportunités d’emploi à Madagascar sont nombreuses et très diversifiées mais ce n’est pas là son problème, c’est surtout sa filière … Ceux qui obtiennent leurs diplômes dans une filière littéraire ont librement le temps de choisir le métier qu’ils veulent exercer oui mais à Madagascar ça débouche toujours soit dans l’enseignement, l’interprétariat ou la traduction et c’est là qu’elle a un peu de mal à se retrouver, l’enseignement, c’est pas vraiment son tasse de thé, la traduction bof... Bref, j’ai essayé de la rassurer plusieurs fois étant donné que moi-même je connais pas mal de personnes qui ont fait des études littéraire mais qui ont débouchés sur d’autres métiers une fois là-bas. Il suffit juste d’avoir les expériences requises et certains n’hésitent pas à suivre des formations en relation avec le poste souhaité pour être à la hauteur et obtenir des diplômes en plus, une recommandation que je lui ai aussi fait mais elle ne veut rien savoir, elle pense qu’elle n’aura aucune chance… J’ai fait mes petites recherches et quelques débouchés des études littéraires qu’on ne mentionne pas trop souvent et que je vais rapidement envoyer à ma meilleure amie : le commerce , gestion d'entreprises, tourisme, logistique et transports, métiers de l'art, métiers dans le secteur social ou paramédical, métiers de la défense et de la sécurité, métiers du secrétariat et de l'administration, les métiers de l'hôtellerie et de la restauration, les métiers du stylisme...corrigez-moi s’il vous plaît, si un ou deux ne doivent pas figurer sur cette liste. Sinon, connaissez-vous des personnes en particulière avec la même filière et qui a su trouver sa voie à Madagascar ?? Merci pour vos réponses.

Lire l'intégralité des 25 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)