J’ai testé pour vous… le baptême de plongée

Le baptême de plongée, qui n'y a pas déjà pensé ? Odélice l'a testé pour vous !

J’ai testé pour vous… le baptême de plongée

Non loin de chez nous, il existe un monde qui nous est le plus souvent étranger, un monde mystérieux et merveilleux qu’il nous est difficile d’imaginer. Et pourtant, nul besoin de navette ou autre objet volant plus ou moins identifié pour aller l’explorer : il s’agit de la mer. J’ai découvert cet univers il y a peu, au moyen de la plongée. Depuis je mange, je dors et je respire au rythme de mes plongées !

Mon aventure a commencé cet été où des amis avides de soleil et de la mer – mais surtout de sensations – me convièrent à un baptême de plongée. Après moult réflexions, me voilà partie le cœur vaillant pour réaliser en chantant le baptême qui pour moi, me révéla le véritable sens des vacances ! Et ce malgré le fait que le premier jour, notre embarcation fut le théâtre de bien des maux de mer, chutes et autres catastrophes, nos incantations de la veille n’ayant pas suffi à rendre le temps plus clément. La leçon était claire : nauséeux, restez couchés !

Alors me voilà partie, tel un petit canard clopin-clopant (la combinaison de plongée, niveau sexyness et confort, on a vu mieux), pour une préparation au niveau 1 de plongée sous-marine. Pensez à choisir une combi assez chaude et parfaitement adaptée à votre taille : trop serrée, elle ne vous permettra pas de respirer à votre aise, et trop grande, elle laissera s’infiltrer trop d’eau (probablement bien froide, en plus). J’ai choisi une deux-pièces, idéale à mon sens, même si un peu plus chère. Mais l’aisance dans le vêtement contribue très largement au plaisir éprouvé lors de la plongée.

J’avoue que le jour J a été très impressionnant, j’avais très peur d’y aller et de ne plus pouvoir respirer, sans parler de la bouteille, qui pèse bien plus lourd que ce que je pensais. De plus, respirer par la bouche n’est pas ce qu’il y a de plus instinctif. Mais avec l’aide du moniteur, qui m’a expliqué qu’on n’allait pas descendre très bas, mais qu’on verrait de très jolies choses, et qui m’a expliqué à quoi servait chaque instrument, j’ai réussi à prendre confiance !

Une fois dans l’eau, tout a été magique. Ce n’est pas vraiment facile à décrire, mais je vais essayer quand même ! Plus on avançait, mieux je me sentais ; le silence, perturbé seulement par les quelques bulles remontant à la surface, m’aidait à atteindre une sorte de plénitude intérieure. Pendant la demi-heure de plongée, après l’excitation et l’angoisse de couler, j’eus l’impression d’avoir accédé au bonheur, à la sérénité ! Quand le moniteur m’a fait signe de remonter, j’ai eu l’impression de sortir d’un rêve. Je serais bien restée plus longtemps… Mais je me réconfortai en me disant que j’allais pouvoir en parler avec ma mère, lui faire partager mes émotions et mon ressenti, elle qui a peur de l’eau !

Ami-e-s claustrophobes, ne vous méprenez pas : la plongée procure un incroyable sentiment de liberté. On n’a pas l’impression d’étouffer, mais de flotter au-dessus des rochers, ou le long des tombants riches d’algues multicolores, d’éponges, d’étoiles de mer, oursins, gorgones, et autres spirographes… Saviez-vous que ces algues brunes, qui nous dégoûtent, l’été, en s’enroulant à nos chevilles, sont des posidonies, merveilleuses plantes vertes irisées de reflets bleus ? Ou que le poulpe est le plus intelligent et le plus curieux des invertébrés : si vous savez le titiller, il viendra volontiers vous serrer la tentacule et vous gratifier d’un câlin un peu gluant mais… très charmant !

Laissez vos yeux s’attarder sur le sable : apparemment vierge, il fourmille en réalité de poissons plats qui se sont camouflés là, à l’abri des prédateurs. Mais gare à la vive, toujours prête à vous donner un coup de venin ! Vous pourrez découvrir, parmi les rochers, une rascasse ou un « béret basque », sorte de grosse mousse pas très ragoûtante. Jetez un oeil aux holothuries, surnommés « concombres de mer » : gros bourrelets noirs échoués sur le sable, ils ressemblent davantage à des excréments qu’à des animaux ! Mais à force de patience et d’observation, vous pourrez croiser l’antenne d’une langouste ou contempler un petit hippocampe, au milieu des sardines, girelles et autres saupes qui fileront sous vos yeux.

Si l’expérience vous tente, je ne peux que vous encourager et vous souhaiter de prendre autant de plaisir que moi ! La plongée sous marine est l’un des seuls sports permettant d’oublier les problèmes du quotidien et d’évoluer librement en trois dimensions. Sous l’eau, la seule personne avec qui on peut dialoguer, c’est… soi-même ! Et cela permet vraiment de faire le point, de se détendre. L’apprentissage est très simple, il n’y a pas de limite d’âge, de poids… Tout le monde peut le faire !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 4 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • [sousou]
    [sousou], Le 13 septembre 2012 à 22h35

    "le silence, perturbé seulement par les quelques bulles remontant à la surface, m’aidait à atteindre une sorte de plénitude intérieure"

    Totalement d'accord! Ce sont des sensations difficiles à décrire tellement j'étais bien sous l'eau...
    J'ai passé mon deuxième baptême cet été... et maintenant je n'ai qu'une hâte, c'est de passer mon niveau 1 l'été prochain!
    Je pensais également à passer mon niveau 1 avec l'UCPA! Si quelqu'un a déjà testé je veux bien des avis :)

Lire l'intégralité des 4 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)