Live now
Live now
Masquer
temoignage-eleveuse-chiens
Témoignages

J’ai testé pour vous… être éleveuse de chiens

Carla est éleveuse de chiens ; elle n’est qu’amour, poils et jeux canins. Elle vous présente ce métier prenant mais épanouissant, plein de bestioles adorables !

Publié le 12 avril 2014

Je m’appelle Carla, et mon travail c’est l’élevage canin. Je vous vois déjà hausser le sourcil avec scepticisme, vous demandant ce que ça peut bien être que ce boulot…

Effectivement, ce n’est pas un métier où ta paye tombe tous les 27 du mois : on est plus dans le genre 24h/24, sept jours sur sept ; bien plus qu’un travail, c’est une passion !

Éleveuse de chiens… pourquoi pas ?

Pour être honnête, l’idée ne venait pas de moi au début. Cela a commencé il y a six ans, quand mon mari s’est acheté une chienne « dogue argentin ». Il s’est alors passionné pour cette race de gros chiens. Puis il a eu envie de faire un élevage.

J’ai testé pour vous… être éleveuse de chiens

C’était bien beau, mais pas mal de questions s’imposaient : comment ? Quand ? Où ? Tout s’est enchaîné ; on a acheté un mâle, puis une autre femelle, et on s’est installés en Basse-Normandie, dans un endroit bien à l’écart pour ne pas empêcher les voisins de roupiller.

Concrètement, ça se passe comment ?

On peut faire une formation, mais ce n’est pas obligatoire. Si comme nous tu veux te lancer dans un élevage familial, il faut simplement connaître les bases d’un élevage et les règles d’hygiène et de sécurité grâce à des livres — nous, on se base sur celui-là.

Ce sont des choses assez élémentaires, comme ne pas laisser tes toutous dans leurs excréments toute la journée, et bien clôturer leurs espaces de détente, là où ils courent dans tous les sens pour rien. Ce qui nous arrange aussi, en fait !

Un élevage peut contenir un ou plusieurs chiens : tout dépend de tes capacités, de tes moyens et de ta patience. Pour un élevage d’un à neuf chiens de plus de quatre mois, aucune autorisation n’est requise. Entre dix et cinquante chiens, il faut déclarer l’installation ; quand il y en a plus de cinquante, c’est comme pour un troupeau de vaches, il faut une autorisation d’exploiter.

Nous, et c’est déjà pas mal, nous avons sept chiens : quatre adultes et trois chiots (enfin presque des ados) !

Éleveuse de chiens, en quoi ça consiste exactement ?

L’élevage consiste à reproduire selon les règles d’un standard : toute race a son standard, ses propres spécificités physiques et psychologiques. Il faut ainsi pratiquer une saillie entre un mâle et une femelle (c’est mieux pour faire des bébés).

Il s’agit ensuite de suivre la gestation de la chienne, de lui faire faire tous les examens nécessaires, et de lui donner tous les soins dont elle a besoin. Ensuite on assiste ou même on participe à la mise-bas.

Il faut être complètement disponible et attentif pendant les premières semaines de vie des chiots. Ils doivent être inscrits à la Société Centrale Canine, vaccinés et pucés pour être ensuite proposés à la vente.

Chez nous, on leur apprend à ne pas nous sauter dessus, à rester calme au moment du repas, à ne pas mordre… On établit une sorte de hiérarchie pour qu’ils nous obéissent. Mais si certains élevages donnent aux chiots une éducation poussée, nous nous pensons que l’éducation doit essentiellement venir du maître qui les adoptera.

Nos journées se partagent donc entre les sorties, où nous leur faisons faire des jeux pour leur apprendre le respect et l’obéissance, les repas et… les câlins !

J’ai testé pour vous… être éleveuse de chiens

Le glamour

Si tu aimes les jolis vêtements coûteux, l’odeur des plus subtils parfums et la douceur des petits chatons, ne viens pas chez moi, car je n’attire pas le regard par mon sens du style mais plutôt par mes vêtements boueux, et ma fragrance à moi, c’est Toutou n°5 !

Par contre, je suis inondée de la douceur et l’affection de mes « bébés ». Le quotidien est fait de tout plein de câlins canins ! Parce que quoi qu’on en dise, le chien est toujours fidèle et affectueux si tu l’élèves correctement : c’est l’éducation du maître qui fait le chien, et pas le contraire.

J’ai testé pour vous… être éleveuse de chiens

Comment vit-on de l’élevage de chiens ?

C’est le côté le plus « malheureux » de l’histoire : on ne fait pas ce métier pour être millionnaire (à moins d’élever des chiens lions en Chine). Quand tu fais les choses bien, que tu respectes tes chiens et les traites bien, c’est dur à la fin du mois.

Mais je n’ai vraiment pas envie de faire pleurer dans les chaumières. Un petit truc fait qu’on supporte tous les tracas : les portées, et ces petites choses toutes roses qui ont encore les yeux fermés, qui geignent comme des bébés… Tu les vois évoluer chaque jour, faire leurs premiers pas, japper pour la première fois, sortir pour la première fois. Et c’est beau.

J’ai testé pour vous… être éleveuse de chiens

Tout cela nous donne à mon mari et à moi l’envie de continuer. D’ailleurs ce qui est bien aussi dans ce métier, c’est que la parité est respectée et ça, ça fait du bien, non ?

De plus, la compagnie de nos chiens a parfois plus de valeur que celle de certains humains. À bon entendeur…

À lire aussi : Les bons chiens, ma dose de joie quotidienne

Témoignez sur Madmoizelle !

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !

Les Commentaires
56

Avatar de -Soualo-
26 août 2019 à 13h21
-Soualo-
Engagez-vous donc dans l'armée, et achetez un chien 1200 balles plutôt que d'en adopter (les élevages c'est super). Bonne ambiance en ce moment sur mad, manque plus qu'un article qui vente les mérites de Bolsonaro et on aura gagné la fève.
1
Voir les 56 commentaires

Plus de contenus Témoignages

Témoignages
femme devant un micro et un carnet

Participez au nouveau podcast Madmoizelle en nous confiant ce que vous voudriez dire à votre ex

Aïda Djoupa

22 jan 2022

Daronne
pieds de nouveau né

« Je ne voulais pas de péridurale, et j’ai pu faire sans » : Nolwenn raconte son accouchement

Aïda Djoupa

21 jan 2022

4
Règlement de comptes
femme en train de compter

Mégane, 3 484€ par mois à deux : « Nous sommes très anxieux, l’argent est un sujet tabou »

Aïda Djoupa

20 jan 2022

26
Sexo
couple-baiser

Comment un plan cul inattendu m’a reconnectée avec ma sensualité

Une madmoiZelle

18 jan 2022

Féminisme
my-body-my-rules-vert

« J’ai dû voir 4 ou 5 gynécos » : être une femme qui veut se faire stériliser reste une galère

Maëlle Benisty

17 jan 2022

7
Témoignages
coeur dans une enveloppe

Vous hésitez à faire le premier pas avec votre crush ? Elles ont osé, elles racontent

Aïda Djoupa

16 jan 2022

Santé sexuelle
Poterie représentant une vulve.

« C’est une opération aléatoire » : avec celles qui ont choisi la labioplastie, la chirurgie de la vulve

Laura Bonnet

14 jan 2022

17
Santé
endo

Douleurs insoutenables et sexualité limitée : l’endométriose, je vis avec depuis toujours

Une madmoiZelle

14 jan 2022

86
Règlement de comptes
Manon-RDC

Manon, son compagnon et leur fille, 3 646€ par mois : « Je ne finis jamais à découvert »

Camille Abbey

13 jan 2022

4
Société
Enfant_avec_un_masque

« Nous sommes à bout » : 4 parents racontent leur rentrée covidée aux protocoles confus

Aïda Djoupa

12 jan 2022

20

La société s'écrit au féminin