Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Mode

« Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures », Apichatpong Weerasethakul

Voilà une Palme d’or qui avait beaucoup fait sourire. Le nom imprononçable du réalisateur thaïlandais faisait drôlement écho à celui tout aussi compliqué d’un certain volcan islandais dont on avait beaucoup parlé peu de temps auparavant.  Plus sérieusement, le choix du jury présidé par Tim Burton était loin de faire l’unanimité, surtout une année où la France pensait tenir un candidat digne de la consécration, toute compétition finit par devenir nationaliste, le choix d’un outsider asiatique avait fait mal.

Et puis surtout avait resurgi l’éternel débat autour de la critique qui serait totalement déconnectée du public et encenserait des films à l’avenir commercial pour le moins incertain. C’est vrai qu‘Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures, n’est pas un film grand public, c’est sûr. Ce film est véritablement singulier, unique en son genre, et pour cette raison il ne peut être accepté par tous, malheureusement. Je ne crois pas que cela soit une raison suffisante pour l’empêcher d’exister et surtout pour empêcher ceux qui ont su apprécier cette singularité de lui remettre un prix qu’il a bien mérité.

Dans ce film, le thaïlandais Apichatpong Weerasethakul explore les limites entre la vie et l’au-delà, la réalité et le rêve, le présent et le souvenir. Les moments se suivent, les altérations entre une scène et l’autre sont presque imperceptibles et pourtant elles nous font à chaque fois basculer dans un autre degré de réalité. Il est difficile de décrire plus précisément le film sans donner l’impression qu’il s’agit encore d’un film d’auteur barbant, ce que certains critiques ont pu dire d’ailleurs. C’est que le film est proprement asiatique, il illustre une façon de percevoir le monde qui nous est totalement étrangère et à laquelle il peut être difficile d’adhérer mais qui dans tous les cas est fascinante. Le montage n’a rien d’occidental non plus, les plans sont longs, fixes, bien loin des habitudes européennes et encore plus de celles américaines d’efficacité et de rapidité. Toute la première bobine du film tiens en à peu près trois plans dans lesquels il ne se passe rien, ou si peu. Ce n’est même plus un style contemplatif, c’est tout simplement un rythme qui nous est totalement étranger.

uncle boonmee

Pourtant il y a des perturbations dans cette allure générale : les yeux rouges fixant les spectateurs dans le noir, une princesse s’accouplant avec un poisson, une longue descente vers une grotte filmée en caméra subjective, des photos de soldats heureux. Autant de soubresauts qui troublent la tranquillité apparente du film et son rythme traînant et languissant. Ce qui demeure imperturbable, c’est le jeu des acteurs, la musique du thaïlandais qui participent au rythme si étrange du film.

Car c’est vraiment un film étrange, il n’y a pas d’autres mots. Il n’y a presque pas de mots pour décrire l’univers si particulier dans lequel il nous transporte. Il est rare qu’un film emmène son spectateur si loin, ce n’est pas seulement la Thaïlande et l’exotisme asiatique, c’est un monde crée par Apichatong Weerasethakul dans lequel on se perd, on s’oublie, on est happé par le film et sa beauté. Les presque 2 heures de film sont un état de grâce unique et inoubliable. C’est une vraie chance (pour nous) que le jury cannois ait donné une chance à ce film d’être vu, même s’il n’aura pas le succès d’un Inception ou d’un Avatar, certains films et certains prix ne sont pas non plus là pour ça.


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

5
Avatar de s(k)aloperie
8 septembre 2010 à 14h09
s(k)aloperie
Effectivement pas un film disons "abordable" pour tout le monde.
Etant pourtant "habituée" à voir des films disons "d'art et d'essais", je crois que je me suis jamais autant ennuyer devant un film. Le résumé que j'en avais lu résume les 3/4 du film. Des scènes assez improbables (l'accouplement avec le poisson, les singes fantômes aux yeux rouges,...), et de jolies images. Mais c'est long, long ,long et lent mais lent,...avec des longueurs en fin de scènes...
Après, il y a peut être un sens que j'ai pas compris, ou autre mais c'est vrai que perso j'ai pas beaucoup beaucoup accroché (et ma mère non plus qui pourtant en a vu d'autres dans le genre). Une palme d'or trop "intellectualiste"? Mais après je crache pas non plus dessus, il y a une raison pour qu'il ai reçu cette palme et des gens vont sans doute adorer. Et puis on était 5 dans la salle (j'habite pas un coin si paumé que ça), alors c'est sur que c'est pas un film commercial.
Sinon l'article sur mad' le décrit et en parle très bien, vous pouvez vous y fier.
0
Voir les 5 commentaires

Plus de contenus Mode

Pour la fashion week, même IKEA s'invite à la fête, avec Annie Leibovitz // Source : Annie Leibovitz pour IKEA+
Actualité mode

Pour la Paris Fashion Week, même IKEA s’invite à la fête, avec Annie Leibovitz

porter-manteau-long-petite
Conseils mode

3 conseils pour porter le manteau long quand on est petite

12
Créateur phare des années 1980, Claude Montana vient de s’éteindre
Actualité mode

Créateur phare de la mode des années 1980, Claude Montana vient de s’éteindre

orgasme-fruits-legumes-vert
Mode

Ces petits « accidents » qui peuvent arriver au lit et dont on ne parle pas assez

20
Zendaya en Givenchy par Alexander McQueen de 1999
Mode

Zendaya en Givenchy par Alexander McQueen de 1999 : encore un look d’archive futuriste pour Dune 2

L'affiche officielle du film Challengers de Luca Guadagnino avec Zendaya // Source : DR
Cinéma

Zendaya, Mike Faist et Josh O’Connor dans la nouvelle bande-annonce du film Challengers de Luca Guadagnino

Bilal Hassani pour Zalando // Source : Zalando
Mode

Bilal Hassani : « Le vêtement peut nous rassurer et nous armer de confiance »

Pour le musical du Diable s'habille en Prada, Vanessa Williams sera Miranda Priestly // Source : Capture d'écran Twitter
Actualité mode

Pour le musical du Diable s’habille en Prada, Vanessa Williams sera Miranda Priestly

Que trouve-t-on dans la boutique culturelle Saint Laurent Babylone ? // Source : Courtesy of Saint Laurent
Actualité mode

Pourquoi Saint Laurent ouvre sa librairie (ou la culture comme nouveau produit d’appel) ?

1
Tendances mode 2024 : quels sont les looks, pièces, et couleurs sur lesquels miser les yeux fermés ? // Source : Gucci ; Chanel, Miu Miu ; Gucci ; Celine
Actualité mode

Tendances mode 2024 : quels sont les looks, pièces, et couleurs sur lesquels miser ?

4

La vie s'écrit au féminin