Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur

Strabisme, cernes et sourcils : comment j’ai réussi petit à petit à dompter mon regard

Notre regard, ce « visage de l’âme » ne correspond pas toujours à l’idée qu’on s’en fait. Cette semaine Corps à cœur Cœur à corps donne la parole à Lola qui a beaucoup travaillé pour aimer ses yeux et ses contours.

Hello vous !

 Corps à coeur Coeur à corps revient avec le témoignage de Lola qui a mis du temps et a usé de différentes stratégies pour se décomplexer sur son regard.

Si tu n’as pas suivi, il s’agit d’une série de témoignages illustrés

, mettant en avant des personnes qui ont décidé d’avoir un regard plus positif vis-à-vis de leurs complexes physiques.

Il ne s’agit pas de se sentir bien À TOUT PRIX (ça suffit les injonctions, oh !) ou de dire qu’il y a des complexes plus importants que d’autres, mais d’observer les chemins que prennent différentes personnes pour se sentir plus en paix avec elles-mêmes.

Tous les corps sont différents, ça te dit de les célébrer avec moi chaque semaine ?

Les illustrations sont faites par mes petites mains et à partir de photos envoyées en même temps que le texte. J’en reçois plusieurs et je choisis celle qui m’inspire le plus.

Donc, sans plus attendre, le témoignage de cette semaine.

Lola, 27 ans nous parle de son regard

Mon regard et moi, c’est une source de complexes depuis toute petite pour plusieurs raisons : j’ai un strabisme convergent, de grands yeux, des sourcils broussailleux et des cernes assez marquées. Les yeux, ce « visage de l’âme ». Autant dire que j’avais l’impression qu’ils ne reflétaient pas du tout qui j’étais.

On me disait que pour Halloween, je n’aurai pas besoin de costume vu que j’avais l’air d’un zombie avec mes cernes… Depuis toute petite, je ne me suis jamais trouvée jolie, j’avais l’impression que mon regard gâchait littéralement toute ma face. Voici comment j’ai réussi (ou pas) à accepter mes cernes, mon strabisme et mes sourcils.

Mon strabisme

On me l’a diagnostiqué alors que j’étais très très petite, à peut-être deux ou trois ans. On a proposé à mes parents de m’opérer mais ils ont refusé. D’une part car les chances de correction étaient vraiment faibles et d’autre part, ils avaient peur de me voir passer sur une table d’opération. Un risque élevé pour quelque chose qui ne nuisait pas à ma santé finalement.

Au collège, j’ai cependant retrouvé une lueur d’espoir avec… la série Smallville. Un des personnages principaux, Lana Lang, interprétée par Kristin Kreuk avait en effet un léger strabisme.

C’est con, mais le fait de me dire qu’une personne avec un strabisme avait réussi à tenir un rôle principal dans une série américaine et à être tellement belle aussi me rassurait, et me faisait relativiser sur le regard des autres. J’avais un point commun avec Kristin Kreuk, c’était devenu la classe, ma petite particularité qui me distingue des autres et plus un défaut honteux.

Mes sourcils  A 5 ans, je me suis rasée une partie de mes sourcils pour les rendre moins épais : bad move, je me suis retrouvée avec des sourcils encore plus dispersés.

J’ai commencé à les épiler discrètement fin collège / début lycée. Je dis discrètement car je n’avais pas envie que ça se remarque mais en même temps, je rêvais de les avoir moins broussailleux. Je souhaitais à tout prix éviter les regards ou les discussions sur cette zone de mon visage que je n’assumais pas.Je subissais mes sourcils et étais bloquée dans une impasse.

Pour mes 22 ans, ma soeur m’a offert un soin et épilation chez l’esthéticienne qui a été un choc pour moi. Ma ligne était fine et nette: comme c’était l’été, j’avais une espèce de démarcation qui me donnait l’impression d’avoir « une trace de bronzage » de mes anciens poils.

J’avais l’impression de ne plus être moi-même et m’étais jurée que je n’irais plus jamais chez l’esthéticienne.

Quelques mois après, mes sourcils broussailleux étaient de retour, mes complexes aussi. J’ai finalement manqué à ma promesse et ai décidé de revenir chez l’esthéticienne cette fois-ci en la guidant précisément sur ce que je voulais : une ligne naturelle, pas trop fine et qu’on ne touche pas à la base de mon sourcil. Mon esthéticienne était très à l’écoute et m’a fait la ligne de mes rêves.

J’aimerais tant rassurer mon moi de 13 ans : si vraiment tu n’aimes pas tes sourcils, tu pourras faire la ligne de ton choix chez l’esthéticienne ! C’est un peu comme un coiffeur qui fait une coupe à tes sourcils, tu n’es pas obligée de suivre la ligne à la mode !

J’ai vaincu ce complexe en « trichant » un peu vu que j’ai modifié ma ligne mais en restant fidèle à moi-même et à mon souhait de garder une ligne épaisse mais nettoyée.

Mes cernes

J’ai littéralement tout essayé: roll-on rafraîchissant, contour des yeux, sachets de thé, masque au café, cuillère dans le congélateur… J’avais beau avoir dormi 7h, mes cernes étaient toujours là. Elles me donnaient un air triste, fatigué alors que je suis une fille plutôt dynamique et généralement de bonne humeur.

Si j’ai bien cassé la gueule à mon complexe du strabisme en l’assumant et à mon complexe du sourcil en le façonnant comme il me plaît, j’ai un peu plus de mal avec mes cernes qui renvoient vraiment cette image de fille fatiguée et triste.

J’ai donc décidé de m’intéresser à l’art du maquillage : j’ai regardé récemment des vidéos de youtubeuse beauté qui m’ont fait comprendre la technique de l’angle pour couvrir la cerne. La technique marche plutôt bien mais ne tient pas vraiment toute la journée (et sérieusement les retouches… anybody got time for that ?).

Il y a des jours aussi, où je n’ai pas envie de me maquiller. Dans ces cas là, je reste une minute de plus devant le miroir après avoir mis ma crème hydratante et je me regarde droit dans les yeux.

La première fois que j’ai fait ça, j’ai souri car je me sentais un peu idiote et là j’ai réalisé que mes cernes se voyaient moins. Ce petit exercice du miroir m’a aussi aidé à travailler sur mon complexe : quand on regarde vraiment quelqu’un dans les yeux, on ne remarque pas les autres détails au final.

Après plus de 20 ans, je suis fière d’en avoir fini avec 2/3 de mon complexe sur mon regard. Quant au complexe de mes cernes, je vais faire preuve de patience avec moi-même et chercher sur Google « stars cernées et sexy ».

Ça avait bien marché sur mon strabisme après tout ! ( C’était une blague mais j’ai cherché par curiosité sur Google et suis tombée sur un tableau Pinterest ^^)

regard

J’ai également demandé à Lola de faire un retour sur cette expérience : témoigner et voir son corps illustré, ça fait quoi, qu’a-t-elle ressenti ?

Tu veux bien me décrire comment tu l’as ressenti ? Est ce que tu as senti une évolution de ton regard ?

J’ai adoré vivre cette expérience. Ça m’a fait du bien d’écrire, ça m’a aidé à faire le bilan (calmement) de mon ressenti et sur le « travail » que j’ai pu faire sur ce complexe.

Le travail n’est pas fini sur mes cernes mais ce qui est sûr, c’est que je m’aime plus qu’il y a 10 ans ! J’ai aussi réalisé à travers cette expérience l’importance de la représentation et son impact: c’est peut-être idiot mais sans Kristin Kreuk, j’aurais eu des difficultés à aimer mon strabisme.

Le fait de voir une personne connue avec cette caractéristique m’a aidé à m’identifier et à mieux m’accepter.

J’espère juste que ce témoignage aidera d’autres personnes qui auraient le même complexe que moi à aimer leur regard :) (Et encore merci Kristin Kreuk!)

J’aimerais également savoir ton ressenti vis à vis de l’illustration, est ce que tu t’y reconnais ? Est ce que ça te fait voir ton corps autrement ?

Je me suis sentie sublimée par ton illustration :D Je me suis vraiment reconnue à travers, c’est impressionnant ! Le dessin est hyper beau, j’avais presque oublié les grains de beauté sur mon visage que j’adore ️ Ça m’a aidé à prendre le temps de kiffer certaines parties de mon corps avant de détester les autres !

À lire aussi : Pourquoi mes amitiés féminines sont précieuses, alors que je les ai longtemps rejetées

Toi, oui, toi qui as lu avec attention. Toi qui as envie de dire à ton corps que tu veux enterrer la hache de guerre. Que même s’il y a des jours avec et des jours sans, ça serait déjà un premier pas de partager ton expérience.

Bienvenue dans Corps à cœur Cœur à corps !

Concrètement, si tu veux participer, qu’est ce que je te demande ?

Le témoignage sera en 2 parties : un texte et une illustration.

  • Le texte, c’est toi qui l’écris : tu m’expliques ton rapport à ce(s) complexe(s), pourquoi tu as envie de changer de regard dessus, comment tu t’y prends…
  • Pour l’illustration, j’ai besoin de 5 photos de cette partie de ton corps et/ou de ton corps en entier.

Tu peux les prendre seul·e ou avec un·e proche; l’essentiel est que ça soit ton regard avant de devenir le mien. Ça peut être un exercice difficile, j’en ai conscience, donc je laisse le plus de liberté possible ! Mise en scène, spontanéité… c’est toi qui vois.

Je choisis la photo qui m’inspire le plus et j’en fais une illustration.

Envoie-moi ça à lea.castor[at]madmoizelle.com avec « Corps à cœur Cœur à corps » en objet du mail !

Pour suivre Léa Castor, rendez vous sur Instagram et Facebook !

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

8
Avatar de Lili Liane
9 avril 2018 à 17h04
Lili Liane
@MAAAL Ben j'suis mal barrée alors, parce que j'ai le combo "grands yeux bleu clair + poches bien creusées + cernes bleu ou violettes selon la position de la lune" donc en fait on ne doit voir que ça de mon visage
Pour moi, impossible de sortir sans anti-cernes, c'est le minimum. Je viens de m'acheter une palette de correcteurs également, et j'ai l'impression que ça marche pas trop mal. Donc correcteur orange ou jaune + anticernes de la bonne teinte + poudre, ça fait à peu près l'affaire (mais ça ne camoufle pas les poches)
1
Voir les 8 commentaires

La société s'écrit au féminin