« Vous êtes un passionné, Mozart. »

Dès mon cinquième automne, j’ai été inscrite à l’éveil musical au conservatoire. A six ans, on m’a demandé de choisir quel instrument je pratiquerai. C’était une évidence pour moi : ce serait le piano. Le piano parce que maman l’avait elle aussi choisi et que l’écouter jouer me fascinait. Ce qui m’a le plus marquée […]

Dès mon cinquième automne, j’ai été inscrite à l’éveil musical au conservatoire. A six ans, on m’a demandé de choisir quel instrument je pratiquerai. C’était une évidence pour moi : ce serait le piano.

Le piano parce que maman l’avait elle aussi choisi et que l’écouter jouer me fascinait. Ce qui m’a le plus marquée à cette époque-là, c’étaient les douze variations de Mozart sur « Ah ! Vous dirai-je, maman ». La première est très simple et c’est justement le premier morceau que j’ai su « jouer », avant même d’avoir un professeur (rien de prodigieux là-dedans, rassure-toi).

Les premiers cours au conservatoire se passaient bien. Je me souviens encore parfaitement de ma première audition : mes doigts tremblaient tellement j’étais paniquée d’avoir tous ces yeux tournés vers moi, et toutes ces oreilles à mon écoute.
A la naissance de ma seconde petite sœur on a déménagé et j’ai dû prendre des cours particuliers pour le piano, tout en continuant la chorale et le solfège au conservatoire.
Le solfège est parfois un élément qui rebute les personnes de jouer d’un instrument parce que ces cours ont la réputation d’être très lourds. Ce qui est… absolument vrai, je ne peux le nier.

Toutefois, je me rends compte que d’avoir suivi cette formation durant 6 ou 7 ans me facilite la tâche aujourd’hui lorsque je déchiffre des œuvres et que donc, si je puis me permettre une remarque : oui, le solfège, c’est terriblement chiant, mais au bout de plusieurs années, on s’aperçoit que ça vaut le coup de s’être fait terriblement chier.
Et pour le piano – comme pour tout autre instrument, présume-je, c’est la même chose. Beaucoup d’élèves arrêtent à l’adolescence, si ce n’est plus tôt parce que, forcément, rien n’est acquis mon ami, et que de ce fait, si l’on ne travaille pas régulièrement ses morceaux, on n’arrive à rien et que ça, c’est franchement énervant.

Je suis bien placée pour le savoir parce pendant des années je n’ai quasiment pas progressé pour la bonne et simple raison que je ne travaillais absolument pas mes morceaux, que j’étais totalement désintéressée par la musique, notamment *grâce* à cette prof’ que j’ai eu pendant quelques années après mon déménagement, qui prenait un malin plaisir à me taper sur les doigts à chaque fausse note.

Mais j’ai changé de professeur et, un jour, il y a eu Schubert. J’avais la chance de pouvoir choisir mes morceaux et elle m’a proposé un Moment Musical. Ca a été mon « morceau-déclic ». Je l’ai déchiffré en un rien de temps et ça a été un réel plaisir de le travailler, de peaufiner son jeu, mesure par mesure, d’étudier l’intensité qu’il faudrait accorder à chaque note… C’est à ce moment-là, je crois, qu’est née en moi une passion pour mon instrument.
C’était il y a cinq ans et depuis, cette passion n’a cessé de grandir lorsqu’en progressant j’ai pu accéder à un répertoire de plus en plus vaste, de plus en plus riche.
Les morceaux que jouait ma mère quand j’étais gamine, comme la totalité des variations de Mozart pré-citées, les Valses et Nocturnes de Chopin, Sonates de Mozart ou Beethoven, Préludes et Inventions de Bach, Impromptus de Schubert, la Sicilienne de Fauré, les Gymnopédies de Sati… sont devenus accessibles…

Aujourd’hui la musique est omniprésente dans ma vie. C’est un réel exutoire, même si je sais parfaitement que mon jeu est très, très loin d’être excellent, je ne peux plus m’en passer : lorsque l’on part en vacances dans un lieu quelconque en famille, ma première question n’est pas de savoir s’il y a une piscine d’accessible ou la mer à proximité ou quelque chose comme ça… Ma question est : il y a-t-il un piano là-bas ?

Et toi, pratiques-tu d’un instrument de musique ?
Si oui, la musique te passionne-t-elle ou est-ce que jouer n’est, pour toi, ni plus ni moins qu’un simple loisir ?
Si non, en as-tu déjà pratiqué un dans ta tendre enfance et regrettes-tu de t’être arrêtée ? N’hésite pas à réagir sur le forum ! :)

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 27 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • AnonymousUser
    AnonymousUser, Le 15 novembre 2006 à 19h19

    Et toi, pratiques-tu d?un instrument de musique ?
    oui, je fais du violon depuis 7 ans.

    Si oui, la musique te passionne-t-elle ou est-ce que jouer n?est, pour toi, ni plus ni moins qu?un simple loisir ?
    je pense qu'au bout de 7 ans d'un instrument comme le violon (qui n'est pas facile, sans me vanter, je l'avoue !), et surtout à mon age, on ne joue plus pour faire plaisir à ses parents. pour moi, la musique c'est preque comme une deuxieme langue en fait, ça peut paraitre un peu comme un "blabla". mais quand je joue, j'ai comme l'impression de donner, mm si ya personne !

Lire l'intégralité des 27 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)