Instant confession : j’aime les croûtons mous et les céréales noyées

Miss Lu aime manger des trucs mous. Elle vous explique ce que ça révèle de l'humanité... avec un soupçon, que dis-je, une larmichette de mauvaise foi.

Instant confession : j’aime les croûtons mous et les céréales noyées

Les gens aiment ce qui croustille. C’est un truc que j’ai remarqué, notamment grâce aux pubs pour céréales et barres chocolatées : si vous remarquez bien, l’argument choc est toujours « crounch crounch ». Moi, ça me laisse de marbre.

Eh bien oui, moi, je suis dans l’autre team. Parce que j’ai une âme de gentille. Promis, vous allez bientôt comprendre.

Ce que j’aime manger

J’aime que ça fonde, que ça s’étale, que ça valse dans la bouche

J’aime les croûtons dans la soupe, mais seulement lorsqu’ils sont un peu ramollis. J’aime le fromage de chèvre fondant. J’aime les Trésors de Kellogg’s… une fois qu’ils sont bien imbibés de lait et qu’ils fondent dans la bouche. J’adore le Nutella (et ses dérivés à Nature&Découvertes qui sont à tomber par terre et à s’enfoncer dans le sol de plaisir) et le beurre de cacahuète (mais pas les petits bouts de cacahuète dedans : j’aime que ça s’étale de manière homogène). J’aime les Snickers, pas les Kitkats.

Bref, j’aime que ça fonde, que ça s’étale, que ça valse dans la bouche. J’aime pas les accrocs et les trucs qui se coincent dans les dents.

Untitled-1

La violence de l’Homme

Et ça prouve que je suis une gentille et pas vous, les croustilleurs (qui a dit « mauvaise foi » ?). Parce que voilà : ce dont le monde ne se rend pas compte, et que j’ai soigneusement conclu après moultes expérimentations et observations, c’est qu’aimer ce qui croustille révèle la véritable nature de l’Homme : un destructeur par essence ! Quand ça croustille, c’est que ça se brise en mille morceaux, que la structure de l’aliment mâchouillé se défait, et que quelque chose cède à la puissance de nos mâchoires. Et nous en sommes la cause.

Nous sommes le marteau, le bulldozer, la bombe atomique ! Et nous écrasons soigneusement ce qui nous est inférieur, nous pulvérisons la faiblesse, nous effaçons l’essence même de l’aliment.

L’Homme est un destructeur par essence

Vous vous rendez compte, à présent, de la violence qui anime l’homme, intrinsèquement. Mais quelques personnes, comme moi, sont des erreurs de la nature — selon Darwin, nous ne devrions pas survivre, nous ne sommes pas assez agressif•ve•s. Et pourtant nous sommes là : nous représentons la rédemption de l’humanité ! Nous sommes la preuve que l‘Homme peut refouler ses instincts destructeurs jusqu’à les perdre complètement ; jusqu’à ne plus aimer que ce qui est ramolli.

Le plus beau, c’est quand vous êtes enfin capable d’apprécier pleinement la nourriture qui coule délicatement dans votre bouche, qui fond sur la langue, qui s’harmonise pleinement avec votre palais : vous êtes alors en phase avec la nature.

Untitled-2

Rejoignez-moi ! On peut former un club ! On peut créer une association ! Plus rien ne nous arrêtera, on créera l’État des mangeurs de nourriture fondante ! PRIONS POUR LES ALIMENTS FONDUS !

Cordialement, la prêtresse du dégoulinant, du fondant, et du ramolli (sauf les chips : il faut savoir pécher de temps à autre).

À lire aussi : La cuisine au micro-ondes : mode d’emploi

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 23 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Wildation
    Wildation, Le 14 octobre 2015 à 22h18

    Ouhla mais je savais même pas que ce n'était pas accepté par la société d'aimer manger ce qui est mou. On m'a toujours accepté pour qui je suis, sans me faire sentir ma différence!
    J'suis trop team céréales noyés et croûtons mous!!!

Lire l'intégralité des 23 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)