Des libidos en feu et pas mal de seum dans Sex and the Rédac #6

Par  |  | 2 Commentaires

Pourquoi rester sage quand on peut niquer à la place ? Les trois célibataires de Sex and the Rédac tentent de répondre cette semaine à cette question !

Des libidos en feu et pas mal de seum dans Sex and the Rédac #6

C’est le retour de Sex and the Rédac, les aventures de trois de mes collègues célibataires. Le mois de novembre est maintenant bien entamé et on ne peut pas dire que le moral est au beau fixe.

Pour rappel, nous nous en étions arrêtées là :

  • Mathilde était pas mal frustrée de la culotte. Elle venait de commencer de discuter avec un certain Alex, un mec rencontré en ligne avec lequel elle a échangé de nombreux sextos.
  • Giulia a pris la résolution de se calmer sur les soirées après le départ de son ex. Son but ? Se recentrer sur elle.
  • Enfin, Cunégonde expliquait voir Thomas, un mec avec qui tout se passe très bien… Mais qui est déjà en couple (libre). Et aussi Grégoire, un autre gars avec lequel l’entente est parfaite… sauf au lit !

Mathilde, célibataire qui débute sur les sites de rencontre

Bon je sais pas si vous vous rappelez mais la semaine dernière je commençais à avoir chaud au slip. Je ne me suis pas calmée, loin de là.

Alex, le garçon avec lequel je parle depuis plus de deux semaines (et qui est parti en vacances) me chauffe beaucoup trop. Et je suis rentrée dans son jeu les deux pieds en avant !

Les descriptions de ce qu’on se ferait l’un à l’autre m’excitent, physiquement parlant.

Et vu qu’on parle quasi en continu, j’ai la culotte qui palpite sans arrêt. Que dis-je ? JE MOUILLE EN CONTINU BORDEL. Chez moi, dans la rue, au travail…

J’ai l’impression de comprendre ce que certains appellent « dormir sur la béquille ». Sauf que moi, j’ai dormi dans ma piscine de cyprine pendant toute une semaine.

Illustration de mon état

Sept jours, c’est long, très long. Fatigant aussi ! J’aurais jamais cru que c’était si fatigant d’être en rut.

Pourquoi je ne me suis pas touchée, me demanderez-vous ? Je l’ai fait. Beaucoup. Cette semaine, ma main et ma culotte ne faisaient qu’une seule et même entité.

J’ai plus que cet Alex en tête alors que je ne l’ai jamais vu. J’ai l’impression de faire monter la pression jour après jour sans jamais que ça pète. Comme un bouton pas assez mûr pour être explosé.

Charmante comparaison, je sais.

À lire aussi : Ma passion pour les vidéos de perçage de boutons

Heureusement viennent des moments de soulagement, comme par exemple quand je partage par écrit mes envies au monsieur responsable du feu entre mes cuisses, et qu’il me rejoint en me disant plein de choses pas très catholiques.

Quand je jouis enfin, je me dis que c’était pas trop tôt.

Par contre le numérique c’est bien sympa, mais ça me suffit pas. Je crève d’envie de le rencontrer. Je ne le cache pas du tout. J’ai très très envie de lui et de lui faire subir toute ma frustration accumulée. Il va prendre cher.

C’est du moins ce que je complote dans ma tête remplie de fantasmes…

Sinon l’autre jour, Jean-Daniel m’a écrit pour niquer. Ça fait trois semaines depuis la dernière fois.

Quand je me suis rendue compte que je commençais à chercher des excuses pour ne pas le voir, je me suis dit que ça ne servait vraiment à rien de continuer cette relation. Alors je le lui ai dit, et ça s’est terminé comme ça.

La semaine se finit et je suis toujours avec ma frustration. Alex ne rentre à Paris que la semaine prochaine. AAAAAAAH ! J’en ai marre que ça glisse entre mes lèvres… Et je n’aurais jamais cru dire ça, de ma vie !

Giulia, célibataire (et c’est tout nouveau)

La semaine dernière, je disais que j’allais me essayer d’apprendre à aimer la solitude et le calme.

24h après avoir tapé ces mots très solennellement, un samedi soir, alors que j’étais en pleine soirée Netflix sous la couette avec une tisane, j’ai reçu ce message de la part de la part d’un ex que je n’avais pas vu depuis un an — disons Steve.

Étant une personne qui ne sait pas tenir ses résolutions, j’ai répondu. À peu près 30 minutes plus tard, Steve était à ma porte.

Pourquoi rester sage quand on a l’occasion de pratiquer du (bon) sexe ?

Steve et moi sommes sortis ensemble il y a six ans, quand j’avais 18 ans. C’était très passionnel et j’ai mis un an à m’en remettre, à pleurer sur ma couette que je l’aimais et que c’était injuste que ça ne marche pas.

Eh bien, on a pas mal évolué tous les deux et on s’est rendus compte qu’on n’avait vraiment RIEN à voir, et pas franchement d’atomes crochus ! Du coup quand on se voit, on baise rapidement, ce qui résout le problème de manque de discussion.

Pas possible de s’engueuler si on baise au lieu de parler

Après 6 ans de pratique (à se voir à chaque fois qu’on se retrouve célib au même moment), le sexe entre nous est facile et fluide. On sait où se trouve le bouton ON, le OFF, on se donne chacun du plaisir, on s’endort et c’est tout.

Du coup je m’attendais à ce genre de retrouvailles tiédasses, qui laisse un goût amer et de petits regrets, ambiance « pourquoi je continue à le voir ? » (réponse : parce que c’est si facile).

Et en fait, surprise, c’était juste trop cool ! Je lui ai dit que je voulais rester calme et sans alcool, alors on a juste parlé toute la nuit. On a refait le monde l’un contre l’autre.

Le lendemain il m’a invitée à manger au resto et ça m’a fait tellement de bien. C’est rare de pouvoir discuter avec quelqu’un d’aussi différent mais qui te connaît aussi bien.

J’étais super apaisée après son départ… sauf que cette histoire s’est passé le samedi, et qu’à mesure que la semaine passait, mon seum de me retrouver célibataire a commencé à monter en flèche.

Mon ex me manque beaucoup — normal, vous me direz. Je fais des trucs un peu pathétiques genre dormir en serrant un coussin et en me disant que c’est un peu comme quand je dormais contre lui.

J’ai supprimé les photos de lui dans mon téléphone, mais ça ne m’empêche pas mon cerveau de tourner.

Donc j’étais bien déprimée toute la semaine, et c’est là que j’ai eu LE PIRE ÉCHANGE DE LA TERRE quand t’as le seum d’être seule, dans une grande ville, dans le froid.

Je n’avais pas de nouvelles depuis quelques semaines de Jean, un amant que je vois par intermittence depuis un an et demi. Et là, venu de nulle part, il m’a envoyé jeudi à 18h :

« Ça va Giulia ? »

Moi, j’ai pris ça pour un appel du pied. Alors je lui ai rep un banal « Ouais et toi ? » auquel il a enchaîné par un superbe :

« Je suis en Uruguay, au bord de la mer : ça va. »

Ah.

Alors voilà, j’ai la libido en feu, je me touche à mort mais je n’ai aucune perspective de cul, et encore moins d’amour, mis à part un vieil ex bof-bof et un amant qui est en vacances en Uruguay.

Bon, par contre j’ai tenu ma résolution d’arrêter de faire la fête, et ça me fait du bien !

Mais si on résume ma vie, je suis pas mal dans le seum et je n’ai qu’un souhait : que le futur soit plus radieux.

Cunégonde, célibataire depuis quelques mois (et un peu paumée)

Actuellement, j’écris ces lignes sur la très lyrique musique Ameno d’Era, du coup ça donne des relents épiques à ma vie sentimentale alors que… Ce n’est pas vraiment le cas ! Encore une fois.

Ouais, il y a des semaines pendant lesquelles on rencontre un pompier suisse avec qui on passe la nuit sur une plage en Crète (déso mais Sex and the Rédac n’avait pas encore commencé cet été). Et puis il y a le reste du temps…

Enfin même, la plupart du temps : c’est juste le calme plat !

La semaine dernière, je ne savais pas quoi faire de Grégoire, un mec avec qui ça ne colle pas au lit et au sujet duquel je n’arrive pas à me décider : est-ce que j’ai toujours envie de le voir ou pas ?

Breaking news : je n’ai toujours rien fait de concret avec lui. En fait, j’ai juste repoussé notre prochain date.

Est-ce qu’on appelle ça fuir ses responsabilités? Probablement.

Bon, je dis ça l’air de rien, même si j’en suis pas fière… J’ai besoin de rencontrer quelqu’un d’autre.

Mais les applis de rencontre m’ennuient et dans la vraie vie, c’est pas si simple. Je m’aperçois que je suis vraiment une débutante du célibat.

Je suis sortie en club vendredi soir avec une copine, mais on a rencontré personne. Bon, c’était pas vraiment la soirée pour, et on n’a pas vraiment cherché à, mais j’avais quand même un petit espoir.

Du coup, quand la soirée s’est finie, même si elle était bien… J’étais un peu frustrée. C’est nul l’espoir parfois.

Lors d’une soirée à base de bon vin avec des copines (dont Giulia), j’ai ressorti mon appli (oui je m’en plains mais j’y retourne toujours), et j’ai regardé les profils des mecs avec lesquels j’avais matché.

Ni une ni deux, Giulia a saisi mon téléphone et a écrit à des mecs avec qui je n’ai jamais osé faire le premier pas, par flemme, mais aussi parce que je ne savais pas comment m’y prendre.

C’est ainsi que je me lance dans une conversation avec un certain Paul_du93, en lui parlant de notre intérêt commun pour la procrastination. Je lui explique que j’en ferai bien un sport national.

Giulia reprend mon téléphone. Et là, elle prend des risques. Beaucoup de risques.

Lui est à gauche, moi à droite. 

Je lui ai chopé le téléphone des mains pour calmer le jeu et ces petites approches se sont tout de même avérées payantes : j’ai normalement un date avec Paul_du93 ce week-end, et avec un autre mec dans la semaine…

La suite au prochain épisode !

Retrouvez les épisodes précédents de Sex and the Rédac

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Commentaires
  • Lioncourt
    Lioncourt, Le 21 novembre 2017 à 16h53

    L'histoire de l'ex m'a fait penser à un ancien sexfriend qui m'a envoyé un message il n'y a pas longtemps parce qu'il était dans le même coin et proposait qu'on se voit du coup moi direct:
    "Ouai ouai tu veux juste qu'on "prenne un café" ^^
    - Comme au bon vieux temps non? ;)
    - Haha
    - Non mais sérieusement, juste un verre et discuter ça serait cool"
    Ca fait bien 4ans que je ne l'ai pas vu, on s'envoie des messages ponctuellement mais là ça m'a vraiment donné envie de le voir. En période de célibat prendre un verre avec un mec sans aucune pression, l'idée me plaisait grave.
    Mais je partais pile à ce moment là... tant pis.:sweatdrop:

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!