Noël de chien pour Le Matou – Le Carnet d’un Pompier

Cette année, le Père Noël a offert au Matou un jour de garde le 24 décembre. Et c’était pas un cadeau.

Noël de chien pour Le Matou – Le Carnet d’un Pompier

Quel gros bâtard ce Père Noël. Déjà que je suis de garde chaque samedi de l’année (jour de ramassage des ivrognes), et là je me farcis le réveillon en plus… C’est vraiment une date à la con pour bosser : on se tape tous les malaises des gens qui ont trop mangé, on récupère des suicidés à la pelle, et on intervient dans les dîners de famille où papy a foutu une pêche à tonton car il vote pas comme lui. Bref, c’est le genre de nuit blanche dont je me passerais bien.

C’est encore l’après-midi lorsque nous partons en intervention pour une panne d’ascenseur. Évidemment ce n’est pas nous qui débloquons la machinerie, mais nous sommes quand même appelés pour prendre soin des occupants de la cabine, plus ou moins frais selon le temps qu’ils y ont passé.

L’ascenseur dépasse de 20 centimètres de l’étage inférieur. Ce n’est pas suffisant pour évacuer les gens, mais assez pour papoter.

– Ça va là-dedans ? Vous êtes combien ?
– 8, plus le chien ! me répond une femme.
– 8 ?! Pas étonnant que l’ascenseur se soit bloqué ! Madame, c’est marqué 6 personnes, 300 kg maximum…
– Oui, mais il y a 4 gamins, nous répond-elle. Et puis le chien c’est un chiot !

S’ensuit un mélange de cris entre les 3 adolescentes qui pleurnichent car elles voulaient prendre l’escalier, un gamin qui chiale car le chiot lui a fait dessus, et la mère qui râle car Brian embête Cynthia. Vous voyez le tableau.

Enfin, au moins tant qu’ils s’engueulent, c’est qu’ils ne font pas de malaise. Et le réparateur a l’air d’avoir trouvé la solution, on va pouvoir finir cette intervention rapidement.

La cabine remonte, on sort les mouflets de l’ascenseur, on sermonne la mère qui n’a pas l’air de comprendre et on se défait des ados qui veulent nous prendre en photo (j’ai un minimum d’éthique quand même, j’attends que les filles aient des seins pour leur donner mon numéro).

– C’est un croisement labrador, fox terrier, épagneul, golden retriever ! On vient de l’adopter, c’est mon cadeau de Noël ! annonce fièrement le mioche qui sent la pisse en me montrant une boule de poil dans un carton.
– On appelle ça un bâtard, connard ! réplique Brian en lui donnant une tape sur l’arrière du crâne.
– Brian ! Laisse Jason tranquille !

Encore une fois le môme se met à chialer, encore une fois la mère engueule Brian, encore une fois je me demande ce que je fous là le jour du réveillon. On se croirait dans Confessions Intimes. Finalement Brian se prend une tarte par sa mère, les autres gamins consolent le petit Jason et je plains intérieurement le pauvre clébard d’avoir été adopté par eux.

Quelques heures plus tard, nouvelle intervention. La feuille de route annonce une asphyxie due à un feu, et l’adresse me dit quelque chose… Merde, c’est l’immeuble où on était tout à l’heure !

Lorsque nous arrivons, les véhicules d’incendie sont déjà en action. Apparemment tout le monde a eu le temps de se réfugier sur le trottoir, notre famille est en tout cas au grand complet. Quand on voit la gueule du père on se demande s’il n’est pas aussi le frère de sa femme. Il a l’air d’avoir un léger coup dans le nez, mais il nous explique quand même :

– On est allé prendre l’apéro chez les voisins et quand on est revenu ça brûlait !
– Il faut sauver Tueur ! Il dormait dans son carton alors on ne l’a pas pris avec nous. Il est encore à l’intérieur ! beugle le petit Jason.
– C’est qui Tueur ? je lui demande.
– C’est mon chiot !
– Ho.

Le feu n’est pas très étendu, mais il semble venir de l’appartement de la famille Groseille, au dernier étage. Malgré tout, l’équipe affectée à la grande échelle maîtrise rapidement les choses, et éteint l’incendie. Pour notre part il n’y a aucun blessé à emmener à l’hôpital, nous prêtons donc main forte pour inspecter l’intérieur de l’immeuble (et retrouver Tueur).

C’est toujours impressionnant de visiter un logement incendié : il y règne une moiteur bizarre, une odeur âcre… Et les murs sont complètement noircis. Ce soir-là, le sentiment de désolation qui envahit les lieux est amplifié par les décorations de Noël accrochées à l’immeuble. Leurs lumières éclaboussent joyeusement l’intérieur sinistre de l’appartement.

Le feu a visiblement pris dans le salon à cause d’un branchement défectueux. Vu les dégâts, je me fais peu d’illusions sur l’état du petit chien.

Après avoir exploré toutes les pièces, je commence même à me demander si nous allons le trouver… Mon collègue récapitule la situation à voix haute :

« Bon, il n’a pas pu sortir puisque la porte d’entrée était fermée à clé lorsque nous sommes arrivés. Les vitres ont été brisées, mais c’est à cause de la pression de l’eau. Il n’aurait donc pas pu sauter à l’extérieur. Et puis de toute façon un chien qui tombe du 8ème étage ça se remarque ! »

Les lances à eau… Mais bien sûr ! Tous les meubles ont été renversés sous leur pression.

– Il faut soulever les meubles !
– Mais s’il est en dessous c’est qu’il a été écrasé.
– J’en suis pas si sûr…

Épilogue

En boule dans son carton, Tueur nous lance un regard hébété alors que nous soulevons la commode qui le recouvrait comme un couvercle. Heureusement pour lui le mioche l’avait laissé dans sa chambre, loin du départ de feu… Sans doute tétanisé, le chiot a eu la bonne idée de rester dans son carton dont les hauts rebords ont amorti la chute du meuble.

Je le prends aussitôt dans mes bras pour le rassurer :

– Ton maître est peut-être pas si concon que ça, finalement… Tu t’en tires bien, tu sais ?

Je ne pense pas que le clébard ait compris ce que je lui disais, mais en tout cas il a eu l’air soulagé car il m’a pissé dessus.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 5 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Laboukineuze
    Laboukineuze, Le 17 avril 2014 à 21h31

    darky-angel;2925027
    "Je ne pense pas que le clébard ait compris ce que je lui disais, mais en tout cas il a eu l?air soulagé car il m?a pissé dessus."

    :yawn:

    Oh p**** ça c'est le pompon!!! (ou le pinpon chépas...)

    Rhôlala, t'as pas honte?

    Non, pas besoin en fait. J'ai bien ri, merci X'D

Lire l'intégralité des 5 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)