Mon père est Mac Gyver

Pour cette Fête des pères 2012, F. vous parle de son papa qui est un grand aventurier : il a parcouru la terre entière, n'a pas peur de grand chose et garde beaucoup de mystère autour de lui... Un vrai Mac Gyver !

Mon père est Mac Gyver

J’aurais pu appeler cet article Mon père, ce héros mais il existe déjà. Pourtant, au delà d’être mon héros, mon père est un aventurier, un homme qui sait tout faire, il a mille facettes toutes aussi surprenantes les unes que les autres si bien qu’il se surnomme lui même Mac Gyver.

Mon père est un papa. Il a beaucoup d’enfants, issus de deux mariages et élevés avec énormément d’amour. Je suis sa seule fille parmi une tripotée de garçons, sa petite princesse, sa fille d’amour, sa Boudinette (!). Après le divorce avec ma mère, il a trimé, il s’est battu et a survécu difficilement, mais un weekend sur deux, mon grand frère et moi étions toujours ravis d’aller dans son appartement minuscule où la télévision était en noir et blanc (véridique) et le frigo sur le balcon. Il nous a appris plus tard qu’il se privait énormément pour que nous passions de jolis weekends. Il avait certainement peur que nous refusions de retourner chez lui. Puis il a rencontré ma belle mère ; je me rappelle lorsqu’elle venait diner dans ce fameux petit appartement et que je demandais, innocemment, si mon père voulait bien « l’inviter à dormir ». Ils se sont mariés, ont eu d’autres enfants, une grande maison et un jardin.

Mon père est passé de père divorcé à père de famille nombreuse. A la maison maintenant, la télévision est en couleur et il y a un vrai frigo, mais mon père sait ce que c’est de manquer d’argent. Il distribue des bisous à sa grande tribu et aime plus que tout nous voir tous réunis le weekend autour de la grande table. Ça crie, ça hurle, ça rigole dans tous les sens, ça gigote. Mon père prend parfois sa grosse voix pour jouer au méchant papa autoritaire, mais il ne reste jamais longtemps sans un de mes petits frères sur les genoux.

Mon père est un aventurier. Depuis qu’il est enfant, il a des passions hors normes : la spéléologie, l’escalade et la plongée souterraine ou sous-marine. La légende voudrait que mon père et ma mère se soient rencontrés dans une grotte lors d’une exploration, toujours est-il qu’ensemble ils ont fondé un club de spéléologie qui, aujourd’hui et un divorce plus tard, tourne encore. Il a exploré des grottes dans les quatre coins du monde, du Brésil à la Laponie en passant par le Pérou. Il a vu des os de mammouth, des grottes encore jamais explorées par l’homme et des peintures rupestres, il a été piqué par une mygale, il a escaladé des glaciers, il a vécu des mois au fin fond de la jungle. Mon père aime l’aventure, l’inconnu, le danger. Il va parfois passer une semaine sans sortir au fond d’une grotte, et est un des piliers du Spéléo Secours Français (ceux qui vont chercher les pauvres gens coincés dans des grottes ou des marnières).

Il n’a peur de rien. Il me raconte ses 400 coups et est fier de me montrer tel ou tel magazine d’escalade ou de spéléo dans lequel une photo de lui apparaît. Pourtant, je sais qu’au nom de ses enfants, il a renoncé à soutenir sa thèse sur les grottes brésiliennes parce qu’il a eu une offre de travail bien payée et qu’il le regrettera toute sa vie.

Mon père est un homme mystérieux. Je ne sais pas quel métier il exerce. Je sais qu’il travaille dans une grande entreprise mais je sais aussi que cela lui sert de couverture pour un autre travail, lié à la sécurité de l’État. Je sais qu’il part aux quatre coins du monde, je sais qu’il risque parfois sa vie, je sais qu’il rencontre des gens très haut placés et je sais qu’il meurt d’envie de m’en parler mais qu’il ne peut pas. Je sais que je n’ai pas le droit d’utiliser son téléphone ni son ordinateur et je sais qu’il est constamment sur écoute. C’est tout ce que je sais.

Mon père est mon héros. C’est lui qui m’a permis d’arriver là où je suis aujourd’hui car il m’a toujours poussée à viser haut, à avoir l’audace de croire en moi-même. Il m’a juré qu’un jour, il m’expliquerait tous les mystères qui entourent sa vie et que ce jour là beaucoup de zones d’ombre s’éclairciraient. J’ai bien sûr souvent peur pour lui, mais quoi que je dise, quoi que mes frères lui disent, il ne s’arrêtera pas car il a besoin d’action et d’adrénaline. La vie de famille ne lui déplait pas, il aime passer du temps avec nous, mais cela ne lui suffit pas. Il a toujours en lui l’adolescent intrépide qui a escaladé illégalement l’aiguille d’Etretat et qui partait, bille en tête, explorer les petites grottes normandes avec ses copains le weekend. Mon père est mon modèle et je suis fière de lui.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 7 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Lieve
    Lieve, Le 19 juin 2012 à 20h16

    Pope;3290897
    Je ne m'adresse sûrement pas au bon forum mais je ne voyais pas trop où réagir...
    Voilà, je n'ai pas pu ignorer tous ces articles cette semaine concernant les papas. Et je trouve que ça serait cool aussi ,qu'une des madz en rédige un sur les papa qui ne sont plus.
    Le mien nous a quitté il y a maintenant 1an 1/2 et la fête des pères a pris une toute autre "tournure" qui pourrait être intéressante de partager avec celles qui ont connu la même malchance.

    Ce n'est pas parce qu'on ne parle plus de son papa au présent qu'on ne peut pas lui rendre hommage également :)
    Il y en avait eu un l'année dernière à la même époque ici.

Lire l'intégralité des 7 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)