13 réseaux étudiants pour t’épanouir hors de tes études

Par  |  | 11 Commentaires

Les études, c'est super, et ce qu'il y a en dehors plus encore, selon Mathilde. Voici une liste de réseaux étudiants que tu pourras retrouver dans ta ville, si tu cherches où t'engager !

13 réseaux étudiants pour t’épanouir hors de tes études

Les études, c’est chouette. Mais s’y épanouir et y faire des découvertes, je trouve ça encore mieux.

L’engagement étudiant, sauveur de mes années licence

J’avais déjà parlé de mon engagement étudiant dans un C’est Ça Qu’on Aime, où j’expliquais mon parcours associatif, depuis le bénévolat dans une asso de quartier aux instances nationales de l’enseignement supérieur.

Si tu cherches un moyen de t’épanouir, de tester de nouvelles choses, d’entreprendre tout un tas d’activités, d’apprendre, de rencontrer du monde et bien d’autres choses hors de tes études, c’est selon moi une des meilleures solutions.

En plus, la plupart du temps cela ne te coûtera que très peu, voire pas d’argent du tout. La véritable contrepartie, dans l’associatif, c’est le temps et l’énergie.

Alors j’ai décidé de te faire une liste (non-exhaustive, bien sûr) de quelques réseaux associatifs étudiants dans lesquels tu pourrais t’engager.

Ces réseaux sont nationaux, tu peux les retrouver dans la plupart des villes étudiantes, alors nul doute que tu trouveras une antenne locale près de ta ville d’études !

Tu es prêt·e ? On y va !

Animer une radio associative étudiante avec Radio Campus

Une des assos qui m’a le plus vendu de rêve lorsque j’étais étudiante, c’est Radio Campus.

Ce réseau de radios associatives étudiantes est présent dans 28 villes, recensées sur son site Internet.

La programmation y est assurée par des bénévoles, tu peux y diffuser de la musique, animer une émission, des interviews, des débats.

Les radios organisent aussi parfois des événements, festivals, tremplins étudiants.

C’est une occasion idéale pour tester tes talents d’orateur ou oratrice, micro en main, ou de développer des compétences techniques à la platine.

Je n’ai jamais fait de bénévolat là-bas, mais j’ai eu la chance d’être accueillie à plusieurs reprises dans les locaux de Radio Campus Avignon, comme invitée à des débats à l’approche des élections étudiantes.

Je peux t’assurer que ça a toujours été un exercice très enrichissant : je n’avais jamais fait ça auparavant, et j’ai beaucoup appris.

Pour rejoindre l’antenne de ta ville de Radio Campus, rends-toi sur le site Internet de Radio Campus France !

Les fédérations territoriales étudiantes

Si tu ne sais pas tellement quoi faire, mais que tu as envie de t’engager, il existe dans la plupart des villes universitaires des fédérations étudiantes locales.

Ce sont des associations qui regroupent toutes les autres associations d’une ville et organisent les événements de grande ampleur dans les établissements, comme les galas de fin d’année.

Généralement, ces fédérations assument aussi un rôle de représentation dans les instances locales en lien avec l’enseignement supérieur, comme le C.R.O.U.S ou tout simplement ton établissement.

Tu as donc plusieurs options et manières de t’engager selon tes intérêts. C’est aussi la possibilité de découvrir tout un tas de facettes de ton établissement et de la vie étudiante !

Lorsque j’étudiais à Avignon, j’ai rejoint assez rapidement notre fédération territoriale, Inter’asso Avignon. Je suis passée par tout un tas de postes et de missions, là-bas. Je peux clairement dire que c’est là que j’ai le plus appris, et fait le plus de rencontres décisives !

D’ailleurs, c’est grâce à cet engagement que j’ai trouvé cet emploi chez madmoiZelle.

Il existe un grand nombre de fédérations territoriales, dont une bonne partie sont recensées sur le site Internet de la FAGE — mais pas toutes. À Paris, tu peux par exemple te tourner vers l’AGEP, l’Association Générale des Étudiants de Paris.

Tu peux aussi tout simplement taper « fédération étudiante + ta ville » ou « association étudiante + ta ville » sur un moteur de recherche, si la tienne n’apparaît pas dans cette liste.

Les fédérations de filières

Un autre pendant des fédérations est en lien avec les filières, si tu préfères rencontrer d’autres personnes qui étudient les mêmes sujets que toi.

Elles existent au niveau national, et ont de nombreuses antennes locales dans les établissements d’enseignement supérieur.

Par exemple, l’association nationale des étudiants en STAPS, l’ANESTAPS est présente à Avignon avec l’association « Olympia STAPS Avignon » ou à Reims avec l’Association Rémoise des Etudiants en STAPS, l’ARES.

Il y a aussi une fédération nationale des étudiants en kiné, la FNEK, qui a elle-même ses associations locales dans les villes. Et tu peux décliner ça avec la majorité des filières.

Il te suffit de chercher sur Internet ta formation pour espérer trouver une fédération nationale, et les associations locales qui la composent, encore une fois le site de la FAGE en recense quelques unes.

Attention, les fédérations nationales touchent parfois un public plus large que ta simple filière, par exemple si tu es en Droit ou en Administration Économique et Sociale, tu pourras te tourner vers l’ARES, la fédération des étudiant·es en sciences sociales.

S’initier — ou se professionnaliser — au journalisme avec Jets d’encre

Jets d’encre « consacre son activité à la reconnaissance et à la défense des journaux réalisés par les jeunes de 12 à 25 ans », comme le définit l’association sur son site web.

L’association est notamment active dans les établissements scolaires comme les lycées ou les universités. Elle permet de faire exister un réseau de rédactions jeunes, et organise des événements en lien avec le journalisme.

Marie, qui s’occupe des événements chez madmoiZelle, a raconté son parcours de meuf badass dans un Sois Gentille, Dis Merci, Fais un Bisou, et elle y évoque justement Jets d’encre, et parle plus largement de son engagement.

Les « syndicats » étudiants, pour toucher du doigt la politique

Tu as probablement déjà entendu parler de « syndicats étudiants », de manifestations menées par de jeunes universitaires, notamment pendant le débat qui a entouré Parcoursup, par exemple.

Des organisations nationales, parfois internationales, rassemblent des étudiant·es qui ont envie de travailler ensemble pour défendre les intérêts matériels et moraux de leurs congénères.

T’y engager peut te permettre de découvrir le monde politique étudiant, jalonné par des élections, des conseils, des prises de décisions qui impacteront la vie de nombreux et nombreuses jeunes.

Cela peut être au niveau d’une antenne locale, comme académique et, qui sait, nationale !

Aujourd’hui, 4 organisations étudiantes sont considérées comme représentatives par le gouvernement, en fonction de leur nombre d’élu·es :

  • La FAGE, Fédération des Associations Générales Étudiantes, première organisation depuis 2017
  • L’UNEF, Union Nationale des Étudiants de France, seconde organisation étudiante
  • PDE, Promotion et Défense des Étudiants
  • L’UNI, Union Nationale Inter-universitaire, qui se revendique de « la droite universitaire »

N’hésite pas à te renseigner sur ces organisations via leurs sites Internet respectifs !

Les associations pour étudiant·es handicapé·es

Parmi les associations nationales que j’ai croisées, certaines m’ont vraiment fascinée et j’aurais adoré rejoindre leurs rangs.

Celles dont l’objet concerne les étudiant·es handicapé·es en faisaient partie. J’ai eu l’occasion d’en découvrir deux différentes au cours de mon parcours.

La première, et celle avec laquelle j’ai le plus étroitement travaillé, a été la FÉDÉEH, Fédération Etudiante pour une Dynamique Etudes et Emploi avec un Handicap.

Elle se définit comme « le mouvement des jeunes handinamiques », mais ne rassemble pas uniquement des jeunes en situation de handicap.

Son engagement est varié, et permet une sensibilisation au handicap, des formations pour les professionnel·les, tout comme des événements de rassemblement, d’échange, ou encore une lutte pour faciliter les conditions de vie, d’études et d’intégration des jeunes handicapé·es.

Tu peux retrouver ses missions et actions sur son site web.

Il existe également le Congrès HOPE (Handicap Ouverture d’esprit Pluridisciplinaire Etudiant), dont l’action est plus ponctuelle : il s’agit d’un congrès lancé à l’initiative de fédérations étudiantes. La FÉDÉEH en est d’ailleurs actrice !

L’événement concerne tout particulièrement les professionnel·les de santé ou futur·es, et son objet est de mettre « l’accent sur interdisciplinarité au service du patient ».

Une fois de plus, je t’invite à te rendre sur son site Internet pour en savoir plus.

Le réseau international Erasmus ESN

Si tu as plutôt envie de rencontrer des étudiant·es internationaux, ou de partir à l’étranger pendant tes études, le réseau ESN est fait pour toi !

Il s’agit d’un réseau international très actif en Europe mais aussi au-delà, et présent dans 35 villes universitaires de France.

Il se base sur deux objectifs majeurs : accueillir les étudiant·es internationaux et sensibiliser les jeunes aux possibilités de mobilité internationale.

L’envie de découverte et de partage y est de mise, et c’est l’occasion de s’éveiller à de nombreuses cultures !

Des événements sur ton campus grâce à Animafac

Animafac est un réseau dont le but est de permettre aux jeunes de s’engager de multiples manières.

Ses objectifs : connecter des associations entre elles pour permettre aux bénévoles de partager leurs savoirs et expériences, être un centre de ressources avec un accompagnement à l’engagement, et inviter les jeunes citoyen·nes à jouer un rôle dans leur environnement.

De nombreuses formations et informations sont disponibles sur leur site Internet, et permettent d’accompagner à la création ou à la mise en place de projets, tout en laissant libre cours à tes envies !

Si ton engagement étudiant n’existe pas, crée-le !

Il existe encore pléthore de possibilités : nombreuses sont les associations culturelles, sportives, de sciences… Il existe dans certaines universités des webTVs, des associations de musique classique, bref, tout est possible.

Et si l’engagement que tu as envie de porter n’existe pas… Il n’attend qu’une chose, c’est que tu l’inventes !

Créer une association demande un peu de travail, mais cela reste plutôt simple. Avec des structures comme la FAGE ou Animafac, tu peux recevoir des conseils, du soutien, des formations pour lancer ton projet. Un bon nombre d’universités propose aussi de t’aider, avec souvent un service dédié à la vie étudiante en son sein.

Je ne peux que t’inviter à prendre ces opportunités en main, et à en profiter autant que possible, pour façonner ce que tu as envie de voir au cours de tes études, et contribuer à ta manière à dessiner la société de demain.

Parce que, eh, « nouléjeunes », nous sommes plein·es de ressources, d’envies, d’idées, et que les études sont à mon avis l’occasion idéale pour se lancer.

Alors, tu t’y mets ?

À lire aussi : Ode au bénévolat, qui m’a appris tant de choses

Mathilde Trg


Tous ses articles

Commentaires
  • Mathilde Trg
    Mathilde Trg, Le 13 septembre 2018 à 15h06

    Hello @Siouxe ! En effet je n'ai pas pu tout citer, comme tu le dis il y a tant de choses à dire ! Imagine si j'avais dû lister l'intégralité des fédéT ou fédéFi... Ça aurait été imbuvable ! D'où l'annonce qu'il s'agit d'idées de réseaux étudiants où s'engager, et non pas les seules ! J'ai à titre perso une liste - je l'espère - exhaustive des fédérations territoriales et de filières, et j'ai des centaines de noms...

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!