Pamphlet en faveur de la disparition des humiliants filtres Snapchat à lunettes

Par  |  | 7 Commentaires

Les filtres Snapchat avec des lunettes sont une forme de discrimination, et Lucie souhaite vous expliquer pourquoi.

Pamphlet en faveur de la disparition des humiliants filtres Snapchat à lunettes
La Minute Ronchon, c’est un nouveau rendez-vous dédié à la râlerie, à la mauvaise foi et aux gens trop salés. Mets-toi à l’aise, on va ronchonner comme jamais (sur les mandarines qui puent par exemple) !

Myopes, astigmates, hypermétropes et pourquoi pas presbytes (et les autres, j’avoue j’ai épuisé mes connaissances scientifiques en termes de troubles oculaires) du monde entier, j’en appelle aujourd’hui au rassemblement !

Cela concerne celles et ceux qui n’ont pas fait entrer les lentilles de contact dans leur quotidien pour des raisons qui leur sont propres (merci de les respecter).

Il est temps de frapper férocement du poing sur la table, de faire valoir notre identité et d’arrêter de devoir balancer notre fierté sur le bas-côté de l’autoroute du style.

Le problème que je viens vous exposer aujourd’hui peut paraître insignifiant pour une majorité d’êtres humains, mais je peux vous assurer qu’il nous grignote notre dignité, qu’il ronge la décence, qu’il croque l’amour-propre.

Trêve de salamalecs, je viens demander la cessation immédiate de la création de filtres Snapchat impliquant des lunettes, et en voici les raisons.

À lire aussi : Ma myopie et moi, des galères à la délivrance

Snapchat, mon problème de vue n’est pas votre divertissement

Depuis quelques semaines, je remarque une hausse non négligeable du nombre de filtres Snapchat qui déposent sur notre visage virtuel des lunettes plus ou moins réalistes — et plus ou moins stylées.

Est-ce une mode ? Est-ce que de la même manière que le toucan est le nouveau flamant rose, que le lama est la nouvelle licorne, les lunettes sont le nouveau filtre abeille ?

Avez-vous véritablement fait de mon problème de vue une TENDANCE ?

Je plaque ces questionnements sur le fronton du débat public, et pourtant, Snapchat, tu m’as toujours éblouie.

Tu as toujours su conquérir mon cœur avec tes filtres improbables, qu’ils soient grande bouche, suricate ou marshmallows.

Je m’insurge de constater que pour toi, désormais, les lunettes sont considérées comme du fun. Frère, les problèmes de vue, on ne les choisit pas ! Personne n’aime être sous la pluie avec ses lunettes !

Personne n’aime se prendre un coup de coude qui fait décoller tes binocles à 6 mètres. Personne ne se sent digne quand la barre du métro ou du bus se cogne dans tes montures pour te les mettre de travers.

Snapchat tu n’es pas mieux que les gens qui chaussent sur leur nez de fausses lunettes sans correction ! Calembredaines ! Respectez celles et ceux qui doivent tâter aveuglément leur table de chevet tous les matins avant de recouvrer un semblant de vision !

Mais je m’égare.

À lire aussi : Pourquoi est-ce que les meufs utilisent des filtres Snapchat ? (Spoiler : pas JUSTE pour pécho)

Les filtres lunettes sur Snapchat : un rappel de ma condition de taupe

Les filtres lunettes ont cet effet pervers et douloureux de me rappeler que je n’ai jamais pu être heureuse grâce à des lunettes de soleil.

Figurez-vous qu’un jour, j’ai voulu essayer de mettre des lentilles et que j’ai frôlé l’évanouissement. Étrangement, je n’ai pas retenté l’expérience.

Du coup, je ne peux pas avoir mille paires de lunettes de soleil fantaisistes, entre celles en forme de cœur ou d’ananas, et parader fièrement — parce que sans mes lunettes, je ne vois rien. J’ai la paire à ma vue pour un euro de plus et c’est tout.

Je n’ai que faire de toutes ces soirées où des lunettes gratuites sont données pour homogénéiser orgueilleusement le visage des clients, car je ne peux pas les porter.

Dans des accès d’inconscience propres aux binocleux•ses aventurier•es, on a tou•tes, sans doute, crû que superposer lunettes fantaisistes et lunettes de vue, c’était marrant. Sauf que pas du tout. Je trouve que c’est minable. Comme avec les lunettes 3D au cinéma.

Alors c’est pareil pour les filtres : ne nous forcez pas à la superposition.

Les filtres lunettes sur Snapchat me rendent jalouse

Je m’emballe, je laisse s’exprimer ma hargne, et peut-être qu’après tout, elle est surtout motivée par une jalousie accablante.

Devoir enlever ses lunettes pour profiter d’un filtre est humiliant, et implique au passage de ne rien voir au moment de prendre sa photo (et peut-être ne pas se rendre compte qu’on louche, ce qui n’est pas une satisfaction existentielle fameuse).

Alors je ne le fais pas. Et le rendu est nul. Et c’est triste.

J’envie vos lunettes en forme de chope de bière, de guitare électrique, de bois de rênes ou d’année quelconque à fêter. Car tout cela ne m’est pas accessible.

Alors ne continuez pas à me frustrer à cause d’un filtre. Merci pour mon égo.

Et au passage, n’hésitez pas à suivre notre compte Snapchat (madmoizellecom) et à m’envoyer vos échecs de selfie avec un filtre lunettes.

À lire aussi : Chiens, aveux capillaires et conseils pour s’occuper — Lucie ouvre vos snaps !


Lucie Kosmala

Lucie a commencé en 2015 par vous parler de littérature jeunesse, et depuis janvier 2016, elle vous cause plus généralement de livres, sous toutes ses formes et pour tous les goûts. Elle s'est illustrée à de nombreuses reprises dans la réalisation de petits pingouins en olives, et connaît d'un point de vue exhaustif tous les gifs de raton laveur existants.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • LouPiote4537
    LouPiote4537, Le 9 juillet 2017 à 14h38

    @Lucie Kosmala Oh oui effectivement je n'avais pas vu ! Je comprends mieux maintenant ! ^^ (Toutes mes excuses pour ma longue tirade qui du coup est totalement hors sujet :x ) et merci pour l'explication :bouquet:

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!