Des bottes de pluie en caoutchouc

De Marc Jacobs (gloire à toi, ô grand dieu modesque) à Zara ou H&M (que ton nom soit sanctifié) en passant par Manoush (je t’aime !), les bottes de pluie en caoutchouc s’imposent et n’en finissent plus de fleurir aux pieds des filles. Qu’est ce qui nous vaut cet engouement ? Pourquoi et comment succombons-nous […]

Des bottes de pluie en caoutchouc

De Marc Jacobs (gloire à toi, ô grand dieu modesque) à Zara ou H&M (que ton nom soit sanctifié) en passant par Manoush (je t’aime !), les bottes de pluie en caoutchouc s’imposent et n’en finissent plus de fleurir aux pieds des filles. Qu’est ce qui nous vaut cet engouement ? Pourquoi et comment succombons-nous à la wellies-mania ? Réponses.

Au commencement, il y eu la boue… :

Flash-back : nous sommes en juin 2005, festival de Glastonbury, Angleterre. Le cocktail qui s’annonce est réjouissant : festival en plein air + Angleterre sous la pluie = boue, flaques d’eau, batailles dans la gadoue et compagnie. Les célébrités présentes à l’évènement ont donc prévu le coup et troquent leurs frêles escarpins pour des bottes en caoutchouc, plus appropriées au terrain (voir photos ci-dessous).

De g. à d. : Gwyneth Paltrow, Keira Knightley, Kate Moss (ici de dos !), Joss Stone et Stella McCartney.

L’histoire aurait pu se terminer là, sur un cliché sale et boueux d’une belle actrice dégueulassant son pantalon, mais Kate Moss fait alors son entrée toute de mini-short vêtue (puis mini-robe lamée, qui dit mieux ?) et accompagnée de son futur-ex le rockeux Pete Doherty. Forcément, elle fait mouche. En un battement de fesse, l’icône prouve que oui on peut être sexy en portant des bottes de pluie et non ce n’est plus un article réservé aux moins de 10 ans pour la cueillette aux champignons. Les photos font alors le tour du monde, les magazines crient au génie et bientôt (collections automne/hiver 2006) les premiers modèles s’arrachent. Kate Moss, la sulfureuse, est une fois de plus à l’origine d’une mode, sa silhouette et son style ayant le don enviable de rendre à peu près tout génial. Garce !

Puis vint, la révélation :

Les bottes en caoutchouc, ça le fait ! Alors qu’il y a 2 ans on n’aurait pas misé deux pesetas sur ce truc pour morveux nous voila en admiration devant les vitrines. Les bottes en caoutchouc, c’est le charme de la Bretagne et la nostalgie de l’enfance réunis en une seule et même chaussure. La classe. D’ailleurs c’est dit, il nous les faut ! Commence alors la quête de la botte parfaite : ni trop courte (bonjour péniches), ni trop haute (chasse, pêche et tradition), avec la bonne forme, la bonne couleur et les détails qui tuent (brides, cordon de serrage et doublure qui tabasse). Une fois trouvée et les résistances des premiers essayages passées, armées de nos wellies (bottes en caoutchouc en anglais – Linda is your english teacher), on en viendra presque à souhaiter qu’il pleuve pour pouvoir parader en tout étanchéité. Le pied !

Et le temps de choisir son camp :

En matière de bottes en caoutchouc, deux écoles, deux options. La première : miser sur la sobriété en optant pour un modèle neutre, noir verni par exemple. On privilégie ce choix si on a peur du côté infantilisant des motifs et si on n’est pas sûre d’assumer les couleurs trop criardes. Deuxième possibilité : jouer le jeu à 200% en choisissant un modèle fantaisie, ultra flashy. Bon, on ne va pas se mentir, porter des bottes en plastique à motifs de nains de jardin travestis demande une certaine dose d’humour mais on peut facilement craquer pour un modèle à pois, rayures psychédéliques ou fleurs des champs, sans pour autant être ridicule. Le mieux, pour un modèle de la sorte, c’est de prendre un motif qui nous parle, quelque chose qui nous ressemble pour pouvoir mieux l’assumer dehors (d’où l’histoire des nains dans mon cas). Possible encore : choisir un modèle sobre et le customiser ! Avec un peu de matériel, les artistes pourront se créer un modèle ultra personnel.

Sélection fantaisie : modèle à coeurs rose Funky Wellington Boots, modèles avec cerises Aigle, modèle rouge à petits coeurs Regina Regis Rains, modèle léopard Gioseppo, modèle tête de mort Chooka, modèle à fleurs violettes Aigle, modèle soleil couchant Office, modèle imprimé avec bride sur le cou de pied Gioseppo, et modèle gros noeud Office.

Epilogue :

Enfiler des bottes de pluie en caoutchouc c’est un peu comme faire un voyage dans le temps pour pas cher et retrouver ses 4 ans, naïfs et insouciants. A toi le bonheur de marcher dans les flaques et de défier les averses diluviennes sans te tremper un seul orteil. Telle Mimi Cracra tu arpenteras les rues au mépris des intempéries et de la douleur parfois… Car non, les bottes de pluie ne sont pas se qu’on a fait de plus confortable. En bref, leur atout technique et leur aspect potentiellement esthétique en font un objet de haute convoitise, reste à savoir si tu sauteras le pas ! Toi, que penses-tu des bottes en caoutchouc ? T’y es-tu mise ?

Big up
Viens apporter ta pierre aux 112 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

Lire l'intégralité des 112 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)