Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Mode

The Myth of the American Sleepover, de David Robert Mitchell

« It takes either courage or ignorance for a first-time director to tell the kind of story John Hughes, Richard Linklater, Judd Apatow and George Lucas have already done so well. »

C’est de cette façon que commence la critique de The Hollywood Reporter. Autant dire qu’un sévère poids pèse sur David Robert Mitchell, réalisateur de The Myth of the American Sleepover, présenté pour la première fois au festival texan South by Southwest début 2010.

Et il faut dire, malheureusement, que son film n’est pas à la hauteur de ces références, pour une raison très simple : il n’a pas d’humour – et le moins qu’on puisse dire est que les autres savent habilement doser entre humour et désarroi. Le plus souvent, les deux en même temps, ce qui est le signe d’une grande maîtrise.

On ne peut pas dire que pour son premier film, David Robert Mitchell manque de maîtrise. Plus certainement, c’est un choix stylistique : celui de filmer l’adolescence avec douceur, celui d’être un film adoptant une grande distance par rapport à ses personnages, un film qui n’est pas donné dans la perspective de l’adolescence mais, presque, avec le regard affectueux de l’adulte.

Nous sommes dans une petite ville du Michigan, à la veille de la rentrée scolaire. Les mecs et les filles sont prêts à retourner en cours, mais entendent profiter de leur dernier jour de liberté, dans un monde dont les adultes sont littéralement effacés. Alternativement, le film se concentre sur différents personnages : deux copines qui se baladent de fête en fête, un étudiant plus âgé soudain obsédé par le souvenir de deux jumelles qu’il fréquentait au lycée, une nouvelle venue, un garçon tombé amoureux plus tôt dans la journée d’une fille rencontrée au supermarché.

The Myth of the American SleepoverLe parti pris de David Robert Mitchell est donc de ne s’attacher à personne, sinon de voyager de personnage en personnage, sans doute pour saisir l’air et l’atmosphère des jeux adolescents. Pas de doute en ce sens : ces quelques heures dans la vie des ados sont une plongée réussie, envoûtante dans leur univers. Mais précisément, ce qui manque est le style, le peps qu’ont les ados d’habitude au cinéma – dans les bons films, au moins. Pas toujours artificiel, ce motif est en général la base de ces teen-movies géniaux (John Hughes et Apatow en tête). Preuve en est le fait que le personnage le plus attachant, la blonde bourrée de mimiques qui cherche partout un garçon avec qui flirter, est aussi celui qui a le plus d’entrain, de fantaisie, de style – voir la scène dans laquelle, au milieu d’une soirée, elle se lance dans une danse improvisée et amusante.

Mais pour David Robert Mitchell, l’adolescence est un mythe. « The myth of being a teenager« , que véhiculent à coup sûr les réalisateurs cités plus haut ; mais auquel personne ne semble croire, dans et autour de ce film. Alors il se place en décalage par rapport à lui : refusant la comédie et l’humour, The Myth of the American Sleepover devient un film nostalgique. Nostalgique non d’une époque ou d’un âge, mais de ce sentiment qui plane dans l’air… Non pas le sentiment d’un ado, mais celui d’un adulte qui le regarde, et se souvient.


Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Les Commentaires

2
Avatar de Pamplemousse-
7 janvier 2011 à 18h01
Pamplemousse-
Pareil, je l'ai aussi vu au festival de Cannes. J'ai bien aimé (mais c'est aussi peut-être le fait que tous les autres films sauf deux ne m'avaient pas plu du tout), en fait j'ai trouvé très intéressant ce nouveau genre de teen-movie, c'est rare les films qui parlent d'ados sans tomber dans les vieux clichés... Du coup pas d'humour, c'est pas forcément plus mal. Si on veut de l'action c'est pas le film à voir, mais sinon il est pas mal dans son genre !
0
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Mode

femme-essaie-tenue
Conseils mode

Nos 5 astuces de pro pour mieux chiner sur Vinted, sans y perdre trop de temps et d’argent

33
Deux femmes en train de faire du shopping, les bras chargés de sacs // Source : Gustavo Fring de la part de Pexels via Canva
Actualité mode

Kiabi, Leclerc, Carrefour, Action… L’étonnant classement des marques qui vendent le plus de vêtements en France

Défilé Dior automne-hiver 2024-2025 : l'émancipation de Miss Dior // Source : Dior
Actualité mode

Défilé Dior automne-hiver 2024-2025 : l’émancipation de Miss Dior

La couverture de Vanity Fair France décembre 2022-janvier 2023
Mode

Comment la mode se lasse du body-positive et revient à la maigreur heroin chic

39
Un visuel de l'étude menée par Dove & Linkedin sur les discriminations capillaires, en faveur de l'adoption du CROWN Act aux États-Unis.jpg // Source : Dove x LinkedIn
Actualités France

Les discriminations capillaires seront-elles bientôt interdites en France ?

1
Gigi Hadid pose pour l'affiche de l'événement Vogue World : Paris, qui aura lieu le 23 juin 2024, place Vendôme, juste avant la fashion week haute couture // Source : Capture d'écran Instagram
Actualité mode

Le prochain Vogue World se tiendra à Paris juste avant la fashion week haute couture et les JO 2024

Un extrait de la nouvelle collection JACQUEMUS+NIKE vendue sur l'eshop de la maison // Source : Capture d'écran de l'eshop de la maison
Mode

Jacquemus poursuit sa collab’ avec Nike, pour aider à se sentir sexy au sport (si on le veut)

César 2024 que signifie le pin's rouge porté par des stars durant la cérémonie // Source : Captures d'écran Instagram
Actualité mode

César 2024 : que signifie le pin’s rouge porté par des stars durant la cérémonie ?

Deux femmes en train de sortir des vêtements d'un placard // Source : Vinted
Conseils mode

Ces 6 astuces pour mieux vendre sur Vinted vont alléger vos placards et arrondir vos fins de mois

Pour la fashion week, même IKEA s'invite à la fête, avec Annie Leibovitz // Source : Annie Leibovitz pour IKEA+
Actualité mode

Pour la Paris Fashion Week, même IKEA s’invite à la fête, avec Annie Leibovitz

La vie s'écrit au féminin