Les manches bouffantes : explications + tuto

Ces derniers mois, elles n’ont pas pu vous échapper, et la réciproque est tout aussi plausible. De chez H&M à Sandro, de Westwood à D&G du côté des podiums, il y avait quelque chose de… changé aux silhouettes. La manche gigot, ça vous dit forcément quelque chose ! Rien à voir avec le plat du dimanche […]

Ces derniers mois, elles n’ont pas pu vous échapper, et la réciproque est tout aussi plausible. De chez H&M à Sandro, de Westwood à D&G du côté des podiums, il y avait quelque chose de… changé aux silhouettes. La manche gigot, ça vous dit forcément quelque chose !

Rien à voir avec le plat du dimanche midi chez Tata Christine, la manche gigot semble cette année dire à sa pote l’emmanchure « comment t’as pu passer à côté de ça durant tout ce temps ? ». Si aujourd’hui, le destin de nos épaules semble bousculé par ces formes vaporeuses et féminines, j’aurais mis au défi quiconque dans le début des années 2000 de porter ces manches outrageuses sans se faire surnommer Candy.

Et pourtant, cet été, nos Tshirts nous sembleraient bien ternes s’ils se voyaient amputés de leurs petits plis magique. Une idée novatrice ? Pas vraiment…

Késako ?

La manche gigot est, par définition, une manche dont la forme est bouffante dans la partie supérieure (au-dessus du coude), et moulante sur l’avant bras. Cette forme est due à un habile jeu de plis ou de fronces au niveau de la tête de manche ( = la partie qui est raccordée à l’épaule).

Il ne faut pas la confondre avec la manche ballon, courte et plissée dans le bas également (la manche à Minnie) ni avec la manche bouffante (comme son nom l’indique, bouffante jusqu’au poignet en plus d’être plissée à l’épaule).

Démonstration des différents subterfuges :

Source : le dictionnaire visuel

La manche gigot était très en vogue à la fin du XIXème siècle (années 1890), puis à la fin des années 1960 , pour être boudée jusqu’en 2009. A la fin du XIXème, on le portait sous des mantelets qui possédaient la même forme de manches, pour l’aisance. Les dimensions devinrent vite incroyables, pour se rétracter ensuite.

Fin des années 1890, ou la découverte du sport (ici, la raquette) mais pas de la praticité vestimentaire.

Cette remise au goût du jour survient une saison après la réimplantation des maxi-carrures rectangulaires façon 80’s par la maison Balmain (entre autres). Il semblerait donc que cette place sous les sunlights (et sur les catwalks) ait favorisé la réapparition de ce type de manche que l’on avait abandonné au rayon costume de petites filles depuis des années (et à Nelly Olson. Cette garce.) Je le vois un peu comme une façon de se dire « Bon les gars, on leur a fait bouffer des carrures carrées tout l’hiver, vous avez pas une idée novatrice? Par ce que je vais bientôt vomir sur mes épaulettes à bling-bling. » et c’est là qu’un petit stagiaire a levé timidement la main : « Ben, euh, tant qu’on est dans la révolution des épaules, on a pas encore exploité le filon des manches de cucul-la-petite-princesse, enfn j’sais pas, p’tetre, faut voir. »

Collections automne-hiver 2010 des grands créateurs, démonstration :

Balmain / Castelbajac / Galliano

Dans les pages suivantes, je te propose de réaliser toi-même un top à manches gigot, si tu n’as pas encore eu le mal de mer entre deux rayons chez Zara et que la vue de ces manches ne te file pas encore des boutons jusque dans les muqueuses.

Tu auras besoin de :

– 1 Tshirt que tu ne veux plus, dont tu aimes la forme (sans parler des manches). Tu peux acheter un Tshirt basique pas cher si tu n’en as pas à sacrifier.

– Du tissu élastique dont tu aimes les motifs/la couleur. Je te conseille de prendre 2m de long, si possible en jersey de coton.

– Des épingles, une machine à coudre (ou une aiguille et tes mains), du fil de coton solide, une craie textile ou un crayon de couleur, un fer à repasser, des ciseaux.

Pour ma part, j’ai choisi ce tissu que j’ai trouvé sur internet :

ÉTAPE 1 :

Vous allez démonter votre Tshirt proprement, pour obtenir les pièces suivantes : partie devant, partie dos, manche droite, manche gauche. Il suffit de couper sur les coutures des côtés, sous les bras, autour de l’emmanchure.

ÉTAPE 2 :

On va maintenant placer le devant du Tshirt envers contre l’envers du tissu, à plat :

On épingle bien, et on trace le contour du Tshirt. Il faut bien veiller à rester fidèle à la forme, lors du tracé, surtout au niveau des emmanchures. Vous obtenez la forme tracée sur l’envers de votre tissu:

ÉTAPE 3 :

Faites exactement la même chose avec le dos du Tshirt :

ÉTAPE 4 :

On va maintenant procéder au plus délicat : les manches.

Placez chaque manche à l’envers, sur l’envers du tissu. Pour l’effet bouffant de la manche, il faut augmenter la tête de manche (la partie qui sera raccordée à l’épaule.

C’est à vous de doser l’agrandissement. Pour le mien, j’ai augmenté de 6cm en haut.

Vous obtenez alors toutes les pièces suivantes, après les avoir découpez EN LAISSANT UNE MARGE DE COUTURE ! C’est à dire qu’on ne découpe pas sur les traits mais 1,5cm plus loin à peu près. Inutile de mesurer cette distance, ça se fait grosso modo, à vue d’œil.

ÉTAPE 5 :

Il faut maintenant fabriquer un biais, pour finir proprement les bordures (encolure dos et avant, bas dos et avant, et le bas des deux manches.) Pour cela, on va découper deux bandes de la longueur du tissu (soit environ 2m, logiquement) et de 4cm de large.
Ces grandes bandes, on va les plier en deux dans le sens de la longueur et marquer le pli au fer, sur tout le long. Utilisez la vapeur du fer pour le marquer bien à plat. Le pli doit être très visible, une fois ouvert !
On va ensuite ouvrir la bande, et de chaque côté du pli, replier en deux et marquer ces deux plis au fer. On aura ainsi quatre portions d’un cm de large, délimitées par 3 plis bien marqués au fer. Replié, ça donne ça :

Source : Blue Marguerite

On a donc deux longs morceaux de biais que l’on va appliquer partout où je l’ai indiqué avant. Avant de l’appliquer, il faut couper les bords sur la ligne que vous avez tracée, en supprimant UNIQUEMENT les marges de couture à ces endroits.

Vous pourriez trouver du biais en magasin, mais la plupart du temps il n’est pas élastique et le rendu est vilain (ça gondole) et s’il est élastique, la couleur et l’élasticité ne seront pas les mêmes que le tissu. C’est donc plus propre de le faire soi-même, mais un peu long et prenant quand c’est la première fois. Prenez le temps, ça vaut la peine, c’est ce qui fera la propreté des finitions.

Pour poser le biais, Blue Marguerite proposent un tuto très très bien foutu, que je vous laisse consulter: ici !

La pose du biais se fait en deux étapes, faîtes le soigneusement !

On obtient les pièces bordées d’un biais assorti. (Je n’ai pas pris en photo le bas, mais il faut y poser un biais également)

ÉTAPE 6 :

On va maintenant assembler les épaules. On pose endroit sur endroit l’avant et l’arrière du Tshirt. On épingle les épaules l’une contre l’autre (les parties visibles sur les photos précédentes, là où le biais se termine) et on fait une couture. Les deux parties sont assemblées aux épaules.

On va maintenant ouvrir cette pièce pour y coudre les manches. Comme ça :

Photo tirée d'un ancien livre de couture

On va donc, comme sur l’image, faire coïncider le milieu de la tête de manche avec le haut de l’épaule (point A) puis les extrémités (points B) avec des épingles. La manche est laissée ouverte, c’est normale, on la refermera sur elle-même dans la prochaine étape.

Sur cette image, toutes les pièces sont côté endroit vers le sol. On va les épingler endroit contre endroit, les épingles seront placées sur l’envers.

Une fois que ces trois points sont épinglés, il suffit de faire coïncider les bords de la tête de manche avec la courbe sur le devant et sur l’arrière du Tshirt, en marquant des plis partout entre les points B->A->B.

Sur cette photo, on voit bien à gauche et à droite les points B, le point A tout en haut, et des plis partout. Les parties droites des manches sont laissées libres.

On va coudre à plat le long de la courbe B->A->B. Attention si vous le faites à la machine à coudre, de ne pas prendre d’autres couches avec, prenez le temps de tout bien mettre à plat.

ÉTAPE 7 :

A ce stade, vous avez la tête de manche cousue. Toujours sur l’envers, (les deux parties sont endroit contre endroit), on va épingler les côtés ensemble.

Vérifiez bien que coïncident : les coutures sous les bras, le bord de la manche et le bord en bas. On met une bonne quantité d’épingles, tout le long, pour être sûre que ça ne bouge pas.

On va coudre d’une seule ligne, sans s’arrêter, chaque côté l’un après l’autre, du bout de la manche au bas du Tshirt., en passant sur la ligne sous le bras.

C’est la dernière étape, vous avez terminé !

(Page suivante, pose lascive dans le jardin)

Idées pour aller plus loin :

Vous pouvez ajouter un petit nœud sur la poitrine,  par exemple, ou des boutons.

Vous pouvez également faire les manches d’une autre couleur que le buste, ou encore adapter ces manches à un Tshirt déjà existant ! Pour cela, reprenez le tutoriel à partir de la création des manches. Il suffit de les coudre de la même façon. Seule la dernière étape change, car vous n’allez fermer que la longueur de la manche, plutôt que de fermer toute la longueur de côté.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 16 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • AnonymousUser
    AnonymousUser, Le 5 août 2010 à 1h16

    j'aime beaucoup et c'est bien expliqué en plus :clap:

Lire l'intégralité des 16 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)