L’amour à distance

Partie en vacances chez mamie avec ton teint de navet pour seul bagage, tu en es revenue avec un beau minet en héritage. La chose semble assez sérieuse pour appeler ça de l’amour, oui mais voilà : l’animal réside au fin fond du Languedoc et toi dans un trou de Belgique. Que faire ? Le […]

L’amour à distance

Partie en vacances chez mamie avec ton teint de navet pour seul bagage, tu en es revenue avec un beau minet en héritage. La chose semble assez sérieuse pour appeler ça de l’amour, oui mais voilà : l’animal réside au fin fond du Languedoc et toi dans un trou de Belgique. Que faire ? Le jeu en vaut-il la jarretelle ? Petit panorama des points à envisager pour vivre l’amour à distance.

Qui veut claquer des millions ? – ou le problème de l’argent

Quand ils se lancent dans une relation à distance, les tourtereaux imaginent rarement ce qu’elle va leur coûter en frais de transports. Les hormones sont alors trop puissantes pour qu’ils pensent à autre chose que s’arracher les vêtements. Pourtant, très vite, les maheureux se rendront compte que faute d’un budget grassouillet, le télé-love implique de douloureux sacrifices. Combien de Livret A consummés dans le moteur d’une Clio ? Combien de jobs d’été écrasés sous les rails du TGV ? Test redoutable que celui de l’argent. Car tout le monde n’est pas près à renoncer à son confort pour un week-end dans les bras de l’amour…

Coucou ma branch de lila, je vien pa se uikénd, ni lé 2 uikénd d’aprè. Mon ipod é cassé, je doi en racheuté. Bisous – Ton chamo du Bearn.

Entre une histoire d’amour et une histoire de baise, il n’y parfois qu’une histoire de pèze.

Entre orgie et abstinence : ou le sexe chez le couple à distance

Comme le dit le proverbe, « Loin des yeux loin du cul »… A moins d’aller se servir ailleurs, pas question pour les Individus en Couple à Distance (que nous nommerons ICD pour faire court) de faire du sexe tous les jours. Il leur faut donc faire preuve de patience ou recourir aux accessoires en attendant satisfaction. L’avantage, c’est que l’abstinence étant ici imposée (et non installée par le quotidien comme dans un couple normal), elle stimule autant la libido qu’elle la bride. Résultat : le sevrage est rude, mais au jour des retrouvailles, c’est tirelipimpon sur le chihuhua.

– Alors Gérard, ton week-end en amoureux ?
– Lessivant. Cette relation va finir par avoir ma peau.
– Elle est si chieuse que ça, ta chouette ?
– Non, c’est un amour. Mais elle me tue. Elle me saute dessus à la première occasion, tu comprends…
… ah ?
– … Alors moi, j’ai du mal à suivre, à force. Le pire c’est que j’ai beau me faire le moins sexy possible, ça l’arrête pas…
– … oh ?
– … J’ai tout essayé, pourtant : t-shirt Jonnhy, slip superman, hygiène douteuse… Rien n’y fait. Ca ferait presque peur.
– Moi ça me ferait plutôt envie.

L’herbe est toujours plus verte dans la chambre d’à côté.

Distance et imagination

Sexe et argent négligemment balayés, place à la poésie. Le premier avantage de l’amour à distance, c’est de conserver plus longtemps la magie des premiers temps. Parce qu’il se fréquente plus rarement qu’un couple lambda, le couple à distance a toutes les cartes en main pour entretenir le mystère, le désir, le manque de l’autre. Les moments passés ensemble étant rares, il faut en profiter, déguster le calice de l’amour. Et tenter de partager autrement ces moments communs qui font défaut. Mails, textos, lettres à la Danielle Steel… La distance se compense à l’imagination. Attention toutefois à faire preuve de vigilance : l’amour à distance n’a jamais empêché la routine…

– Alors, t’as fait bon voyage mon Moineau du Grand Nord ?
– Nan. Je crois que j’ai chopé la crève, avec leur putain de clim… On mange quoi ?
– Alors en entrée, sucré-salé de fruits d’été en verrine. Puis sauté de porc au curry et au gingembre et enfin… Cheesecake à la violette en dessert !
– En-CORE ?!
– Si tu préfères, j ’ai aussi de la tarte tatin au jambon de pays qui sort du four et du..
– Nan, t’emmerde pas. Fais péter une soupe chinoise, ça ira bien. ‘Toute façon je vais pas traîner : j’ai qu’une envie, c’est aller me pieuter.
– Tu veux pas un petit apéritif, avant ? Une coupette de champ’ ?
– Oh non. A chaque fois ça me bouzille l’estomac.
– Dire que j’ai passé toute la journée à cuisiner…
– C’est quoi, ça, un reproche ?
– Mais non, je…
– J’espère bien.

Célibataires par intérim

Quand on ne vit à deux qu’un week-end sur deux, on passe à côté des ces bonheurs quotidiens que d’autres partagent au jour le jour. Dommage. Mais on jouit en contrepartie d’un trésor que beaucoup de couplés envient : la liberté du célibataire. Envie d’aller déposer une pêche la porte des toilettes ouverte ? Pas de problème : en l’absence de témoin, ton aura glamour reste intact. Envie de roter ton kebab à l’ail devant un épisode des Desperate Femmes aux Foyer ? Seule ta plante verte en souffrira.

Célibataire par intérim, l’ICD se rend seul aux soirées et pousse son caddie tout seul au supermarché. Evidemment, face à tous ces signes extérieurs de célibat, il fait l’objet des mêmes tentatives de drague qu’un véritable célibataire. Une aubaine pour les infidèles, une nuisance pour les autres…

– Madmoiselle ?
– Oué ?
– Vous êtes charmante.
– Ah. Et vous voulez mon numéro, c’est ça ?
– Euh… Ce serait pas de refus.
– Dommage pour vous : je suis pas libre.
– A voir toutes ces portions individuelles dans votre caddie, j’aurais pourtant cru que…
– Et non.
– Vous ne vivez pas avec votre conjoint ?
– Et non.
– Je parie qu’il a peur de s’engager, c’est ça ?
– Il habite loin, c’est tout.
– Comme ce doit être dur à vivre… On doit se sentir si seul… Accepteriez-vous que je vous tienne compagnie le temps d’un v…
– Tu rêves. C’est pas parce que je suis seule à temps partiel je vais me jeter sur ta braguette.
– Mais je voulais simplement…
– … chasser la morue au Super U ? Ben c’est pas ton jour de chance.
– Les femmes modernes manquent de romantisme.
– Et de temps, aussi. Allez, éjecte : faut que je pèse mes courgettes.

Distance et idéalisation

Quand on construit un couple à distance, on met du temps à percevoir l’autre tel qu’il est. Puisqu’on ne se fréquente que deux ou trois fois par mois, on fait des efforts pour se présenter sous son meilleur jour. On passe sous silence sa collection de pin’s et son abonnement à Maquette magazine. On multiplie les petites attentions. Bref, on prête le flanc à l’idéalisation.

Le manège peut durer des mois, voire des années mais qu’on ne s’y trompe pas : un jour ou l’autre, chacun apparaît dans toute sa vérité, fût-elle aussi crasse qu’un chiotte d’autoroute. Pour certains, cette mise à nue tardive fait l’effet d’un coup de poignard dans le dos. Un peu comme surprendre ses parents en pleine séance sado-maso alors qu’on les croyais en Thalasso à Saint Malo.

Jean-Louis,
Nous deux, c’était bien, c’était chouette mais c’est fini. « Mais pourquoi ?», dois-tu te dire en grattant ton eczéma (pense à aller consulter le spécialiste dont je t’ai parlé, il paraît qu’il fait des miracles). C’est assez délicat à expliquer. Tu te rappelles ce week-end de printemps où je t’ai dit « Je veux voir le vrai Jean-Louis. Celui du quotidien ? ». Ben je peux plus le voir. Je ne peux plus voir tes puzzles géants, tes blagues racistes, tes bouquins de management. Au bout d’un an, je pensais te connaître et je découvre en quelques mois qu’en fait d’esthète, j’ai écopé d’un gars qui pète. Ne te méprends pas : je n’ai rien contre ça en soi, c’est tout le reste qui me dérange. Et en particulier les slips sales que tu piques à ta voisine.
Bien à toi,
Myriam.
PS : Ton pote Momo m’a tout dit, pour ton blog caché. Si tu pouvais arrêter de poster des photos de moi nue, ça m’arrangerait. Merci.

Parano à gogo

Cacher son goût pour les slips sales, passe encore, mais la distance peut favoriser des arrangements avec la vérité bien plus graves. Après tout, ton Prince Charmant du Pays Très Lointain est peut être en train de parader en candy-string devant Blanche Neige pendant que tu trimes au château. Pire : qui sait si ton exemplaire de gendre idéal n’est pas en réalité un dangereux psychopathe ?

Oh oui, traite moi de parano : ça aussi, la distance le favorise. Car plus on est loin de l’autre et de son quotidien, plus on est prompt à imaginer le pire. Même quand la confiance règne, difficile de ne pas être jaloux à des centaines, voire des milliers de km de distance.

(Tu-mûûûtt… Tu-mûûûtt… Tu-mûû).. Allô ?
– Ah ben quand même ! Ca fait une heure que j’essaie de ton joindre. T’étais où ?
– Chez mon voisin. J’avais besoin d’une perceuse, alors y m’a montré son gros foret.
– HEIN ?
– Je déconne, mon gros jaloux que j’aime. C’est si facile de te faire flipper…
– J’aime pas qu’il te tourne autour, c’est tout.
– Il est gentil, pourtant. Je vois pas de quoi t’as peur.
– Mouais. Ben si moi je vivais à côté d’une ex-star du porno tu dirais quoi ?
J’adore ce que vous faites ?
– Connasse.

On l’aura compris, entre les contraintes, le manque et les privations, la vie d’un couple à distance n’est pas de tout repos. Mais qu’elle dure six mois, un ans ou trois, l’épreuve permet aussi de tester le lien qui relie deux moitiés, comme une ficelle entre deux pots de yaourt. Avec à l’horizon, la fatale question : mais qui de nous deux va bouger ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 52 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Malinconia
    Malinconia, Le 5 avril 2016 à 12h54

    Bon, je relance un sujet de 2008 mais j'ai besoin de parler de ça, même si personne ne le lit.
    Je vis une relation à distance depuis 3 ans avec une fille géniale. On a 500 km qui nous séparent. Et on s'aime comme des dingues. Comme tous les couples, tout n'a pas toujours été roses, on a des disputes, mais de plus en plus ces temps-ci. Ma copine aime beaucoup jouer sur des RPG (League Of Legends etc...) et elle a crée une communauté où elle parle à tout un tas de joueurs, ce qui a le don de me rendre jalouse... De plus en plus... A m'en rendre malade. Pourtant on en parle, elle me rassure en permanence en me disant que je suis tout son monde, mais je sais pas, ça me dérange... J'ai jamais été jalouse, je suis limite posséssive là... Et je veux pas commencer comme ça. Surtout au bout de 3 ans. Parce que bon, j'ai vu ses conversations avec ses "potes" de jeu, et c'est vrai qu'elle fait rien de mal.. Mais ça ne me plaît pas de pas être le centre de son monde.. Même si elle m'en dit le contraire... Ses potes savent qu'elle est en couple, elle va même me les présenter sur sa communauté... Même je sais pas, je suis toujours pas rassuré, je me fais toujours du mal en pensant que c'est à d'autrs qu'elle parle.. Qu'elle se tape des délires avec eux.. Je deviens vraiment beaucoup jalouse.. Et j'ai vraiment besoin de calmer ça avant que ça n'atteigne des dimensions plus dangereuses pour notre couple..

    Voilà, ça va mieux ! :d

Lire l'intégralité des 52 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)