Je suis un nuisible défend les renards en danger, et c’est émouvant

Par  |  | 2 Commentaires

Un nouveau jour, un nouveau court-métrage du Nikon Film Festival, et cette fois-ci ce sont les animaux en danger qui sont à l'honneur dans Je suis un nuisible.

Je suis un nuisible défend les renards en danger, et c’est émouvant

Cet article a été rédigé dans le cadre d’un partenariat avec le Nikon Film Festival.
Conformément à notre Manifeste, on y a écrit ce qu’on voulait

Je suis un nuisible vient défendre une cause chère à son réalisateur, Adrien Favre. Sur une magnifique musique composée par Marie Clyde, les 2 minutes 20 de ce court-métrage risquent d’en sensibiliser plus d’un•e.

Quand un jeune garçon amené à la chasse par son père se prend une claque imagée au moment où la balle touche l’animal, ce ne sera que le début de son changement…

Certes, il ferme les yeux à l’instant fatidique, mais cette scène fera partie des situations clés qui le forgent pour l’avenir.

Présenté au Nikon Film Festival, Je suis un nuisible défend ces animaux, en particulier les renards qui luttent pour leur survie.

je-suis-un-nuisible-nikon-film-festivalCliquez sur l’image pour voir Je suis un nuisible (il faut désactiver Adblock si vous l’avez).

Quand les jumelles se posent sur le renard, j’ai eu un moment furtif de connexion avec Wes Anderson, entre un Moonrise Kingdom et Fantastic Mr. Fox et c’est vraiment chou…

Vous pouvez voter pour soutenir le film en cliquant ici !

À lire aussi : Les #EndangeredEmoji de WWF, pour sauver les animaux en voie de disparition


Aki

Aki était un panda dans une vie antérieure. Elle a découvert les séries et les films un peu tard mais s'est bien rattrapée depuis et œuvre désormais chez madmoiZelle dans ces rubriques. Fana de comédies musicales et de Joss Whedon, elle partage aussi la passion globale de la rédac pour la nourriture.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • Gabelote
    Gabelote, Le 20 janvier 2017 à 8h35

    Plus largement c'est la qualification de "nuisible" qui serait à revoir entièrement. Elle date d'une époque où on choisissait de réguler une espèce en fonction des nuisances ou des bienfaits qu'elle apportait à l'activité humaine. Typiquement, les espèces opportunistes qui causaient des dommages aux élevages (notamment aux élevage de volaille en mangeant œufs et poussins) étaient classées comme "nuisibles", ce qui n'a plus grand sens aujourd'hui (où les gens ne vivent que très marginalement de leur élevage personnel).
    Par ailleurs, il faut savoir que la rage transmise par le renard est réputée avoir été éradiquée en France dans les années 2000, un argument de plus en faveur de ces "nuisibles" !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!