Isabella Bird, l’exploratrice partie à la rencontre du Japon à l’époque victorienne !

Par  |  | 1 Commentaire

Le manga Isabella Bird vous promet l'évasion en vous transposant à une autre époque et jusqu'au Japon, sur les traces d'une exploratrice qui n'a pas froid aux yeux !

Isabella Bird, l’exploratrice partie à la rencontre du Japon à l’époque victorienne !

Cet article a été rédigé dans le cadre d’un partenariat avec Ki-oon
Conformément à notre Manifeste, on y a écrit ce qu’on voulait.

Isabella Bird, Femme exploratrice est un manga de Taiga Sassa paru aux éditions Ki-oon.

Il retrace le périple d’une exploratrice anglaise partie au Japon à l’époque victorienne, entre portrait de vie et voyage en terre inconnue.

Isabella Bird, un personnage historique bien réel

Isabella Bird est le personnage central du manga éponyme, mais elle est avant tout une véritable exploratrice ayant existé historiquement !

En 1878, Isabella Lucy Bird pose le pied sur le sol d’un Japon en pleine mutation, alors que le pays n’est ouvert que depuis 200 ans aux étranger•es.

Elle relate son expérience dans un ouvrage, Unbeaten Tracks in Japan, qui reprend en fait une correspondance qu’elle a entretenue avec sa sœur, Henrietta.

Le manga s’appuie sur ces écrits, et propose donc une expérience de lecture sur une histoire authentique en posant des dessins sur un véritable voyage d’une jeune femme qui n’avait pas franchement froid aux yeux !

Isabella Bird, le portrait d’une aventurière à l’époque victorienne

Dans le manga, Isabella Bird souhaite découvrir le Japon le plus reculé, en rejoignant l’île de Yezo. Cela lui demande de passer par une route réputée pour sa dangerosité.

Mais cette témérité et ce goût du voyage ne sont pas des plus évidents pour une femme anglaise, éduquée selon des préceptes religieux et victoriens restrictifs !

C’est sur les conseils de son médecin qui l’encourageait à quitter l’Angleterre qui la rendait si malade mais avant tout grâce à sa force de caractère qu’Isabella Bird s’est lancée à la découverte du monde.

D’ailleurs, elle a rapidement été piquée par le virus du voyage et est partie pour de multiples pays comme l’Australie, Hawaii, ou encore les États-Unis, l’Inde (à l’époque victorienne, rappelons-le !).

Cette hardiesse est palpable dans le manga de Taiga Sassa, qui fait de l’aventurière un personnage fort, une femme seule aux commandes de sa propre vie.

Mais il n’oublie pas au passage d’esquisser les mines surprises des personnages qui environnent cette femme de bonne société qui voyage, seule et indépendante, pour un récit qui a le souci du réalisme et de montrer la condition féminine de l’époque… et comment il a été possible de s’en libérer !

Être une étrangère dans un pays étranger

Isabelle Bird est donc une jeune femme issue d’un milieu aisé, que la société imagine plutôt dans des sphères mondaines et pas tout à fait au milieu d’une jungle sauvage et hostile.

Pourtant, sa soif de découvrir le monde et de se heurter à autre chose que son quotidien est très présente. Alors elle se lance dans une expédition non sans danger au coeur d’une culture qu’elle ne connaît pas… avec toutefois son éducation victorienne !

Le manga met en scène le thème bien connu de l’exploratrice portée par des ambitions humanistes parfois un peu trop idéalisées et d’un enthousiasme vraiment très débordant sans toutefois la tourner en ridicule : cela est fait avec beaucoup de subtilité et confronte le personnage à ses contradictions !

À lire aussi : Guide à l’usage des touristes allant au Japon pour la première fois

La thématique de l’étranger est abordée avec beaucoup d’intelligence dans ce livre car non seulement elle passe à travers le regard porté par Isabella sur ce pays qu’elle ne connaît pas, mais aussi à travers celui des personnages qu’elle croise.

Ils peuvent être curieux comme intrusifs, mais aussi beaucoup plus dubitatifs à l’exemple du personnage de Iota, l’interprète japonais d’Isabella, qui peut se montrer très circonspect par l’attitude de sa cliente comme sincèrement étonné de leurs écarts de culture.

Isabelle Bird est un manga qui vient faire se heurter plusieurs visions du monde, qui finissent par s’apprivoiser et s’enrichir l’une de l’autre.

En plus d’être un portrait de femme forte, c’est aussi la puissance de la rencontre qui est au centre de ce manga et qui en fait une lecture enthousiasmante ! Si la curiosité te pique, clique ici pour lire les premières pages du manga. 

Pour te procurer le manga Isabella Bird, Femme exploratrice, rendez-vous sur Place des libraires ou Amazon

À lire aussi : Reine d’Égypte, un manga fort et inspirant sur la première femme pharaon

Lucie Kosmala


Tous ses articles

Commentaires
Forum (1) Facebook ()
  • Kallisto
    Kallisto, Le 13 octobre 2017 à 13h56

    Petite correction : l'ouverture du Japon aux occidentaux date de 1853-1854, lorsque le commodore Perry est venu faire son malin avec ses "bateaux noirs" pour faire plier le shogunat. Au moment où Isabella Bird arrive à Yokohama, ça ne fait donc pas 200 ans que le Japon accueille plus facilement les Occidentaux (y a eu l'exception de Nagasaki durant l'ère Edo, mais je vais pas digresser plus que ça).

    La série commence assez bien, notamment sur les rapports entre les Japonais et les Occidentaux, avec la bonne vieille vision impérialiste des Blancs. Isabella est un personnage très exubérant, mais qui ne se permet pas de juger ce qu'elle voit (en tout cas, pour le moment). J'avoue que j'attends de voir le développement de son guide-interprète, Iota. Il a l'air d'avoir pas mal bourlingué.
    J'espère que Ki-oon va continuer à publier ce genre de manga, parce que j'ai l'impression qu'il y en a une pléthore au Japon, mais relativement peu en France.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!