Comment jouer à s’étrangler pendant le sexe, en toute sécurité ?

Tu kifferais te faire serrer le gosier en faisant l'amour, ou contraindre légèrement la respiration de ton ou ta partenaire ? Libre à toi mon enfant car cela peut être un jeu fort plaisant mais qu'il convient de pratiquer avec prudence.

L’une des angoisses les plus répandues de l’humanité, et plus particulièrement quand on touche au sexe, est de ne pas être normal·e.

Les forums sont plein de gens qui s’inquiètent de fantasmer sur telle ou telle pratique qu’ils pensaient n’être « pas pour eux » car considérées comme « hors normes ».

Au delà de la culpabilité, certain•es se demandent concrètement ce qui les excite dans des pratiques qu’ils réprouvent moralement.

Pourquoi nous étrangler, nous priver de cet air vital si doux et si pur peut… nous faire mouiller dans les chaumières ? Voici quelques pistes de réflexions !

Pourquoi la strangulation peut être excitante ?

L’explication la plus évidente du plaisir suscité par l’asphyxie érotique se trouve dans le fantasme largement répandu d’un jeu dominé-dominant.

D’autres témoignages mettent en avant le déclenchement ou l’intensification de l’orgasme procuré par le manque d’oxygène. 

Quant à la présence dans le cou et la nuque de points de pression stratégiques qui favoriseraient le lâcher-prise… je laisserai les grands maîtres shiatsu vous expliquer.

Une chose est sûre, jouer à s’étrangler présente des risques car apparemment lorsque l’on ne respire plus, on meurt. C’est toujours bien de le rappeler.

Comme toutes les pratiques, la strangulation même légère PEUT rester ponctuelle et spontanée. Mais vous, vous DEVEZ rester conscients des risques et être prudents quoiqu’il arrive. Voici comment. Arg.


Je cherche une blague avec « chat dans la gorge » et je vous rappelle.

Comment (se faire) étrangler en toute sécurité ?

L’asphyxie érotique est restée longemps rangée avec les fétichismes sado-maso les plus extrêmes, dans les esprits et sur Internet, ce qui ne lui fait pas bonne presse.

Même s’il se démocratise, le breath play reste une activité sexuelle à risques. Voici quelques précautions d’usage pour que le tout reste safe et ludique.

Ne pas s’étrangler soi-même si on est seule

L’asphyxie érotique n’est pas forcément pratiquée dans une relation à plusieurs.

Elle peut être utilisée seule lors de la masturbation mais des cas tragiques montrent la dangerosité d’une pratique sans surveillance.

Si l’idée de placer votre éloge funèbre sous le signe « l’asphyxie par pendaison associée à une activité autoérotique » ne vous tente pas trop, mieux vaut être au moins deux en cas de pépin. 

Avoir confiance en la personne qui étrangle ou se fait étrangler

Le plus important pour faire du bon sexe est toujours la communication (eeeeeet une protection contre les IST et une contraception quand c’est nécessaire, ainsi qu’une bonne hygiène bucco-génitale).

Pour ce qui est de jouer à s’étouffer, on peut dire sans trop se mouiller que la communication est même VITALE.

Pour cette raison et bien d’autres, il est recommandé de pratiquer avec un partenaire en qui on a une totale confiance et avec qui l’on est à l’aise pour parler.


Merci de choisir quelqu’un d’attentif à ses propres besoins et aux vôtres

Établir un signal d’alarme pour la personne étranglée

Fixer un code d’urgence entre les partenaires est un bon moyen de respecter les limites de chacun et d’assurer sa sécurité.

Il peut s’agir de taper sur le lit, de mettre sa main sur ses yeux ou d’utiliser une petite cloche/sonnette placée à proximité.

Mais cela peut ne pas être suffisant si le ou la partenaire étranglée est déjà en train de perdre connaissance, comme cela arrive aux apnéistes qui ne se rendent pas compte qu’ils tournent de l’œil…

Le signe convenu pourra aussi éventuellement se transformer en grosse tarte dans ton visage. Réflexe de survie oblige. Vas-y donc mollo et crescendo, et garde le contact visuel avec l’étranglé·e (pas de coussin ou de couverture qui cachent le visage).


Hein ? Quoi ? Je n’entends pas le safe word ! 

Étrangler sur les côtés de la gorge, pas au milieu

Jouer avec le cou de votre partenaire peut se limiter à appliquer doucement votre main sur la zone en question.

Quelque soit l’intensité souhaitée, il est nécessaire de mesurer la pression exercée sur le devant de la gorge car elle cache une fragile structure, comme ce fait divers profond nous l’a récemment démontré.

Donc plutôt de lui briser le nerf vagal, vous veillerez à déployer des gestes suggestifs, en mode « Si je voulais, je pourrais ».

L’étranglement érotique, une histoire de paliers

Il est toujours de bon aloi de procéder par étapes, qu’il s’agisse de sodomie ou de jeux BDSM.

Afin de tester en douceur les limites de votre plaisir ou de celui de votre partenaire, mieux vaut commencer par utiliser ses mains, pour gérer au mieux la pression sur le cou et stopper rapidement en cas de besoin.


Aaaah respirer… Quel meilleur moyen de rester en vie ? 

Je vous recommanderais de prendre le temps de maîtriser les bases et bien connaitre l’autre avant d’utiliser des accessoires types ceintures et de faire des nœuds de marins, et d’attendre encore un peu avant de se mettre des sacs sur la tête !

Ne pas retenir sa respiration pendant l’étranglement

Économiser l’air est utile lorsque quelqu’un tente de vous tuer par strangulation, mais c’est à éviter dans le cadre du sexe consenti.

Continuer à (essayer de) respirer permet à votre partenaire de contrôler votre état, de voir où vous en êtes. Et ça fait des bruits excitants.

Enfin, je vous déconseille totalement de pratiquer ce genre de jeux après avoir consommé de l’alcool ou de la drogue.

Voilà mes petites bouffées d’air frais, j’espère que vous serez prudentes si vous décidez de tenter le breath play malgré le risque d’accident, toujours présent.

Et vous, vous avez testé (vous faire) étrangler pendant l’amour ? Ça vous inspire quoi (mouahahah) ?

À lire aussi : Cunni fatal, strangulation, crise cardiaque… risque-t-on la mort quand on baise ?

POURQUOI REGARDER THE HANDMAID’S TALE ALORS QUE ÇA MET BIEN LE SEUM ?

QueenCamille


Tous ses articles

Commentaires
  • Loutrinel
    Loutrinel, Le 16 août 2018 à 13h19

    Perso, à petite dose, et si j'ai confiance, j'aime bien avoir cette pression au niveau du cou ! Mais j'aime aussi bien le faire à l'autre si ça lui plait !
    De toute façon, le sexisme influe notre sexualité à TOUS.T.E.S ! Donc autant faire ce qu'on a envie !
    En soi, y'a aucun risque si t'es attentif à l'autre et que t'appuie pas comme si tu voulais réduire en bouillie du beurre ! X) C'est juste une question de confiance, et de communication ! ;)

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!