J’ai demandé une augmentation de salaire, et je l’ai obtenue !

Par  |  | 6 Commentaires

Sarah a demandé une augmentation de salaire. Alors qu'elle flippait sa race de faire cette démarche, tout s'est parfaitement déroulé !

J’ai demandé une augmentation de salaire, et je l’ai obtenue !

« Fake it till you make it. »

Depuis que je suis petite, mes parents m’ont appris que le plus important dans ma vie de femme était d’être indépendante. Financièrement comme sentimentalement.

Avoir un niveau de vie confortable : une priorité dans mon éducation

Ma mère vient d’un milieu pauvre donc pour elle, il était primordial de m’apprendre la valeur des choses et de la chance de ne pas être dans le besoin.

Sur ses conseils, j’ai donc choisi une orientation vers une carrière qui me mettrait à l’abri du besoin. 

Pas par passion mais par raison. « Garde ta passion comme loisir car ta carrière prime », me disait mon père.

Depuis mes 6 ans, c’était clair comme de l’eau de roche : je devais choisir un métier qui rapporte.

J’ai donc fait toute ma scolarité dans cette optique : BAC S, Math Sup Math Spé, école d’ingénieur en informatique.

Le développement de mon syndrome de l’imposteur

C’est comme ça que mon syndrome de l’imposteur est apparu : au lycée quand j’ai eu mon BAC sans réviser, puis quand j’ai eu mon diplôme d’informatique sans jamais toucher une ligne de code.

Certain•es diront que j’ai des facilités, moi je dis que je suis une escroc.

Avant même d’avoir validé mon cursus, j’ai obtenu un poste dans une boîte à taille humaine me correspondant, le tout à un salaire supérieur à celui de mes potes de promo.

Je me suis toujours sentie extrêmement privilégiée par ma situation.

Je voyais mes amis et famille galérer à payer leur loyer alors que moi je disais :

« bah écoute ça va. »

Mon syndrome de l’imposteur grandissait encore et encore.

J’ai fait mon boulot pendant 5 ans sans jamais rien demander. Je trouvais ça normal de faire ce qu’on me demandait et de m’impliquer. Mon entreprise me récompensait tous les ans par une petite augmentation de 3%. Mes collègues, eux, n’avaient rien.

Mon syndrome de l’imposteur grandissait encore et encore… Et encore.

Une promotion… et un salaire qui ne suit pas

Et puis cette année, j’ai changé de poste : j’ai grimpé de 2 échelons. J’ai donc estimé que je devais être augmentée.

Avec un prêt immobilier à rembourser et des projets de voyages, je me suis dit que ça ferait du bien à mon porte-monnaie quand même… J’ai demandé à mes amis bossant dans le même secteur ce qu’ils gagnaient (ce n’est pas un sujet tabou dans mon entourage).

J’ai découvert être la moins bien payée de tou•tes.

Depuis notre entrée dans le monde du travail, ils avaient changé de poste et avaient donc eu des augmentations en conséquence.

« Tu te fais exploiter », ai-je entendu.

Mais mon syndrome de l’imposteur est revenu au galop. Je me disais :

« Qui es-tu pour demander plus d’argent alors que d’autres galèrent pour se nourrir ? Tu gagnes déjà bien ta vie, d’où tu te plains ? »

Ça me rendait malade d’aller voir mon responsable pour demander une augmentation.

Demander une augmentation de salaire grâce à l’empouvoirement

J’ai été boostée par mes amis et ma famille me poussant à faire la démarche. J’ai une confiance en moi vraiment très faible (pour ne pas dire négative…), alors ce fut difficile.

C’est là où sont arrivés les articles sur l’empouvoirement de madmoiZelle. J’ai lu tous les articles sur le Girl Power, les différences de salaires hommes/femmes, le syndrome de l’imposteur et les astuces pour retrouver confiance en soi.

Je me suis convaincue que mes efforts devaient être récompensés et que je le méritais.

Le jour de l’entretien avec mon responsable, j’étais stressée comme avant un examen.

J’étais certaine qu’on allait me rire au nez. Dans la voiture, j’ai écouté Lady Gaga à fond avec son Born this Way et The Edge of Glory. Dans l’ascenseur, j’ai monté les 4 étages en posture de super girl (mains sur les hanches et le regard fier) en me répétant « Tu le mérites ».

Fais-le. Force. Pouvoir.

Je suis arrivée en mode warrior prête à en découdre et me justifier.

Demander une augmentation et l’obtenir

Je me suis retrouvée face à mon responsable stressé, visage fermé, pas à l’aise.

« Bon ça y est c’est mort il me prépare à la déception », me suis-je dis.

Mais j’ai fait face. Je ne voulais pas paraître faible et je suis restée fière.

Après les quelques phrases d’introduction, est venu le moment fatidique.

« Je suis entièrement d’accord avec toi, tu mérites amplement une grosse augmentation. Après une telle évolution aussi rapide et cette implication de ta part, il faut absolument que ton salaire suive. »

Bluffée. J’étais bluffée. Ma demande qui me paraissait absolument exubérante était acceptée et ce sans la moindre négociation. J’obtenais une augmentation de 15%, ce qui me plaçait dans la moyenne.

Maintenant, je me dis que j’aurais pu obtenir encore plus si j’avais su !

Je n’aurais jamais pensé réussir à obtenir une augmentation si aisément.

Finalement, je ne suis peut-être pas une imposteure…

Depuis, j’ai décidé de travailler sur ma confiance et mon estime de moi-même car c’est mon seul obstacle à mon épanouissement personnel.

Comme quoi, parfois le plus difficile, c’est d’oser demander.

Quelques ressources pour prendre confiance en soi :

Pour réussir à faire la même démarche que Sarah, n’hésite pas à t’inspirer de ces quelques articles ressources qu’on trouve sur madmoiZelle :

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Une madmoiZelle


Tous ses articles

Commentaires
  • Aska
    Aska, Le 6 octobre 2017 à 9h52

    Moi ce qui me gêne dans le témoignage, c'est qu'on part d'une situation où la Madz méritait largement une augmentation de salaire vu qu'elle avait grimpé les échelons sans être augmentée. Ils sont donc obligés d'être d'accord que le salaire suive, sinon il y aurait un problème... Du coup ça ne reflète pas forcément la majorité des gens qui voudraient demander une augmentation, et qui doivent davantage faire preuve d'argumentation quoi... je trouve ça trop facile en fait.

    Dans mon cas, c'est plutôt compliqué de demander une augmentation: déjà mon chef part du principe qu'on n'en a pas le droit pendant nos premières années dans la boîte, ensuite tu as beau prouver que tu as développé des compétences et atteint les objectifs, ben tu n'as pas forcément le droit à une augmentation de salaire car pour ton chef ce n'est pas suffisant ou/et que quelqu'un d'autre dans ta boîte a fait mieux...
    Tiens d'ailleurs cette année j'ai même pas reçu le formulaire et une date pour un entretien annuel... donc c'est pour dire que je n'ai même pas eu l'opportunité de faire une demande...

    Quand ma soeur a demandé une augmentation, elle a du sortir quand même pas mal d'arguments sur son implication, ses progrès, ses succès... mais l'employeur en cassaient certains pour essayer de conclure qu'elle ne le méritait pas vraiment.
    Je connais aussi un collègue qui s'est intégré très vite dans une nouvelle équipe et qui est limite "chef" à la place du chef, car les gens préfèrent se référer à lui grâce à ses compétences, ben on lui a refusé une augmentation car il a été muté récemment et qu'il a eu une prime, donc il reste moins bien payé que la plupart des gens de sa boîte à cause de ça.

    Bref, tout ça pour dire que le témoignage de la Madz' est l'exemple idéal d'une demande réussie, mais dans la vie quotidienne c'est vachement plus compliqué quoi...

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!