Anaconda de Nicki Minaj lu comme un poème

Les paroles d'« Anaconda » de Nicki Minaj clamées comme un poème, ça rend quoi ? Bah ça rend bien.

Écoute, loin de moi l’idée de vilipender la musique pop et ses paroles vide de profondeur, si je puis dire. Vraiment : j’ai pas envie, quand j’écoute des chansons, de réfléchir sur le sens de la vie et qui vient en premier de la poule ou de l’oeuf. Donc rien ne me choque dans les paroles d’Anaconda de Nicki Minaj, qui sont pour le moins détendues :

« Un copain de baise qui s’appelait Troy, qui vivait à Detroit
C’était un gros dealer, il se faisait plein de thunes
Il a eu des problèmes avec la loi, mais il vit dans un palace
Il m’achetait du Alexander McQueen, il me gardait stylée. »

MartiansBrain a justement choisi, pour bien jouer avec les contrastes dans les paroles d’Anaconda, très ancrées dans une sorte de vie (une vie où on a un toyboy dealer et millionnaire), de les clamer comme si c’était un poème. Ce n’est pas un concept nouveau, mais faut bien avouer que c’est toujours efficace :

À lire aussi : Nicki Minaj et son bouli rebondi: pourquoi tant de haine ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 3 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Nour + Nad
    Nour + Nad, Le 14 octobre 2014 à 18h36

    Ahah, ça me rappelle la reprise (ironique) qu'a fait la Youtubeuse Hart, c'est bête mais si le single était sorti, je l'aurais sans doute écouté régulièrement !



    (à partir de 2:55)

Lire l'intégralité des 3 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)