Le twitcom, nouveau genre de série télévisée

A l’été 2009, Justin Halpern, scénariste à mi-temps, retourne habiter avec son père à San Diego. Il a alors 29 ans, son père 74. Il décide d’ouvrir un compte Twitter (@shitmydadsays) pour y écrire les phrases cinglantes quotidiennement balancées par son vieux. Le succès est immédiat : Kristen Bell encourage ses followers à suivre Shit […]

A l’été 2009, Justin Halpern, scénariste à mi-temps, retourne habiter avec son père à San Diego. Il a alors 29 ans, son père 74. Il décide d’ouvrir un compte Twitter (@shitmydadsays) pour y écrire les phrases cinglantes quotidiennement balancées par son vieux. Le succès est immédiat : Kristen Bell encourage ses followers à suivre Shit My Dad Says (en français : « les conneries dites par mon père »), plus d’un million de personnes s’abonnent au twitter de Justin Halpern et… trois mois plus tard, CBS annonçait qu’une adaptation télévisée de Shit My Dad Says était en cours. Avec William Shatner (alias Captain Kirk dans Star Trek) dans le rôle du paternel bourru :

Chargement du lecteur...

Il y a quelques jours, Ashton Kutcher confirmait son nouveau projet twitterien : comme si battre CNN en nombre de followers ne suffisait pas, l’acteur-zozo a décidé d’adapter Shh… Don’t Tell Steve (@shhdontellsteve) en série télé, toujours sur CBS. A l’instar de tout réseau social, Twitter a fini par remplir une fonction de dénicheur de talents. Si vous arrivez à être drôle en 140 caractères, bingo !

Après tout pourquoi pas ? Nous connaissons déjà les soap operas (Les feux de l’amour, Amour, Gloire et Beauté…), les sitcoms pourries (tout ce qui est signé AB Productions), les feuilletons (Inspecteur Derrick), les séries policières (Inspecteur Derrick), les séries où chaque épisode a un budget de ciné (70% des séries de HBO) et les séries « en temps réel » (24h Chrono)… alors pourquoi pas la twitcom ?

Parce qu’en tant que nouveau genre de série, le twitcom peut s’avérer aussi insipide qu’un épisode de Marc et Sophie.

Ces comptes twitter sont certes très drôles, mais aussi est très récents. Si l’idée de départ de $#*! My Dad Says tient la route, le jeu des acteurs est pour le moment très moyen. Car il y a une donnée que les producteurs de CBS n’ont pas pris en compte avant de se jeter tels des morts de faim sur Justin Halpern : certaines blagues sont parfois plus percutantes à l’écrit.

Shh… Don’t Tell Steve, qui raconte les tribulations et les commentaires d’un colocataire crétin, a quant à lui une ligne directrice un peu faible. Sans oublier que le twitter du coloc’ de Steve compte 10 fois moins de followers que celui de la famille Halpern.

Et il y a fort à parier que le Steve en question – en admettant qu’il existe – est très au courant des projets de CBS. Ce qui n’est pas sans enlever quelques grammes de fraîcheur à l’affaire. Car c’est peut-être là le principal défaut du twitcom : produit par Hollywood, ce qui était jusqu’alors réservé aux initiés (et pouvait faire l’objet d’un bouquin sans que l’on essaye de tirer sur la corde capitaliste), risque de devenir un phénomène banal, et, à terme, lassant.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Il n'y a pas encore de commentaire