3 leçons d’empouvoirement que je retiens de The Bold Type, épisode 5

Par  |  | 39 Commentaires

The Bold Type suit la carrière de 3 jeunes femmes, dans les coulisses d’un grand magazine féminin. Loin des clichés, leurs (més)aventures respirent l’empouvoirement.

3 leçons d’empouvoirement que je retiens de The Bold Type, épisode 5

L’empouvoirement, c’est le concept féministe qui manquait à la langue française. Et The Bold Type, si tu n’avais pas eu le mémo, c’est la nouvelle meilleure série du monde entier. En toute objectivité, bien sûr.

C’est l’histoire de Jane, Kat et Sutton, 3 jeunes femmes et amies qui travaillent pour le magazine féminin qu’elles adorent : Scarlet.

Au lieu de se tirer dans les pattes et de passer leur temps à parler de mecs, elles se démènent pour avancer dans leur monde professionnel respectif, tout en étant heureuses et épanouies sur le plan personnel.

C’est toujours un sacré challenge pour une jeune femme, en 2017. Et celles-ci n’échappent pas aux paradoxes que la société fait peser sur elles.

J’encense cette série sous toutes ses coutures dans cet article, garanti sans spoilers : The Bold Type, la série sur les coulisses d’un mag féminin en 2017, n’est pas celle que vous croyez.

Cet article-ci, en revanche, va spoiler la série The Bold Type, saison 1, jusqu’à l’épisode 5.

Et oui, la série n’a que 5 épisodes pour le moment, et je me prends des claques à chaque fois. Cette semaine, ce sont 3 leçons apprises au cours de l’épisode qui ont particulièrement résonné en moi.

SPOILERS PARTOUT

(justice nulle part)

Leçon n°1 : « arrête de t’excuser quand tu n’as rien à te reprocher »

Jane a fait le portrait d’une banquière le jour, strip-teaseuse la nuit. Sauf que celle-ci n’est pas satisfaite de l’article… et attaque Jane en diffamation, l’accusant d’en avoir trop dit sur elle (elle voulait rester anonyme, et elle a été reconnue).

C’est Jacqueline, la rédactrice en chef de Scarlet, qui l’annonce à Jane :

« Tu es attaquée en justice. Enfin, le magazine est attaqué. Tu es nommée dans la plainte. »

Jacqueline la rassure : c’est bien le magazine qui va se défendre, et Jane avec. C’est normal pour une journaliste d’être attaquée en diffamation. Réaction de Jane ? Elle s’excuse :

« Je suis vraiment désolée ! »

Et Jacqueline lui répond du tac au tac :

« Arrête de t’excuser quand tu n’as rien à te reprocher ! »

Ma tête a implosé.

J’ai pris conscience du nombre de fois par jour où je m’excuse de choses pour lesquelles je n’ai absolument pas à m’excuser. Pire tic de langage, que cette mécanique de dépréciation permanente. L’épisode était à peine terminé que j’ai saisi mon ordinateur pour écrire tout un article sur ces excuses superflues.

À lire dans #62jours : Arrête de t’excuser quand tu n’as rien à te reprocher.

Merci Jacqueline. J’en ai pris bonne note…

She's the boss we all wish we had. // @meloradhardin #TheBoldType

A post shared by The Bold Type (@theboldtypetv) on

Leçon n°2 : connais ta valeur et défends-la quand ça compte

Sutton a décroché le job qu’elle convoitait. Elle a rendez-vous avec Oliver, son futur patron, pour signer son nouveau contrat. Problème : le salaire est inférieur à ce à quoi elle s’attendait. Elle va gagner moins que sur son précédent poste.

Problème au carré : son nouveau salaire ne lui permettrait plus de vivre à New York, elle va devoir faire des changements radicaux dans son mode de vie…

Mais surtout, le seum est maximum : Sutton s’investit énormément dans son job, elle a le sentiment que la gratification n’est pas à la hauteur de son engagement.

Son travail n’est pas évalué à sa juste valeur, et c’est bien ça qui la frustre.

C’est Alex, journaliste chez Scarlet, son collègue et ami, qui lui donne LE conseil que j’aurais aimé entendre en me lançant dans la vie professionnelle : toi seule connais ta vraie valeur. Donc évalue-toi et va demander à Oliver une juste compensation.

Il lui file aussi les clés de « la posture de pouvoir », ce qui ne gâche rien.

Get your power poses ready. Sneak peek from Tuesday's all new episode of #TheBoldType.

A post shared by The Bold Type (@theboldtypetv) on

En fait, Sutton vient de recevoir une excellente leçon de négociation. Au lieu d’aller voir son patron avec un chiffre (ce qui avait été un échec), elle retourne le voir avec ses forces.

Voilà ce que je vais faire pour toi, à ce poste.

Voilà les compensations que j’estime juste (Sutton prend en compte les contraintes budgétaires du département, pour faire une proposition satisfaisante pour elle, et réaliste pour l’économie du service).

Et enfin, voilà le deal : si tu n’estimes pas mon travail à cette valeur (donc si tu refuses une proposition plus que raisonnable), pas de souci, no hurt feelings, mais je vais décliner ton offre d’emploi.

Pragmatique dans le compromis, intransigeante sur ses valeurs — en l’occurrence, sur SA valeur : Sutton a eu et exécuté LA leçon de négociation que j’aurais aimé avoir.

Merci Alex, merci Sutton. J’en ai pris bonne note…

À lire aussi : Comment négocier son salaire quand on est une femme ?

Leçon n°3 : ne laisse pas la peur t’empêcher de tenter des trucs

Dans l’épisode précédent, Kat a pécho. Bien joué !

All. Of. This. 😍 #Kadena #TheBoldType

A post shared by The Bold Type (@theboldtypetv) on

…Sauf que les choses sont allées un peu trop vite pour elle. À peine avait-elle passé une nuit avec Adena que cette dernière se projetait dans une relation de couple avec Kat, parlait de rompre avec sa partenaire de 3 ans…

Tandis que Kat FLIPPE clairement devant cette pression. Elle, en couple ? Elle est plutôt « coup d’un soir » que « coup de foudre »…

C’est cette peur qui lui fait envoyer un message de rupture, ou plutôt, de relation avortée :

« Désolée, je ne peux pas. »

C’est son choix de ne pas s’engager, je n’ai que du respect pour les décisions des autres. Sauf que dans le cas de Kat, ce choix est dicté par la peur… pas par son cœur.

On le comprend lorsqu’elle participe à l’événement sportif #ScarletRide : un cours de biking collectif coaché. Les encouragements de la prof pendant la séance sentent bon l’empouvoirement et ça marche pour Kat. L’effort la libère.

Tant et si bien qu’au sortir de la salle, elle va retrouver Adena pour changer d’avis. Sauf qu’elle arrive trop tard : l’artiste s’envole le soir même pour Paris, réparer sa relation avec son ex…

Bien sûr que cette scène résonne particulièrement en moi : j’ai déjà été paralysée par ma peur, elle m’a déjà retenue, empêchée de dire ce que j’avais sur le cœur et de suivre mes intuitions, mes instincts… Et de suivre mon cœur, oui.

C’est la leçon la plus cruelle de cet épisode, à mes yeux : ne te laisse pas arrêter par la peur…

Merci Kat (et désolée pour toi, vraiment) pour cette leçon. J’en prends bonne note…

À bientôt pour d’autres leçons d’empouvoirement inspirées par The Bold Type. Cette série n’a pas fini de me secouer !

À lire aussi : Ces héroïnes de série télé féministes qui font plaisir à voir

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Clemence Bodoc

Anciennement Marie.Charlotte, Clémence Bodoc a été jeune cadre dynamique dans une autre vie, avant de rejoindre la Team madmoiZelle. Elle s’intéresse à l’actualité et à l’écologie, aime la politique et les débats de société. Grande fan de sport (mais surtout à la télévision), et de cinéma (mais seulement en VO), son nom de scout est dinde gloussante azurée. Elle ne mord pas mais elle rit très fort.

Tous ses articles

Commentaires
Forum (39) Facebook ()
  • Cornélie
    Cornélie, Le 1 octobre 2017 à 14h54

    Vu l'article enthousiaste et que je n'ai plus grand chose à me mettre sous la dent niveau série, j'ai lancé l'épisode 1...et je suis franchement perplexe de l'enthousiasme. :ninja:
    Il ne se passe rien du tout. Du tout. C'est plat...et puis le peu d'événements qu'il y a figuraient dans la bande annonce, j'ai juste eu l'impression de regarder une version hyper-super-allongée du trailer. :dunno:
    J'attends en principe qu'un premier épisode me donne envie de voir la suite, lance quelques pistes pour qu'on se demande ce qui va se passer pour les personnages, qu'on soit curieux, qu'on ait envie de gratter...mais là, je ne vois vraiment pas ce qu'il va bien pouvoir se passer, ça n'a rien amorcé du tout. :dunno: Même moi qui me trouve souvent rapidement un petit perso favori, là, tous les personnages ont l'air en carton, ça manque de relief, les trois filles ont l'air limite interchangeables...puis c'est pas super bien joué, non ? :ninja:
    Est-ce que ça devient meilleur par la suite ? :caprice: Parce que là, j'ai vraiment pas l'impression d'avoir regardé la même série que décrite dans l'article. :rire:

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!