Legion, la série de super-héros badass et ambitieuse qui manquait à la télévision

Par  |  | 5 Commentaires

Legion, ou le mutant connu pour être le deuxième plus fort de l'univers des X-Men, débarque sur petit écran dans une série visuellement ahurissante. Entre schizophrénie et complot gouvernemental, Dan Stevens et ses compagnons vont en surprendre plus d'un.

Legion, la série de super-héros badass et ambitieuse qui manquait à la télévision

J’avais inclus Legion dans mes séries les plus attendues de 2017, et après ce premier épisode qui dure pas moins d’une heure, je ne suis absolument pas déçue. Même si je n’ai pas tout compris.

Legion est la première incursion de l’univers des X-Men de Marvel — qui collabore avec FX pour adapter le comics — à la télévision. Ça donne un résultat bluffant.

De base, pour être intrigante, la série se devait d’être complexe de par son héros : on parle du fils du professeur Xavier, un mutant atteint de schizophrénie dont chaque personnalité contrôle un pouvoir particulier : télékinésie, télépathie ou encore pyrokinésie.

Le créateur de ce projet est Noah Hawley, qui était également derrière l’adaptation de Fargo, diffusée sur la même chaîne FX. Et tout comme son précédent projet, la série Legion semble ambitieuse, originale et complètement dans l’ère du temps.

En fait, au début, Legion, c’est presque chou. Une nouvelle fille arrive dans un établissement, un garçon lui demande si elle veut être sa petite amie. La fille accepte.

Sauf que l’établissement en question est un institut psychiatrique et que ni l’un ni l’autre ne semble très net.

Je sors littéralement du visionnage du Chapitre 1 et je suis perplexe.

Ce qu’on sait des personnages de Legion après un épisode

  • David Haller (Dan Stevens)

C’est le fils de Charles Xavier donc, il sait qu’il est fou (et son esprit torturé est vraiment pire que le palais de l’esprit de Sherlock) mais il ne saisit pas concrètement l’étendue de ses pouvoirs. Dans son quotidien, il entend des voix, subit des hallucinations, la totale quoi.

Il est recherché par deux clans, les méchants, et ceux qu’on suppose être les gentils.

En tout cas, il est complètement paumé, ne sait pas ce qu’il veut et pourquoi on le recherche. En fait, le spectateur se retrouve à la place de David et il apprend les choses progressivement, à son propre rythme.

Franchement, je fais partie des premières à regretter le départ de Stevens de Downton Abbey, mais sa percée à Hollywood me fait dire qu’il a carrément fait le bon choix. Même s’il aurait pu associer les deux. Hein.

  • Lenny Busker (Aubrey Plaza)

BORDEL AUBREY PLAZA. Sachez que je voue une admiration sans borne à sa manière de jouer April Ludgate dans Parks & Recreation, mais je dois reconnaître que ce rôle lui va particulièrement bien aussi.

Lenny est probablement la seule amie de David à l’hôpital. À la base, le personnage était écrit pour un homme d’âge mûr. Finalement Plaza a décroché le rôle et a insisté pour garder les mêmes répliques, ce qui rend sa version de Lenny complètement non-binaire.

Elle a un long passif : addictions, drogue, alcool, relations abusives, bref, c’est pas la joie. Mais elle a un atout : son humour. Et ça correspond un peu à sa philosophie de vie, du style « restons optimiste même si j’ai une vie naze »…

À lire aussi : Aubrey Plaza — Les Fantasmes de la Rédac

legion-syd-david

  • Sydney Barrett (Rachel Keller)

Syd est la nouvelle arrivée dont David tombe amoureux quand il la voit pour la première fois. Elle n’apprécie pas être touchée… à raison.

Est-elle vraiment amoureuse de David ? Peut-être. Elle le laisse croire mais comme elle semble moins folle que le héros, je n’arrive pas à savoir si elle est sincère. J’espère que oui, pour le bien de tout le monde au cas où le petit pèterait un câble !

Rachel Keller avait joué dans Fargo justement, et on la retrouve dans le rôle de Sydney, la jeune blonde mystérieuse qui cache bien des choses. Son don implique le toucher de sa peau et… cramer des gens ?

  • Melanie Byrd (Jean Smart)

Melanie dirige un centre de recherche sur les mutants, et à la fin du premier épisode elle met la main sur David. Et visiblement Syd bosse pour elle, accompagnée d’autres mutants.

Ça tombe bien, Jean Smart jouait la grand-mère de Rachel Keller dans Fargo. On peut dire que Hawley aime bien garder sa petite famille autour de lui.

  • The Eye (Mackenzie Gray)

Quant à lui, je n’ai pas tout compris. C’est clairement pas un type du gouvernement, il doit être agent double. Mais ça veut dire que son chef est le grand méchant ? Ou alors il a une vendetta personnelle contre David et c’est pour ça qu’il le recherche ?

J’attends que l’histoire avance un peu pour en savoir plus, mais Legion m’a complètement convaincue.

À lire aussi : Ces héroïnes de comics qui font plaisir à voir

Legion, une série de super-héros jamais vue

Visuellement, c’est dingue. On est à la télé et le budget n’est pas illimité, on n’est pas dans un Game of Thrones, mais il y a des scènes qui valent quand même le détour. Ces scènes sont juste très riches, le spectateur ne sait pas où poser l’œil.

En plus de ça, il y a une colorisation unique dans Legion qui rend l’univers très onirique et, tout comme David, on ne distingue plus trop le vrai du faux. J’avoue que ça m’a vraiment fait penser à Pushing Daisies (en moins joyeux, je l’accorde), ce qui est logique puisque le chef-déco est le même que sur la série.

David peut envisager les différents cours possibles de la vie, mais surtout se repasser ses souvenirs et être conscient dedans, la narration est ainsi très décousue. Et du coup, on ne sait pas vraiment quelle est la réalité. La télékinésie, c’est pas très évident comme pouvoir !

Le héros peut lire dans l’esprit des gens, faire voler les objets autour de lui et incendier selon ses humeurs, et ses pouvoirs sont très visuels.

À lire aussi : « Daredevil » saison 2 revient avec force et fracas

legion-scene-effets

Bienvenue chez les fous de Legion

Tous les fous ne sont pas des mutants, sachez-le. Mais ils sont bien là, tapis dans l’ombre, et ils vont surgir quand on ne s’y attend pas à mon avis.

Mais je dois avouer que j’ai été un peu perdue par toutes les infos qu’on me balance dans ce premier épisode. J’ai donc lâché le fil par moment. L’ambiance sombre ne m’a pas dérangée pour une fois car elle est équilibrée avec un ton très ironique et drôle, que ce soit de Lenny ou de David.

Après, n’étant pas une experte de l’univers X-Men, je remercie les scénaristes de n’avoir pas poussé la mythologie trop loin. Et il ne faut pas s’attendre à voir des héros de l’univers cinématique des mutants dans la série pour le moment en tout cas.

Legion a commencé depuis le 8 février outre-Atlantique, et franchement, elle pourrait bien se révéler être la petite pépite Marvel que le câble américain attendait.

big-3-pour-cent-netflix-serie-critique

Commentaires
Forum (5) Facebook ()
  • L'enfant Sauvage
    L'enfant Sauvage, Le 29 mars 2017 à 20h36

    Très difficile à suivre comprendre surtout, il faut s'accrocher !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!