Avec ton plan cul, tu es peut-être dans la fuckzone (mais tu peux en sortir !)

Par  |  | 12 Commentaires

Tu as un plan Q et tu aimerais avoir une relation plus stable avec lui. Mais lui ne veut pas. Bienvenue dans la fuckzone.

Avec ton plan cul, tu es peut-être dans la fuckzone (mais tu peux en sortir !)

Avoir un (ou des) plan(s) cul est un des grands avantages de la vie d’adulte, quand on possède son propre appartement ou des parents très ouverts.

Avoir et être un booty call, un fucking buddy, un friend with benefits, c’est cool tant que les partenaires sont consentants et que cette intention est partagée.

Le risque quand on a un plan cul, c’est de tomber amoureuse de son plan cul ou inversement. Ou de se rendre compte en cours de route qu’on souhaite une relation plus « sérieuse », mais pas avec cette personne.

C’est quoi la fuckzone ?

Il arrive qu’un plan cul débouche sur une relation « stable ». Mais pas toujours.

La fuckzone, c’est l’endroit imaginaire où l’on se retrouve coincé•e quand on commence à espérer plus que du sexe avec quelqu’un et que ce quelqu’un ne souhaite pas la même chose.

On peut désirer avoir plus de discussions, faire d’autres activités ensemble, ou carrément se mettre en couple. mais pour l’autre, à part le sexe, c’est nope mais merci quand même.

C’est un peu le miroir de la friendzone, ce territoire fictif où reste collé ce pote avec lequel on a pas envie d’aller plus loin, même s’il est gentil et fait tout pour nous.

Le problème lorsque l’on est coincé dans l’une de ces zones imaginaires, c’est qu’il y a une différence d’intention entre les deux personnes qui n’est pas exprimée.

Dans la friendzone, l’une souhaite de l’amitié, l’autre aimerait avoir des relations sexuelles et/ou amoureuses.

Dans la fuckzone, l’une voudrait juste du sexe, l’autre désire une relation amoureuse.

Comme la souffrance fait mal et que le réalisme est notre ami, voilà cinq signes qui indiquent que, déso mais ça n’ira pas plus loin…

Tu es dans la fuckzone si… vous vous voyez seulement la nuit

Le plan cul a ses limites temporelles.

Les heures ouvrables du booty call sont situées, à la louche, de 22h (une fois que tout le monde a fait son p’tit dîner) à 7h (y’en a qui bossent), et éventuellement les après-midis du week-end.

Ceci dit, si tu es dans la fuckzone, il y a de fortes chances pour que ta ou ton partenaire ait autre chose à faire que de te voir les après-midis du week-end.

Tu aimerais être sa priorité. Mais ce n’est pas le cas. Car tu es dans la fuckzone. C’est chiant, mais c’est logique.

Je t’invite à relativiser en te disant que, si ça se trouve, le visage de cette personne est horrible en plein jour.

Non je dormais pas, passe quand tu veux mec !

Tu es dans la fuckzone si… vos conversations sont superficielles

Vous avez des centres d’intérêt communs, certes. Vous dissertez pas mal dessus, d’accord. Parfois même vous vous envoyez des vidéos, des articles en lien avec vos conversations. Là, vous êtes des oufs.

Mais tu ne lui as jamais raconté ton voyage en Inde, ta passion pour les piques-niques en haute montagne, ou cette anecdote vraiment gênante.

Vos conversations peuvent te laisser un goût d’inachevé et l’impression de n’avoir pas dit ce qui te tenait à coeur. La personne ne te pose pas de questions personnelles et tu n’oses pas lui demander des détails sur sa vie privée, son passé.

En dehors des moments où vous vous voyez, votre principal moyen de communication est le texto, et autres voies électroniques, et son temps de réponse varie de long à indécent.

Tu es dans la fuckzone si… c’est du sexe, du sexe et encore du sexe

Cet indice extrêmement surprenant permet de déterminer avec certitude que tu es coincée dans la fuckzone : vous ne faites rien d’autre ensemble que du sexe.

La personne te sort toujours une excuse lorsque tu lui proposes de faire autre chose que de vous attraper sauvagement.

Du coup, vous n’avez jamais vraiment partagé d’expériences en commun en dehors du lit, tu n’as pas rencontré ses amis ni personne de sa famille et vous n’avez aucun projet, même pas attendre le bus ensemble.

Désolé mais commander des sushis, chiller devant Netflix et refaire le lit ne comptent pas.

Tu es dans la fuckzone si… tu as accepté d’y être

Last but not least, et c’est une bonne nouvelle : TMTC que tu es coincé•e dans cette fucking fuckzone !

Dans la friendzone comme dans la fuckzone, les mecs et les meufs qui se retrouvent « coincé·es » le sont sciemment.

Ils savent qu’ils n’obtiendront pas ce qu’ils désirent mais renoncent à le demander ou à passer à autre chose… et se retrouvent kéblo.

Ce genre de raisonnement :

« J’ai totalement conscience que ce plan cul ne débouchera pas sur l’intimité émotionnelle dont je ressens le besoin MAIS je préfère me dire que c’est mieux que rien/que je ne mérite pas mieux/que les choses peuvent évoluer »

On est sur du mensonge à soi-même de grande qualité. La bonne nouvelle, c’est qu’il n’appartient qu’à toi de sortir de cette situation que ne te convient plus.

Comment sortir de la fuckzone ?

Sortir de la fuckzone n’a rien de sorcier mais demande un peu de courage. C’est encore plus difficile si tu as affaire à un fuckboy ou un breadcrumber qui entretient tes espoirs de relation à moindre frais.

La première étape consiste à identifier tes attentes. Cette relation de plan cul te convient ? Parfait. Au contraire, tu sens que tu aimerais te mettre en couple, avec ce partenaire ou non ? Génial.

Maintenant que tu as clarifié tes besoins, la seconde étape est de les considérer comme une priorité.

Même si tout n’est pas tout noir dans cette relation et qu’elle t’apporte parfois de la joie (voire quelques orgasmes). Même si tu te sens le devoir d’être là pour cette personne.

Tes besoins passent avant tout. Ce n’est pas de l’égoïsme, c’est ce qu’on appelle en anglais le selfullness et c’est beaucoup plus stylé !

Car l’amour de soi, c’est la base de tout, mes petits hippies. Pour aimer, il faut d’abord s’aimer, ce n’est pas un scoop mais c’est toujours bon à rappeler.

Pour sortir de la fuckzone quand on a pas envie d’y rester, je te suggère donc :

  • De te faire un gros câlin
  • De te souvenir de l’immensité de ta génialitude
  • D’affirmer que tu as le droit et la possibilité de vivre le genre de relation que tu souhaites vraiment
  • D’en informer l’intéressé•e
  • Éventuellement, d’effacer son numéro pour prévenir les rechutes. Mais ça peut être aussi conserver son numéro en prévision d’une rechute. It’s up to you et ta fragilité émotionnelle bb.

Et vous, vous avez déjà coincé•e quelqu’un ou été coincé•e dans la fuckzone ? Est-ce que vous en êtes sorti•e et comment ? 

Valeur : + de 35€
18.90€ + 4€ de livraison

QueenCamille


Tous ses articles

Commentaires
  • Luthéa
    Luthéa, Le 18 mars 2018 à 21h23

    Je ne suis pas trop du genre à râler devant les article, mais celui-là je suis passée totalement à côté.
    Alors, pour resituer je me suis aperçue que perso, une relation où c'est juste baiser et goodbye, ce n'est pas pour moi. Sauf que ça ne veut pas dire non plus que je ne veux que des relations de couple. Il y a tout un panel entre.
    J'ai trouvé cet article super binaire en fait, plan cul d'un côté au sens le plus strict du terme, et couple de l'autre. :erf:
    Il y a de bons conseils aussi dedans, mais ce côté très tranché m'a dérangée, parce que oui on peut vouloir une relation qui ne soit pas une relation de couple mais avoir aussi envie et besoin d'un minimum de discussion, de câlins, ou que sais-je encore, quel que soit notre genre d'ailleurs ce n'est pas réservé aux fâmes, ces êtres faibles qui veulent uniquement des relations sérieuses. :lunette:

    Parler d'une relation où l'un.e veut faire évoluer la situation vers un couple et pas l'autre oui, mais couper ainsi en deux éléments binaires j'ai trouvé ça plus que moyen :erf:

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!

Gestion des cookies

Partages sur les réseaux sociaux

Grâce à ces cookies, nos articles peuvent être directement partagé sur les réseaux sociaux via des boutons de partages. Ces cookies sont gérés par l'éditeur de chaque réseau social.

Facebook, Twitter, Pinterest, Whatsapp
facebook
twitter
pinterest
whatsapp

Mesures d'audience

Nous mesurons les visites de manière anonyme sur les différents articles pour comprendre les intérêts de nos lectrices.

_ga, _gaq, _gid,
_ga, _gaq, _gid
cb

Stream

Nous faisons parfois des lives sur Youtube ou Facebook. On utilise ce cookie pour ne pas afficher les streams si tu ne souhaites pas les voir sur le site.

hideStream

Publicitaires

Ces cookies sont déposés par Smart AdServer et DFP, les outils que nous utilisons pour afficher des publicités sur le site. Ces publicités servent au financement de madmoiZelle et sa rédaction.

smartadserver, doubleclick
smartadserver
doubleclick

Close your account?

Your account will be closed and all data will be permanently deleted and cannot be recovered. Are you sure?