Les cahiers du jeu vidéo – #4 Girl Power !

Les éditions Pix'n Love viennent de sortir leur dernier né des Cahiers du Jeu Vidéo : Girl Power ! Un livre de 196 pages qui cause des filles dans les jeux vidéos, de la culture geek, des pratiques masculines et de leur rapport aux personnages féminins avec des intervenantes du milieu.

[madgalerie id=47]

Note déjà que si c’est une chroniqueuse mode qui te cause d’un bouquin de geek culture et de jeux vidéos, le-dit bouquin mérite sans doute que tu y jettes un coup d’oeil. Ne serait-ce que pour savoir si la rédactrice a sniffé du juvamine.

Je suis à des kilomètres d’être une experte ès video game et pourtant à peine reçu à la rédac, je me suis accaparé le bouquin. Etrange ? Pas forcément non, puisque comme la plupart des filles, je suis plutôt une auto-stoppeuse du joystick. Ni accro, ni totalement désintéressée – j’aime toujours autant retrouver Chun-Li pour botter le cul de mon frère quand l’occasion se présente. Et attention, j’ai brassé aussi bien les Sims que Resident Evil, Just Dance et World of Warcraft (installé un jour d’ennui sur ma bécane, il a fallu deux mois pour m’en sortir – addictif).

Pour te dire donc que ce livre n’est pas réservée à l’intelligentsia du jeu vidéo et que chaque nana un tant soit peu attirée par l’univers féminin des jeux peut s’y retrouver – Animal Crossing côtoie Silent Hill et Bayonetta fréquente librement Cooking Mama. Jouissif.

Les visuels et la mise en page sont ingénieux et esthétiquement, ça claque. Divisé en 14 chapitres, il regorge foule d’informations : de la « séductrice mutante » en passant par la « poupée, tigresse, gardienne, lascive… » à la « cruelle comtesse » ou « princesse moderne » et j’en passe – tout l’univers féminin du jeu vidéo est ratissé.

A noter enfin que des figures connues par ici – Moossye (qui ne vient plus trop mais à qui on fait un bisou) et Maïa Mazaurette – y participent également !

Le livre est disponible sur le site internet des éditions Pix’n Love au prix de 16 €, et croyez-moi (c’est pas parce que je parle de mode que je ne dis que de la mouise – non mais oh) c’est un vrai petit bijou !

CDJV4 Teasing Les cahiers du jeu vidéo   #4 Girl Power !

Tous les articles Culture , Jeux Vidéo , Livres
Les autres papiers parlant de Geek , Jeux Vidéo
ça vous a plu ?
partagez !
Big up
L'actu de mad
gratuitement dans vos mails !
a lire également
Plus d'infos ici
Viens apporter ta pierre aux 5 commentaires !

Tu dois être inscrite pour lire l'intégralité des réactions ou commenter !

Identifie toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !

  • Moossye
    Moossye, Le vendredi 11 mars 2011 à 11h26

    :)

  • .Kay.
    .Kay., Le vendredi 11 mars 2011 à 17h08

    Je serais plutôt du genre à éviter ce genre de bouquin qui, sous couvert d'un numéro spécial, stigmatise plus qu'autre chose.

    Il faut arrêter de se leurrer, les personnages féminins comme les gameuses - je parle des vraies, pas de celles qui se jettent sur la dernière version des Sims ou qui sont le coeur de cible des pubs de Big N qui visent à te faire perdre de la cellulite en te bougeant le cul sur un bout de plastique ou encore à faire des photos de son chéri/chien/poisson rouge et à rajouter des effets trop choupinous dessus ! - existent depuis toujours.

    (Pour les publicités, si vous ne voyez pas de quoi je parle, ouvrez votre magazine féminin préféré et jetez un coup d'oeil... Désolant !)

  • Sachka
    Sachka, Le vendredi 11 mars 2011 à 17h31

    Merci pour ce billet, on est super ravis que vous aimiez ce numéro des Cahiers, aussi bien forme que fond, car on y a mis énormément de travail ! :d


    Pour répondre à Miss Kay, je dirais que c'est justement tout le contraire. Nous avons voulu aller à l'encontre de tous ces clichés et ne pas faire comme tous ces magazines et sites web qui se penchent sur les joueuses comme si c'était des bêtes curieuses.

    Dans ce livre il est très peu question des joueuses. On y parle plutôt de la façon dont le féminin est présenté dans les jeux. Par exemple comment il est utilisé dans la création de monstres encore plus flippants justement parce qu'ils sont féminins. Ou encore on y parle de la représentation de la sexualité et des relations h/f dans les jeux. Ou bien des stéréotypes féminins japonais à la lumière d'une histoire et d'une culture très particulières.

    On y interview aussi beaucoup de femmes qui travaillent dans le jeu vidéo. On s'interroge sur le modèle de virilité imposé par les jeux de guerre. Sur la représentation de l'homosexualité.

    Bref un paquet de sujets passionnants :)

    L'ouvrage est dirigé par une femme (moi ^^ ) game designer donc je peux t'assurer que personne ne s'est arrêté au simple constat "oh mais les femmes jouent ? incroyable" ;)

  • .Kay.
    .Kay., Le vendredi 11 mars 2011 à 17h43

    Merci de votre commentaire !

    Déjà ça donne une meilleure idée de son contenu car, comme vous l'avez si bien remarqué, j'avais peur que cet ouvrage soit trop dans le cliché de la gameuse (j'ai encore - et toujours - pas mal d'images véhiculées par les médias au travers de la gorge :scream:). La partie sur la création des monstres va sans aucun doute m'intéresser : je pense de suite à "Silent Hill" avec ses Nurses glauques qui impliquent de ce fait une représentation différente dans l'imaginaire nippon et occidental.

    J'y jetterais un coup d'oeil avant de me décider à l'acheter. Mais en tout cas, c'est aimable de votre part d'avoir bien voulu détailler ce numéro spécial :fleur:

  • .Kay.
    .Kay., Le vendredi 11 mars 2011 à 23h52

    Ce n'est en rien méprisant, j'avoue m'être emporté devant l'article et l'image véhiculée par les médias au moment où j'ai rédigé mon commentaire.

    Je n'irais pas jusqu'à parler d'une hiérarchisation dans le domaine du jeu vidéo mais admettons qu'il y a certaines choses qui tiltent beaucoup plus que d'autres.

    Si Big N a misé autant sur des jeux plus casual, ce n'est pas pour rien : il sait très bien qu'une nouvelle catégorie de joueurs est arrivé dans le début des années 2000 en même temps que les consoles next-gen. Et parmi eux, la catégorie jusqu'alors très restreinte de femmes à qui il va essayer de refourguer ses consoles avec de jolis couleurs pastels (c'est bien connu, une nana ça ne peut qu'adorer ce genre de petite chose - sic ! -) et ses divers jeux répondant au doux nom de "Nintendogs", "Cooking Mama" ou encore "WiiFit" (les chiffres de vente pour ce genre de jeu à leur sortie parlent d'eux même), stigmatisant encore plus ce groupe de personnes.

Tu dois être inscrite pour lire l'intégralité des réactions ou commenter !

Identifie toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !