Les 5 livres préférés… d’Elena !

« Les 5 livres préférés de… », c’est une rubrique qui vous présente cinq ouvrages phares d’une madmoiZelle : qu’ils aient changé sa vie, marqué son enfance ou l’aient sauvée d’un trajet ennuyeux, voici les bouquins qu'Elena ne pourra jamais oublier !

l'homme qui voulait vivre sa vie romain duris

Incendies, de Wajdi Mouawad

incendies wajdi mouawad

Je commence avec la seule pièce de théâtre de ce petit top.

À l’ouverture du testament de leur mère Nawal, Simon et Jeanne apprennent qu’ils ont un père et un frère dont ils ignoraient l’existence… et qu’ils ont une lettre à leur remettre. Leur vie va donc être remise en question et ils vont partir en quête de leur histoire dans le passé de leur mère.

J’ai découvert ce film grâce à ma professeure de français. Je suis d’abord restée assez dubitative, probablement parce que mon prof d’anglais m’avait à moitié gâché la fin (le traître). Mais une fois revenue en classe, notre charmante professeure de français nous a fait lire un papier nous expliquant l’histoire de l’œuvre, et là ça a été le coup de cœur.

L’auteur est d’origine libanaise mais a fui le pays avant la guerre, et il s’est toujours senti coupable ne pas y être resté, ce qui peut se ressentir dans ses autres pièces. Un jour il a rencontré une photographe de guerre qui avait passé plusieurs années au Liban aux côtés de plusieurs femmes, et elle lui a raconté toute son histoire. C’est ce soir-là que Mouawad a eu un déclic et a décidé d’écrire Incendies.

J’aimerais tellement vous en dire plus mais je risque de vous révéler quelques parties de l’intrigue et de gâcher toute votre lecture, alors je vais me contenter de conclure en vous disant qu’après l’avoir étudié pendant presque trois mois, je peux vous assurer que rien que le travail d’écriture de l’auteur vaut le coup de lire la pièce. Il y aussi une phrase de Nawal qui m’a assez marquée :

« L’enfance est un couteau planté dans la gorge, on ne le retire pas facilement. »

L’Homme qui voulait vivre sa vie, de Douglas Kennedy

l'homme qui voulait vivre sa vie romain duris

C’est l’histoire d’un homme qui va tout quitter pour être photographe : c’est tout ce que je savais de ce roman avant de le lire, et je ne pense pas qu’il faille en dire plus, pour préserver le suspense.

D’ailleurs, parlons-en de ce suspense, ce terrible suspense qui a fait que j’ai pensé à l’histoire chaque jour, chaque nuit, quand je mangeais, quand je buvais et j’en passe pendant au moins un mois… L’histoire est tellement prenante et intéressante ! Je me suis inquiétée pour Brad presque plus que ses proches (et lui) ne s’inquiétaient. Beaucoup d’énergie dépensée à la lecture de ce livre, donc.

Just Kids, de Patti Smith

patti smith

On reste aux États-Unis mais on remonte un peu dans le temps pour suivre les aventures de Patti Smith dans sa jeunesse.

Avant de lire ce livre je ne connaissais pas beaucoup Patti Smith. Je savais juste que c’était une chanteuse de rock des années 60 et qu’elle avait été en couple quelques temps avec le photographe Robert Mapplethorpe — l’exposition consacrée à son travail m’avait d’ailleurs intriguée.

Au final, Just Kids m’a fait rêver, même si la vie de Patti Smith n’a pas toujours été très belle, et qu’elle a souvent galéré. Cette autobiographie a réussi à me transporter dans les fifties et les sixties à New York, époque qui me fait rêver depuis bien longtemps.

Just Kids m’a aussi fait comprendre et apprécier Robert Mapplethorpe en plus de Patti Smith. J’ai donc regretté d’avoir vu l’exposition sur le photographe avant d’avoir lu le livre, mais du coup je me suis jetée sur Années 70 : Premiers écrits, que je vous conseille de lire après Just Kids : on y comprend mieux ce que Patti Smith traverse et pour qui elle écrit ses poèmes.

Différentes Saisons, de Stephen King

livres4

Différentes Saisons est un recueil de quatre nouvelles de Stephen King : Rita Hayworth et la Rédemption de Shawshank, Un élève doué, Le Corps et La Méthode respiratoire.

Bon sur le coup je triche un peu étant donné que je n’ai lu que les deux premières, mais elles m’ont assez marquée pour que Différentes Saisons fasse partie de mes cinq livres préférés.

Dans Rita Hayworth et la Rédemption de Shawshank, Red, derrière les barreaux depuis des décennies, raconte la drôle d’histoire d’Andy, un homme pas très commun qu’il a rencontré lors de ses jours derrière les barreaux. Je ne sais pas trop comment exprimer ce que je ressens face à cette nouvelle ; quand on commence, on n’a pas envie de s’arrêter, on veut connaitre l’histoire d’Andy, personnage si atypique…

Je ne connaissais pas Stephen King avant, et cette nouvelle m’a donné envie de dévorer tous ses autres romans. D’ailleurs mon père a commencé à lire le livre un peu par hasard, et il a eu le même effet sur lui : il a absolument voulu le finir, et aime beaucoup cet auteur maintenant (et quand mon père lit autre chose que des livres sur l’économie et la politique, c’est exceptionnel).

La deuxième nouvelle, l’histoire d’un adolescent américain « bien sous tous rapports » qui noue un chantage malsain avec son voisin en découvrant qu’il est un ancien nazi, est quant à elle beaucoup plus sombre. C’est d’ailleurs par elle que j’ai commencé le livre : on me l’avait conseillée vu que je suis très intéressée par la période de la Seconde Guerre mondiale. Et mon dieu, je suis toujours choquée par cette histoire… Je crois que j’ai été surprise parce que Stephen King a réussi à installer un malaise entre le lecteur et les personnages, ce qui rend à mon sens la nouvelle encore plus forte.

La Part de l’autre, d’Eric-Emmanuel Schmitt

livres5

La Part de l’autre, c’est d’un côté une biographie d’Hitler et de l’autre sa biographie uchronique, qui réécrit son histoire. Elle commence pour la première au moment qui, d’après l’auteur, a changé la vie du futur dictateur, le conduisant peu à peu vers le nazisme : son refus par l’école des Beaux-Arts. L’autre partie commence donc quand Hitler est accepté dans la fameuse école.

Il s’agit par conséquent d’une histoire pas très joyeuse qui ne fera probablement pas envie à beaucoup de personnes. Mais moi je l’ai lue, parce que j’ai besoin de comprendre les gens. J’ai besoin de comprendre comment on peut avoir de telles idées, comment on peut haïr un peuple au point de vouloir l’exterminer.

Et Eric-Emmanuel Schmitt est un peu pareil que moi : c’est pour ça qu’il s’est plongé pendant plusieurs mois dans des archives concernant Hitler, pour pouvoir dresser le portait psychologique très précis d’un homme qui est probablement le plus haï de toute l’histoire. Ce portrait nous apprend beaucoup de choses sur la vie d’Hitler avant qu’il ne tombe dans le nazisme, avant qu’il ne développe une haine pour les juifs et les tziganes.

Parallèlement, Eric-Emmanuel Schmitt raconte d’une façon très surprenante et crédible ce que serait devenu Hitler mais aussi le monde si le jeune Adolf avait été accepté aux Beaux-Arts. Le plus surprenant dans tout ça, c’est qu’on finit par l’apprécier…

Tu veux aussi partager tes livres préférés ? Envoie la liste de tes cinq bouquins favoris, avec des photos si tu le souhaites, à melissa(at)madmoizelle.com !
Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 9 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Clairebelgato
    Clairebelgato, Le 28 février 2015 à 17h33

    J'ai adoré Just Kids de Patti Smith :loveeyes:
    une belle claque ce livre ! j'ai eu l'impression de remonter le temps !

Lire l'intégralité des 9 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)