Sex and the Rédac, les aventures de 3 célibataires à Paris, le nouveau feuilleton madmoiZelle !

Par  |  | 8 Commentaires

Mathilde, Giulia et Cunégonde sont trois célibataires qui ont décidé de vous raconter leur vie sentimentale, semaine après semaine... On commence avec les présentations !

Sex and the Rédac, les aventures de 3 célibataires à Paris, le nouveau feuilleton madmoiZelle !

Quand j’étais gamine, la folle vie des célibataires de séries me faisait vraiment tripper. Je me rêvais en Carrie Bradshaw, en Rachel Green, puis je me suis demandée si j’allais finir comme Hannah dans Girls.

Quelques années ont passé depuis et force est de constater que la réalité est loin d’être toujours aussi rocambolesque qu’une série télé.

Parmi mes collègues, j’ai pas mal de célibataires. Je leur ai proposé de raconter semaines après semaines leurs histoires.

Trois d’entre elles ont accepté ce challenge en me promettant une absence totale de mensonge et langue de bois. Seuls les prénoms vont être modifiés.

Je vous avoue qu’on se lance ici un peu à tâtons. Il est possible que certaines fois, elles n’aient pas d’aventures à raconter, et qu’elles racontent ce néant. Ça peut être aussi ça la vie de célibataires !

Chacune de ces trois participantes a une personnalité et un parcours différent. Ce ne sont pas des symboles et elles ne veulent pas être prises en exemple. Elles veulent juste témoigner de leur vie de « meufs normales ».

Et pour ce premier épisode de Sex and the Rédac, ces trois femmes se présentent.

Mathilde, célibataire depuis quelques mois

Je m’appelle Mathilde et j’ai fêté mes 24 ans il n’y a pas si longtemps.

De manière générale j’aime beaucoup ma vie, je suis entourée par des gens qui me sont précieux et qui me chérissent. Malgré ça j’ai une grosse peur de la solitude.

Pas celle que l’on choisit, plutôt celle qui nous saisit quand on est un peu fatigué. Celle qui s’infiltre quand ton humeur a tendance à tirer vers le bas.

J’ai eu un copain pendant un an et demi et ça a été ma première relation sérieuse ! On s’aimait beaucoup, mais on a décidé de se séparer parce que je ne supportais plus la distance (on vivait très loin l’un de l’autre).

J’étais en manque de lui, beaucoup trop. COUCOU LA SOLITUDE.

Ça fait 7 mois environ. Il voulait qu’on reste en contact sauf que moi ça me blessait à chaque fois. Je lui ai donc dit que je ne voulais plus avoir de ses nouvelles. Putain ça fait tellement mal de dire ça à une personne que tu aimes !

Bon avec tout ça, vous vous dites sûrement que je suis en train de pleurer dans un coin en attendant qu’une âme charitable vienne abréger mes souffrances. C’est faux. Ce choix, je l’assume pleinement.

J’ai fait énormément de choses depuis que je ne suis plus avec lui.

J’ai eu mon diplôme, je suis partie en voyage pendant presque deux mois (où j’ai niqué avec deux garçons, de deux pays différents et c’était très bien) et je suis arrivée à Paris, avec une coloc géniale et un super job pour m’accueillir.

J’ai des gens pour penser à moi, des envies et des projets plein la tête. Après, on ne va pas se mentir, j’avais envie d’affection et de sexe alors je me suis inscrite sur une application de rencontre.

Débutante sur ce genre de site, je suis un peu comme une vache qui aurait trouvé une fourchette mais ça m’occupe ! C’est plutôt drôle d’avoir une palette de gens avec lesquels interagir !

À lire aussi : OkCupid ou comment je me suis réconciliée avec les sites de rencontres

Je suis de manière générale assez à l’aise avec mon corps. Pas qu’il me plaise de ouf mais il y a des moments où je me trouve sexy et jolie.

J’ai cependant quelques réticences par rapport à une certaine partie de mon corps. Je ne m’épile plus, parce que je n’en vois tout simplement pas l’intérêt.

Et c’est toujours pour moi une source de stress de me demander si le mec qui va faire tomber mon jean ne va pas me sortir des remarques pas cool.

Je sais que ça ne me ferait pas changer d’avis, parce que ça fait plus d’un an maintenant que j’ai dit « bye bye l’épilateur » et que c’est une source de fierté personnelle. En revanche, je ne m’en fous pas encore du regard des autres…

Mais j’y travaille, croyez-moi !

Giulia, pas vraiment célibataire (mais qui va bientôt l’être de nouveau)

Souvent, les gens pensent que ma vie sentimentale est compliquée. Perso, j’ai l’impression que ça va, c’est plutôt simple. Pour moi, les amours, les amants, c’est comme les amis : j’aime la possibilité d’en avoir plusieurs.

Concrètement, j’ai 24 ans et un copain depuis un an. Le problème, c’est qu’il repart dans 3 semaines aux États-Unis, d’où il est originaire. Pour toujours.

Ça me brise un peu le cœur, mais ça faisait parti du contrat depuis qu’on s’est rencontré, et notre rupture est donc plus ou moins programmée.

À côté, j’ai d’autres amant•es dont je vous parlerai sans doute. Tout le monde est au courant de la situation et le vit bien (enfin de ce que j’en sais).

Dans le passé, je suis sortie quelques années avec la même personne, de manière exclusive, et suite à ça je me suis dit : PLUS JAMAIS. J’étais très amoureuse, mais j’étouffais et ça me faisait vraiment souffrir.

Je me suis longtemps répétée que l’amour suffirait à surmonter mes frustrations, mais non.

Je ne me vois pas me remettre en couple 100% exclusif. J’ai au moins envie d’avoir la possibilité d’aller voir ailleurs.

Cela ne veut pas dire que saute sur tout ce qui bouge, ou que je ne suis pas romantique… J’ai juste besoin d’avoir cette porte ouverte.

Je suis quelqu’un d’assez sociable je crois, alors je fait un peu partout des rencontres : en soirée, sur Tinder, par des connaissances…

J’évite seulement de coucher avec des gens de cercles trop proches. D’une part pour pouvoir couper tout contact si ça se passe mal et d’une autre, soyons honnête, pour éviter le slut-shaming.

Cunégonde, 27 ans, célibataire malgré elle après une relation de huit ans

Il y a quelques mois, mon mec avec qui j’étais depuis 8 ans m’a quittée. Ça s’est terminé de manière assez abrupte, du jour au lendemain, je ne m’y attendais pas du tout.

Je ne vous cache pas que ça n’a pas été simple. D’ailleurs ça ne l’est toujours pas.

J’ai déménagé et changé tout mon quotidien. Enfin, tout sauf le travail. En ce moment, ma vie c’est un peu le bazar !

Mon état d’esprit actuel, c’est que je n’ai aucune envie de me remettre en couple. Rien que l’idée de devoir tout recommencer me fatigue d’avance : rencontrer la belle-famille, faire les anniversaires, s’installer dans un appart…

Tout ça, non merci !

En ce moment, on va dire que je me laisse vivre : si je rencontre des mecs sympas, c’est cool, et si non, tant pis. Carpe Diem, comme on dit

Je me suis récemment inscrite sur un site de rencontre, pour passer le temps, alors que je m’ennuyais profondément chez moi pendant un arrêt de travail. 

J’ai parcouru quelques profils, et j’ai parlé un peu avec quelques mecs sympas qui m’abordaient. J’ai peut-être un rendez-vous bientôt avec l’un d’entre eux, on verra…

En fait, j’ai déjà rencontré d’autres mecs depuis que je suis célibataire.

J’avoue que je ne pensais pas réussir à avoir un quelconque contact physique avec la gente masculine avant très longtemps, mais finalement, ça s’est fait plus rapidement que ce que je pensais.

Je vous raconterai ça plus en détail DANS UN PROCHAIN ÉPISODE.

Rendez-vous très vite pour le second épisode de Sex and the Rédac, dans lequel ces trois madmoiZelles vous raconteront leurs rencards, réussites et gros ratés ! 

À lire aussi : Mes 15 bonnes raisons d’aimer le célibat

Commentaires
Forum (8) Facebook ()
  • Fab
    Fab, Le 15 octobre 2017 à 15h19

    Laurent-Olivier
    Elles sont toutes les trois hétérosexuelles ? ...
    Ce n'est pas précisé (pour l'instant en tout cas), on part du principe que chacun•e met qui elle ou il veut dans son lit :)

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!