Scream

"Quel est ton film d’horreur préféré ?" Eh oui, je participe aussi au dossier Nunuche… à ma façon ! Si si, c’est possible. Et oui, parfaitement, je trouve que Scream est LE film idéal pour cette semaine ! Des jeunes, de l’amour, des drames, des déchirures, des larmes, et oui forcément, un peu de sang aussi, […]

Scream

"Quel est ton film d’horreur préféré ?"

screamEh oui, je participe aussi au dossier Nunuche… à ma façon ! Si si, c’est possible. Et oui, parfaitement, je trouve que Scream est LE film idéal pour cette semaine ! Des jeunes, de l’amour, des drames, des déchirures, des larmes, et oui forcément, un peu de sang aussi, on pouvait pas rêver mieux.

Sorti en France en 1997, Scream a été un carton monstrueux, tellement énorme que certaines personnes ont eu la merveilleuse idée de tuer plein de gens après l’avoir vu (mais ça hein, c’est une autre histoire). Réalisé par Wes Craven, "Dieu" pour les intimes, qui nous avait déjà offert La Dernière Maison Sur La Gauche en 1972, La Colline A Des Yeux en 1977, ou encore le merveilleux, le sublime, le cultissime Freddy Krueger dans Les Griffes De La Nuit. Eh oui, c’est grâce à lui qu’on flippe la nuit de peur de voir apparaître un cinglé cramé au millième degré avec un chandail de Noël et une manucure assez spéciale…

Pour le scénario, on peut pas faire plus simple, ça tiendrait même sur un télégramme (en vrai je suis née en 1850). Une ville – stop – des ados – stop – un tueur masqué – stop – des secrets de famille- stop – du sang partout – stop. Et hop, emballé et envoyé direct dans les salles pour traumatiser les petits enfants sages que nous étions en 1997. Bon, en ce qui me concerne, mon père me rappelle souvent que j’ai commencé à regarder des films d’horreur à l’âge de deux ans, alors on pourrait penser que je suis immunisée, mais alors on aurait complètement tort. Certains films arrivent encore à me foutre les pétoches puissance mille, et bien qu’il ne soit pas excessivement terrifiant dans l’absolu, Scream est sur ma liste noire. Après l’avoir vu, je ne pouvais pas aller aux toilettes sans lumière et sans faire un max de bruit exprès pour réveiller ma mère (bah oui, comme ça elle se réveille, me gronde, donc je sais qu’elle est vivante et chui pu toute seule).  

Alors pourquoi diantre ai-je choisi de vous présenter ce film dans le cadre du Dossier Nunuche ? Explications.

Le film débute sur une tuerie, certes, mais nous mène petit à petit vers une scène trop choupitrognonne entre Sidney (Neve Campbell) et son petit ami Billy (Skeet Ulrich – aka "non mais quel nom pourri"). La prude Sidney se trouve seule dans sa chambre lorsque Billy débarque à l’improviste en passant… par la fenêtre (allez tous le monde en coeur, "aaaawwww trop miiiignooon"). Alors déjà, ça fait plus Dawson que Je Vais Retapisser Mes Murs Avec Tes Tripes hein. S’en suit une petite séance de chastes câlins parce qu’attention, Sidney est une jeune fille respectable qui veut prendre son temps

Il faut savoir qu’un an auparavant, sa mère a été violée et assassinée (sauvagement hein, sinon c’est pas rigolo). Alors depuis, elle est légèrement traumatisée et a quelques difficultés à laisser tomber la culotte. Mais elle a bon coeur Sidney, alors quand Billy repasse par la fenêtre pour se tirer en douce ("aaaaawwww") elle lui propose un petit avant-goût et ouvre son haut de pyjama, lui expose ses nichons pendant deux secondes et se rhabille en gloussant ("aaaaww"… ah non… non là c’est juste "WTF ??!!"). C’est pas nunuche ça comme scène ? Hein ?! La nunucherie réside aussi dans la façon qu’on a de s’attacher aux personnages. Là, c’est largement facilité, puisqu’ils sont tous très attachants – à leur façon. Bon moi mon préféré de tous pour la vie entière c’est Randy – je sens qu’on se comprend lui et moi. Chacun peut s’identifier à un ou plusieurs personnages d’une certaine manière. Et puis quand même hein, 1997, niveau nostalgie ça se pose là ! 

Scream est un vrai Teen Movie aux teintes légèrement rougeâtres, et convient parfaitement aux soirées pizza-pop corn-pot de glace entre copines. On sursaute, on grimace, on pouffe (oui oui !), le pied quoi !Le Les blagues salaces fusent, ça parle sexe, drogue et rock ‘n’ roll, les répliques cultes se multiplient et on a presque envie d’aller vivre à Woodsboro pour avoir les mêmes potes (mais presque hein). Et quand en plus on s’y connait en films d’horreur, on capte les très nombreuses références et on rigole sans que personne ne comprenne pourquoi, avant de dire avec un air faussement détaché "non mais… ahah, c’est dans tel film réalisé par Kiërk Von Trükmüch, parce que le nom du mec à l’arrière plan à la 58ème minute c’était le même mais à l’envers et… oh laisse tomber, tu peux pas comprendre si tu l’as pas vu." 

Les références (ou la séquence "mon savoir dans tes dents")

Dans la scène d’ouverture, une petite blondinette répondant au doux nom de Casey (Drew Barrymore) s’apprête à se faire une soirée pop corn/film d’horreur, seule dans une immense baraque au milieu de nulle part, lorsqu’elle reçoit l’appel d’un inconnu qui semble, au premier abord, la dragouiller un peu. Au fil de la discussion sont évoqués plusieurs films d’horreur cultes, tels que Halloween, Vendredi 13, ou Les Griffes De La Nuit (également de Mr. Craven, donc). Lorsque les parents de Casey rentrent et réalisent que quelque chose cloche, le père dit à sa femme d’aller "chez les Mackenzie", réplique présente dans le Halloween de John Carpenter (ah bah oui faut vraiment connaître les films par coeur pour capter les références hein). Le petit ami de Sidney s’appelle Billy Loomis, même nom de famille que le docteur qui s’occupe du cas de Michael Myers – toujours dans Halloween. Bon je vais pas tout énumérer parce que je risque de t’ennuyer profondémment, mais c’est vraiment un régal pour les connaisseurs.  

scream
"Non pitiééé pas Usher en musique d’atteeeeente !"

Petit guide de survie

Au cours du film, mon chouchou Randy énumère les règles qu’il faut suivre pour survivre dans tout bon film d’horreur. Comme je suis gentille, et que je ne souhaite la mort de personne, les voici :

  • Une scène de sexe = mort certaines des protagonistes.
  • Usage de drogues ou d’alcool = même issue.
  • Idem pour ceux qui se sentent obligés de dire "Ya quelqu’un ?!" ou "Qui est là ?!", ou encore "Je reviens tout de suite".

En gros, pour rester en vie, il faut rester chaste et fermer sa bouche.

Petite info en passant : Scream 4 est actuellement en préparation… Je ne me prononce pas à ce sujet, j’attends de voir. Le 2 et le 3 étaient plutôt réussis pour des suites puisque Wes Craven était toujours aux commandes, même si le 3 ressemble vraiment à une comédie un peu sanglante. Je me suis retapée toute la trilogie récemment rien que pour vous, et je peux vous assurer que ça veillit vraiment bien. J’ai pris mon pied, plus encore qu’au premier visionnage puisqu’à l’époque je n’avais que dix ans… Le film est un produit typiquement 90’s (on s’habillait vraiment n’importe comment à l’époque hein…), et ressemble parfois à un épisode de Beverly Hills qui aurait mal tourné. 

Alors pour celles qui seront seules et aigries en cette merveilleuse période de Saint-Valentin, Scream est le compagnon de galère idéal. On pourra ainsi crier des "bien fait pour ta gueule, t’avais qu’à être célibataire !" et relâcher un peu d’aigreur pour éviter l’ulcère. 

Et voici pour la bande-annonce (attention, qualité pourrie, doublages pourries, résultat risible, mais il ne faut pas se fier aux apparences !) :

Chargement du lecteur...
Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 12 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Jack Parker
    Jack Parker, Le 26 février 2009 à 4h44

    Nadja;959729
    J'aime bien cet article, il me donne envie de voir Scream. Oui parce que je n'ai jamais vu aucun Scream, je dois être la seule au monde. Ouais, j'ai peur d'avoir peur.
    C'est d'un niveau comparable à Souviens-toi l'été dernier ? Je veux dire, c'est pas effrayant du tout (bon STLED est une une méga-bouse en plus) ?
    STLED est effectivement une méga-bouse ! Scream c'est un peu le même genre, mais en carrément mieux (forcément, c'est Wes Craven). STLED est superficiel, on connait rien aux personnages, ça va trop vite, c'est pas travaillé bref en gros c'est "on met quatre jeunes dans une embrouilles et on les tue très vite". Scream est un peu plus fouillé que ça quand même, et il arrive à être bien marrant par moment (les trois volets d'ailleurs ! alors que la trilogie STLED est une honte). Moi ça m'a fait peur quand j'avais 10 ans, mais en le revoyant j'ai pas ressenti la même chose. Je ne connais pas ton niveau de tolérance donc je saurais pas du tout te dire si ça te ferait peur... c'est quand même relativement soft !

Lire l'intégralité des 12 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)