Tu procrastines ? Tu as enfin une bonne excuse

Par  |  | 15 Commentaires

Si tu es adepte de la procrastination, il est possible que ce ne soit pas une question de volonté... Apparemment, cela dépend de ton cerveau.

Tu procrastines ? Tu as enfin une bonne excuse

« Pas aujourd’hui. »

« Je le ferai plus tard. »

« J’ai le temps, il me reste encore deux semaines. »

Tu as déjà prononcé ces phrases ? Félicitations, tu es sûrement une personne adepte de la procrastination.

Il paraît que c’est le mal du siècle.

À lire aussi : La procrastination, ça a (parfois) du bon !

Une explication scientifique à la procrastination

Personnellement, j’ai décidé de vivre ainsi et de l’accepter, n’en déplaise à mes parents.

Désolée papa, désolée maman mais je m’en fous, hihihihi.

Je suis d’ailleurs bien contente puisque j’ai désormais une bonne excuse à leur balancer la prochaine fois qu’ils me demanderont pourquoi je mets autant de temps à déclarer mes revenus à la CAF.

Apparemment, la procrastination serait plus ou moins forte selon la taille de l’amygdale, une zone du cerveau.

Cette conclusion a été faite lors d’une étude très sérieuse publiée dans la revue scientifique Psychological Science.

Les chercheurs à l’origine de l’enquête ont fait passer un IRM à 264 volontaires ainsi qu’un questionnaire.

C’est la taille de l’amygdale qui importe

Ils ont conclu que la capacité à tout remettre au lendemain dépend de la taille de l’amydgale, une partie du cerveau active dans le processus de prise de décision.

Comme l’explique France Culture qui a repéré l’information le 29 août dernier : « l’amygdale a pour rôle de nous prévenir des conséquences négatives de nos actions. »

Plus cette partie du cerveau est développée, plus les personnes procrastineront parce qu’elle anticipent plus facilement les conséquences négatives de leurs actions.

Tu sais maintenant pourquoi tu préfères faire le ménage que terminer cette dissertation à rendre pour demain 9h. C’est à cause de ton cerveau.

Merci la science ! Je retourner me coucher.

À lire aussi : 12 bonnes raisons de céder à la procrastination

JulietteGee


Tous ses articles

Commentaires
  • Kathelvellon
    Kathelvellon, Le 10 septembre 2018 à 15h36

    "Plus cette partie du cerveau est développée, plus les personnes procrastineront parce qu’elle anticipent plus facilement les conséquences négatives de leurs actions." Il m'avait semblé, à la lecture de cette phrase, que cela devrait être l'inverse (Plus cette partie du cerveau est développée, MOINS les personnes procrastineront parce qu’elle anticipent plus facilement les conséquences négatives de leurs actions) : je considérais qu'on procrastinait parce qu'on ne mesurait pas assez l'impact négatif que cela aurait par la suite (je pensais que dans cette phrase, le mot "actions" désignait en fait l'action de procrastiner). J'ai vu d'ailleurs que cette phrase a aussi troublé Yeat, qui demande "Mais pas anticiper les conséquences négatives de leur inaction?". Cependant, je viens de vérifier dans l'abstract de l'article scientifique lui-même, et la transcription est bien correcte : "Our results demonstrate a significant negative correlation between decision-related action orientation (AOD) and amygdala volume", donc "grosse amygdale" corrélée à "faible activité" (procrastination). OK, donc, mais si ça veut dire qu'on procrastine en fait parce qu'on craint l'impact négatif de toute action, ça ne me paraît pas très convainquant ! Par exemple, on sait très bien que ne PAS ranger sa chambre ou faire son boulot AURA certainement des conséquences négatives, hélas très prévisibles (bordel, engueulade dans le 1er cas, licenciement dans le second...), donc on devrait justement en être douloureusement conscientes (avec notre grosse amygdale de procrastineuse patentée), alors que les conséquences négatives de ces même actions paraissent au minimum douteuses, voire inexistantes (même avec beaucoup de mauvaise foi, on SAIT que c'est BIEN de le faire, c'est juste qu'on a pas envie...). Du coup, je ne vois pas du tout la logique du raisonnement... :erf:

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!