Le défilé déjanté de Jean-Paul Gaultier

Le défilé de Jean-Paul Gaultier samedi soir à Paris était encore assez surprenant. Entre vestiaires dévoilés, tatouages et piercings de sortie et Charlotte Le Bon en speakerine, le créateur reste fidèle à sa réputation d'enfant terrible.

[madgalerie id=122 vertical= »yes »]

Ça bouge à la Fashion Week, et surtout chez Jean-Paul Gaultier. Le vestiaire des mannequins monté sur des échafaudages, toute la préparation de ces dernières a été livrée aux yeux des spectateurs : les backstage révélés, de quoi secouer un peu les invités sur leur siège.

Autre nouvelle inattendue, c’est Charlotte Le Bon (ex miss-météo du Grand Journal sur Canal +) qui a officié en tant que maîtresse de cérémonie. À la façon des speakerine des années soixante, elle a ainsi annoncé, tour à tour, les numéros des tenues, leurs noms et leurs détails sans oublier de présenter les mannequins avec prénom et goûts personnels de chacune. Effet comique qui n’a pas manqué de faire sourire les modèles à chaque fois et qui a sans doute rendu le défilé beaucoup plus joyeux et humain.

Petit extrait de la soirée pour bien vous rendre compte :
« Le numéro un, Belle de Jour, veste croisée à rayures tennis et short retroussé, porté par Karlie qui aime la couleur turquoise et le chocolat ».

Trait d’humour que l’on a retrouvé aussi dans le nom des robes. Telle tenue orangée a été surnommée « Mimolette », une autre blanche, « On m’a neigé dessus »… Et la meilleure revient à une petite robe noire sexy : « Ce soir je pécho ». La mode, la vraie.

Quant à la collection en elle-même, Jean-Paul Gaultier a repris le thème du tatouage qu’il avait déjà exploré par le passé, mais cette fois-ci plus tendance pin-up que tribale. Les tatouages de gros matelots (ancre, dragons, couleurs vives, etc…) étaient dessinés sur des collants chairs pour donner l’impression de tatoo plus vrais que nature. D’une manière générale les looks et les tenues présentés m’ont énormément fait penser à Ethel Granger et à la couverture du Vogue italien, de par les piercings ethniques dans le nez et aux oreilles mais aussi les corsets et les victorian rolls.

Bref, des défilés de mode comme on aimerait en voir plus souvent.

visuels wireimage – source fashionmag.com

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 10 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • RougeCeriz
    RougeCeriz, Le 4 octobre 2011 à 21h44

    Oh décidément, JPG c'est le meilleur! Ce n'est pas pour rien qu'on l'appelle "l'enfant terrible" :) A chaque fois que je le vois à la télé je le trouve génial, ça fait du bien de voir ce genre de personnes sans cesse émerveillées et rafraichissantes dans le monde de la mode, ça rappelle qu'il y quand même des artistes derrière l'aspect manipulateur et hyper commercialisé.

Lire l'intégralité des 10 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)