Saint-Valentin : 5 animaux fidèles pour la vie

Pour la Saint Valentin, Jack Parker vous sort sa spéciale : le docu façon National Geographic. Voici 5 espèces d'animaux fidèles à la vie à la mort.

Saint-Valentin : 5 animaux fidèles pour la vie

Publié initialement le 14 février 2011

Et voilà. Le jour tant attendu/redouté est enfin arrivé. Aujourd’hui, c’est la St. Valentin, et même si vous faites partie de celles qui souhaitent à tout prix l’ignorer, vous savez très bien que c’est foutu.

Mais bon, au lieu de vous rabattre les oreilles de niaiseries humaines, je vais plutôt aborder le sujet d’un point de vue animal (chacun sa spécialité) (un jour on me retrouvera nue dans une jungle, vivant au milieu des gibbons) (mais en attendant je vais continuer à vous embêter ici).

Si la notion de fidélité et d’amour-pour-la-vie a tendance à être relativement bancale chez l’être humain, il existe d’autres espèces qui prennent le statut « en couple » très au sérieux. Une fois qu’ils sont casés, c’est pour la vie.

Ce papier pourra également servir de source d’inspiration pour les petits noms affectueux à donner à votre partenaire (histoire de lui faire comprendre que vous aussi, c’est pour la vie) (en le regardant droit dans les yeux avec un grand sourire figé ça marche super bien).

Les Gibbons

Nartaaaaa ! (photo flickr cc Thomas Tolkien)

On commence en douceur avec l’exemple le plus proche de l’être humain. Parenthèse de mise en situation : les gibbons sont connus pour leur chant, alors pour vous mettre bien dans l’ambiance, je vous propose d’écouter un duo entre un mâle et une femelle (on fait les choses à fond hein).

La femelle donne généralement naissance à 4 petits maximum tout au long de sa vie, à raison d’un à la fois, et le petit reste dans sa famille jusqu’à ses cinq-six ans. La société gibbon fonctionne sur un mode matriarcal, les familles sont petites et monogames et composées uniquement du couple et de leurs rejetons.

Sachant que sur plus de 300 espèces de primates, seules 6% d’entre elles sont monogames (et par exemple, pas du tout les bonobos), ça remet les choses en perspective. Niveau hiérarchie, on a la mère au sommet, puis sa fille, puis son fils, puis enfin le père. Girl power dans la jungle.

Les Vautours Noirs

Non ça ne vaut paaaas un clair de lune à Maubeugeeeeuh

Dans mon entourage, tout le monde me jette des cailloux parce que je trouve que les vautours sont MIGNONS. Du moment que tu n’es pas en train de crever la dalle dans un désert, je ne vois pas pourquoi on devrait avoir peur des vautours.

Et chez les vautours noirs, on rigole pas avec la monogamie. En plus de rester ensemble pour la vie, le mâle et la femelle couvent tous les deux les oeufs, se relayant toutes les 24 heures, et nourrissent tous les deux leurs petits après l’éclosion.

Pour pousser le délire plus loin, on a déjà vu des vautours coupables d’adultère se faire sévèrement réprimander par leurs congénères, à base de crochet du droit dans la carotide (enfin, l’équivalent vautour).

Les Pygargues à Tête Blanche

Luuuuuuuuuuc ?

… les quooiiiiii ?! Son nom anglais, Bald Eagle (aigle chauve), a tendance à induire les gens en erreur car il ne s’agit pas d’un aigle, mais d’un pygargue (mais comme personne n’a jamais entendu ce nom, on a tendance à s’arrêter à « aigle à tête blanche », sauf que maintenant vous pourrez corriger ceux qui font la faute) (bonne chance pour tomber sur la bonne conversation au bon moment).

Ces rapaces font donc partie des espèces monogames. Après la parade nuptiale, ils restent ensemble pour la vie et restent fidèles. Ce contrat ne prend fin qu’en cas de décès, logique, mais également si le couple ne parvient pas à se reproduire. Comme les vautours, le mâle et la femelle couvent à tour de rôle et se relaient pour s’occuper de leurs petits.

Les Dik-Diks

Diiiiiiik ? (photo cc flickr ROSS HONG KONG)

Ok, j’avoue, j’ai choisi cette espèce seulement à cause de son nom. Et aussi pour retourner un peu du côté des mammifères, parce que bon, les rapaces n’ont pas spécialement de connotation romantique dans l’esprit des gens. Appeler son partenaire « mon petit dik-dik » ça passe mieux que « mon petit pygargue à tête blanche » (quoique…). Bref.

Le dik-dik est une antilope naine (de 30 à 43cm de hauteur) (c’eeeeest miiiii-gnooooon) et tient son nom du bruit qu’il fait quand il se sent menacé. En plus d’être l’une des créatures les plus mignonnes de la planète, le dik-dik est également monogame et vire ses petits dès l’âge de sept mois pour un peu plus d’intimité. Et je ne résiste pas à l’envie de vous montrer son petit museau en action, parce que c’est PHÉNOMÉNAL.

La Gerbille de Mongolie

Ménage à trois (photo flickr cc benmckune)

On termine avec une grosse claque de c’est-mignon dans la tête. Enfin, en apparence, parce que les gerbilles sont certes, terriblement mignonnes, mais si on jette une petit pincée d’anthropomorphisme sur les infos à suivre, y a de quoi rigoler. Les gerbilles sont donc monogames et se reconnaissent notamment grâce à leur urine (« chéri ? C’est toi ? Fais-moi pipi sur le nez pour voir ? ») et aux phéromones contenues dans la salive.

De plus, on ne choisit pas son partenaire à la légère, non, les gerbilles préfèrent avoir un partenaire de la même couleur. Mais bon, les mâles participent activement à l’élevage des petits, alors tout va bien. Des rongeurs racistes. Non mais on aura tout vu. Si vous avez des gerbilles, fabriquez-leur des petits capuchons blancs et pointus, avec deux trous pour les yeux, ça leur apprendra à faire les malins.

Il existe d’autres espèces monogames, les plus connus étant évidemment les loups – mais si ça vous intéresse il y a aussi les termites, les orques, les cygnes, les inséparables (forcément), les albatros, les castors, les requins marteau, les salamandres… et pas mal d’autres, même si par rapport au nombre d’espèces d’animaux présentes dans le monde, le pourcentage d’espèces totalement monogames doit tourner autour des 1%. Mais c’est déjà pas mal hein.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 11 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Tomiko
    Tomiko, Le 13 février 2012 à 22h02

    "Si vous avez des gerbilles, fabriquez-leur des petits capuchons blancs et pointus, avec deux trous pour les yeux, ça leur apprendra à faire les malins."

    MDRRRRRRRRRRRR :yawn: ahhh j'en rigole encore !!! j'imagine ceux de ma pote comme ça !!

    sinon yavait pas une etude (ou werber) qui disait que si on compare l'Homme aux autres primates, par rapport à ces attribues morphologiques tout ça on peut penser qu'il était sans doute naturellement non destiné à la monogamie ? enfin je ne me souviens plus mais ça me dit quelque chose...

Lire l'intégralité des 11 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)