Ça s’est passé aux JO – Des athlètes déçus par leur médaille

Chaque jour, Flo va revenir sur un fait marquant des Jeux Olympiques de Londres, en vous proposant la mise en avant d’un sport, d’un athlète ou d’un médaillé. Aujourd’hui, retour sur les athlètes français déçus de leurs médailles.

Ça s’est passé aux JO – Des athlètes déçus par leur médaille

Hier, la France a remporté 3 médailles, une de chaque métal. Si la médaille d’or a bien évidement été savourée comme il se doit par Émilie Fer au bord de la rivière de canoë-kayak, les deux autres breloques n’ont pas eu le même effet…

Des français, des médailles et des larmes

La médaille d’argent a été remportée par l’équipe de vitesse cycliste. Grégory Baugé, Michaël D’Almeida et Kevin Sireau ont fini derrière l’équipe anglaise, ce qui leur a valu un déjà-vu dont ils se seraient bien passé : à Pékin en 2008, la même équipe les avait déjà coiffé au poteau. Lors de leurs interviews post-course, les garçons ont eu des mots très durs : déçus, dégoûtés, tristes, en colère, estimant de mériter l’or, ils ne partagent pas l’enthousiasme du public français autour de cette médaille.

La médaille de bronze a été gagnée par Audrey Tcheumeo en judo, catégorie des -78kg. Championne du monde en titre, venue pour décrocher l’or, elle craquera lors de sa demi-finale, laissant s’envoler la première place. Après la petite finale qu’elle remporte face à la hongroise Abigel Joo, effondrée en larmes, elle sanglote « Je ne voulais pas ça ! ». Énormément déçue et amère, elle ne retrouvera qu’un tout petit sourire une fois montée sur le podium.

Pourquoi un athlète peut être déçu d’une médaille olympique ?

On peut parfois avoir du mal à comprendre pourquoi un athlète se paye le luxe d’être déçu d’une médaille olympique : qu’elle soit d’or, d’argent ou de bronze, elle est le point d’orgue d’une carrière sportive. Or, dans certains cas, comme les deux mentionnés ci-dessus, la pilule est difficile à avaler quant il s’agit de l’argent et du bronze

« L’important c’est de participer » comme dirait Pierre de Coubertin ; « V’là t-y pas qu’il va s’plaindre en plus » comme dirait l’autre. Oui mais en fait non. Ces sportifs sacrifient beaucoup de choses pour les compétitions (études, boulot, famille, loisirs). Ces dernières ayant vu leur niveau augmenter de façon exponentielle depuis pas mal d’années, le niveau d’exigence demandé aux athlètes a donc logiquement lui aussi augmenté.

Les athlètes ont donc des programmes d’entraînement rigoureux et olympiens, qui leur prennent énormément de temps et d’énergie. Pour les plus doués et réguliers d’entre eux, les titres intermédiaires s’enchaîneront jusqu’aux Jeux Olympiques et feront naître alors des envies (légitimes) de médailles et de bons chronos. Poussés la pression de leur entourage sportif et par des médias trop exigeants, la barre est parfois trop haute, la chance n’est pas au rendez-vous, les adversaires trop forts. La déception du second sera à la hauteur des menus centièmes qui le sépare du premier ; le troisième n’aura eu que le droit de gagner une « petite finale ». Et quand, comme pour les cyclistes, l’histoire ne fait que se répéter tous les 4 ans, l’amertume est d’autant plus forte.

Nous, simples quidams plantés devant notre télévision, on ne se rend pas toujours compte du travail qu’il y a derrière un(e) match/combat/course olympique. Une médaille d’or est pour beaucoup de sportifs l’ultime récompense d’un travail acharné, alors qu’une médaille inférieure est souvent synonyme d’une remise en question et d’un entraînement qui sera deux fois plus important, dans le but de conjurer le sort 4 ans plus tard !

Cette « logique » s’applique surtout aux sportifs de très haut niveau, ayant déjà participé à plusieurs Olympiades.

Quelques résultats de la journée d’hier

> Émilie Fer (FR) médaille d’or, canoë-kayak, catégorie K1 slalom
> Équipe de France de vitesse par équipe médaille d’argent, cyclisme
> Audrey Tcheumeo (FR) médaille de bronze, judo, catégorie -78kg
> Équipe de France de basket masculin gagne face à la Lituanie (82-74)
> Équipe de France de handball masculin gagne face la Tunisie (24-19)
> Équipe de France de fleuret féminine, escrime, termine 4ème
> Klauss-Péché (FR), canoë-kayak, catégorie C2 slalom, terminent 4ème
> Jo-Wilfried Tsonga (FR) perd en quart de finale face à Novak Djokovic (SB)
> Gasquet-Benneteau et Llodra-Tsonga qualifiés en demi-finales, tennis, double masculin
> Michael Phelps (USA) médaille d’or, natation, épreuve du 200m 4 nages et nouveau record : celui du plus grand nombre de médailles olympiques gagnées (20, dont 16 en or)

La polémique vient de l’équipe de vitesse anglaise, dont le démarreur s’est délibérément fait tomber quelques mètres après le départ lors d’une course de qualification, dans le but de recommencer la course. En effet, deux coups de pédales après le départ on voit sa roue vriller légèrement, ce qui aurait dû lui faire perdre quelques millièmes à la fin de la course. La course a été relancée, ils ont gagné leur qualification et donc par la suite, la finale face aux Français. Le démarreur a avoué sa supercherie, mais pour autant, le résultat final n’a pas été remis en cause…

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 3 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • KBi
    KBi, Le 4 août 2012 à 12h57

    Je comprend tout a fait cette déception, et je la partage même ! Pour certain l'argent est une victoire pour d'autre une défaite, tout dépend des attentes de l’athlète et de ce qui a déjà été fait par le passe.

Lire l'intégralité des 3 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)