Voici que dire à un petit garçon qui veut mettre du vernis, des bijoux, avoir les cheveux longs…

Par  |  | 26 Commentaires

Piou aime mettre du vernis. Mais ses camarades ou certains adultes ne l'entendent parfois pas de cette oreille... Alors sa mère lui a donné les armes pour se défendre !

Voici que dire à un petit garçon qui veut mettre du vernis, des bijoux, avoir les cheveux longs…

Elise est la maman d’un petit garçon, Piou. Comme elle l’explique sur son blog, depuis qu’il est tout petit, Piou aime mettre du vernis.

Et Elise ne l’en a jamais empêché, parce qu’après tout, y a-t-il une raison valable pour décréter que « le vernis, c’est pour les filles » ? Non.

À lire aussi : Harry Styles inspire des petits garçons à se vernir les ongles !

La rhétorique est la même que celle des jouets genrés, de l’orientation scolaire genrée, et globalement, de tout ce qui a trait à ces limites que l’on s’impose – consciemment ou inconsciemment – en fonction de notre genre.

Après tout, ces normes sont si arbitraires qu’elles ont largement évolué dans le temps ! Les cheveux longs, le maquillage, les talons hauts : ça n’a pas toujours été des attributs de la féminité.

En témoigne notre cher Louis XIV

Comment permettre aux enfants d’affirmer leur identité ?

Forcer ses enfants à rentrer dans des normes de genre arbitraires, c’est donc plutôt contre-productif, et cela peut d’ailleurs leur faire du mal. Mais parfois, même quand on ne veut pas les contraindre à respecter ces normes, la société s’en charge pour nous.

C’est ce qui s’est passé pour Elise et Piou, et comme elle le raconte dans l’Obs, si elle ne voulait rien lui imposer, elle était tout de même concernée par les réactions que le fait de porter du vernis pouvait provoquer chez les autres enfants, voire chez des adultes.

« Est-ce qu’on le soutient dans ses envies ? Ou est-ce qu’on le contraint ? Si un petit garçon demande à s’habiller avec une robe ou un vêtement à fleurs, faut-il le laisser faire ou l’en empêcher pour le protéger ? »

Un dépliant pour montrer que les garçons peuvent porter du vernis

Alors Elise a décidé de lui donner les armes pour se défendre quand elle n’est pas là pour l’aider.

Elle a façonné de petits dépliants recensant les clichés les plus communs sur le genre pour les petits garçons, comme elle l’explique sur son blog :

« J’ai traité 11 thèmes (le maquillage, le vernis, les bijoux, les vêtements, les cheveux longs, la couleur rose, les paillettes, l’homosexualité, la bisexualité, les pénis, les larmes), mais c’est évidemment déclinable à l’infini. »

En face de chacun de ces thèmes, elle a fait apparaître une diversité de rôle modèles qui prouvaient que ce n’était pas réservé aux filles !

Il est possible de télécharger le dépliant sur le blog d’Elise

On y retrouve une grande diversité, et c’est une excellente façon de montrer qu’il y a bien plus d’une manière d’être un homme : il y en a en réalité une infinité !

Les filles aussi ont le droit de s’écarter des codes genrés !

Pour ne pas s’arrêter en si bon chemin, Elise a confectionné le même type de dépliants pour les petites filles.

« La première partie inclut les thèmes suivants : les voitures, le foot, les poils, les cheveux courts et rasés, la couleur bleue, les vêtements d’homme, le lesbianisme, la bisexualité, les vagins et les utérus, les femmes sans enfant. »

Dans la 2ème partie, elle donne une tonne d’exemple de femmes extrêmement badass, pour inspirer les petites filles à être et devenir celles qu’elles veulent !

À lire aussi : Comment le sexisme fait du mal aux enfants

7 surprises culinaires personnalisées par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Esther

Esther est tombée dans la marmite de madmoiZelle quand elle était petite. Elle n’a pas grandi, mais elle a depuis développé de fortes convictions féministes. Padawan en relations internationales, son passe-temps favori consiste à scruter l'actualité, une tasse de thé rooibos à la main.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • Petite-fleur
    Petite-fleur, Le 20 septembre 2017 à 16h52

    @Mullipa
    Je suis d'accord si personne ne commence les mentalités ne peuvent évoluer ... et si certaines mamans veulent "sacrifier " leur enfant sous pretexte de faire évoluer les mentalités c'est leur problème mais pour moi c'est hors de question. mais @jorda a très bien résumé le problème. Exemple si mon fils rentre de la maison couvert de coups je vais m'en vouloir de lui avoir dit oui, et il va sûrement m'en vouloir et il aura raison. Ca va me faire très mal au cœur de constater la journée atroce qu'il aura passé. Il n'aura pas les épaules assez solides pour subir tout ça. Et pleins d'autres sentiments de sa part et du mien pas très cool du tout. Mais par contre les adultes peuvent montrer l'exemple comme l'a dit Jorda.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!