Le monde merveilleux de l’édition en 5 métiers à découvrir

Par  |  | 4 Commentaires

Connais-tu les différents métiers d'une maison d'édition ? Lucie t'en présente cinq pour que tu te fasses une idée du travail de celles et ceux qui font les livres.

Le monde merveilleux de l’édition en 5 métiers à découvrir

Dans le monde merveilleux de l’orientation, il n’est pas forcément facile de trouver sa voie, notamment parce qu’on n’a pas forcément en tête toute la variété des métiers qui existent sur notre bien belle planète Terre.

C’est pour ça que les salons de l’orientation, c’est pratique. Mais madmoiZelle.com, c’est pas mal non plus !

J’ai une question pour toi : tu t’intéresses aux livres ? Super ! As-tu déjà songé… à les faire ? Pourquoi ne pas envisager de travailler dans une maison d’édition ?

À lire aussi : Mes parents ne sont pas d’accord avec mon choix d’orientation, je fais quoi ?

Il y a de nombreux métiers très différents dans les maisons d’édition, qui touchent à des domaines multiples et qui varient selon la taille de la structure.

Si certains éditeurs travaillent seuls (ils sont courageux), d’autres maisons tiennent carrément dans des immeubles entiers où chaque étage fourmille d’individus œuvrant pour la création et la promotion du livre.

L’éditeur, on voit à peu près ce qu’il fait : il lit des textes, les retravaille, les met en forme, et hop, tout est bon pour que ça parte en impression — je simplifie bien sûr.

Mais connais-tu tous les autres métiers qui gravitent autour de lui ? En voici cinq, que je te présente dans les grandes lignes.

Les métiers de l’édition : l’assistant•e d’édition

Dans les moyennes et grandes maisons d’édition (j’entends par là quand il y a 5 personnes et plus dans l’entreprise), les éditeurs sont secondés par des assistant•es.

Ces personnes ont généralement pour profil d’être fraîchement sorties de leurs études, et c’est pour leur regard neuf qu’elles sont justement très appréciées.

Au niveau des tâches, généralement, les assistant•es d’édition trient les (nombreux) manuscrits reçus et s’occupent d’annoncer les bonnes et les mauvaises nouvelles aux auteur•es en devenir.

Ils assistent les éditeurs sur leur titre, en rédigeant par exemple les quatrièmes de couverture, mais mènent de A à Z leurs propres projets dont ils ont toutes les responsabilités.

C’est la première porte la plus évidente à franchir quand on souhaite travailler dans l’éditorial pur, et ça apporte un peu de bagage avant d’être à la tête soi-même d’une collection !

À lire aussi : Rencontre avec Brune, co-fondatrice d’une maison d’édition

Les métiers de l’édition : le/la lecteur•trice correcteur•trice

Parmi les personnes qui épaulent l’éditeur, il y a aussi des lecteurs et correcteurs (qui font parfois les deux, parfois non, ça dépend des profils !).

Ces personnes tendent à être plutôt indépendantes et à travailler à leur compte. Elles peuvent ainsi sévir auprès de plusieurs maisons d’édition en même temps.

Il n’y a pas de grandes surprises quant à leurs tâches : elles lisent les manuscrits afin d’apporter un œil extérieur et rédigent une fiche de lecture (eh oui comme à l’école) avec les points forts et faibles de l’ouvrage.

Elles apportent également leur expertise côté correction, ce qui touche à la fois à la grammaire et l’orthographe, mais aussi au respect des règles typographiques en édition.

Ce n’est pas facile d’entrer dans les maisons d’édition avec ce statut : ce sont souvent les mêmes individus installés qui s’en occupent depuis des années. Alors cela demande de bien soigner son réseau !

À lire aussi : Comment se faire des contacts professionnels (quand on ne connaît personne) ?

Les métiers de l’édition : le/la directeur•trice artistique

Le directeur artistique est la personne qui va s’occuper de tout l’aspect visuel d’un livre, et son rôle est particulièrement apparent dans le cas des ouvrages illustrés.

Il travaille en très étroite collaboration avec l’éditeur, afin de trouver par exemple avec lui la meilleure couverture pour le livre.

Dans le cas des albums illustrés ou des bandes dessinées, il va juger de la pertinence des dessins, quitte à demander à ce qu’ils soient refaits, de changer la posture d’un personnage ou d’essayer d’autres couleurs.

C’est aussi lui qui doit veiller à ce que tout soit correctement calé pour l’impression en fonction des budgets : il va choisir le papier, les couleurs et les effets qu’il pourrait y avoir sur la couverture (les reliefs, les velours, les dorés…).

Le directeur artistique a donc un travail de graphiste. Il est généralement à la tête d’une équipe de graphistes (internes ou indépendants, selon les maisons).

Les métiers de l’édition : l’attaché•e de presse

Eh oui, comme n’importe quelle personnalité ou événement de grande ampleur, la maison d’édition a le droit à son attaché•e de presse.

L’attaché•e de presse peut s’occuper de toute la production de la maison d’édition, ou d’un genre en particulier.

Par exemple, chez Gallimard jeunesse, quelqu’un s’occupe des albums, un autre des romans, un des documentaires…

Parfois il n’y a qu’une personne en charge, parfois plusieurs, parfois cela se fait même au livre ! C’est notamment le cas pour les attaché•es de presse externes, à leur compte, qui peuvent s’occuper de plusieurs maisons d’édition différentes.

Dans les faits, l’attaché•e de presse va s’occuper de tout le relationnel avec les journalistes (presse papier, web, télévision, etc.).

En envoyant des communiqués de presse et des livres, des mails par milliers et en passant mille coups de téléphone, le but du jeu va être de réussir à avoir un article, une vidéo ou une interview autour de l’ouvrage défendu.

Ça demande beaucoup d’énergie. Illustration :

C’est un métier qui nécessite d’avoir de bonnes qualités de sociabilité et du courage à revendre (car souvent, l’investissement n’est pas à la hauteur du résultat).

Les métiers de l’édition : le/la chargé•e de promotion

Toujours en fonction de la taille de la maison d’édition, la communication peut être prise en charge par une seule personne ou plusieurs.

Le modèle le plus fréquent reste une personne attachée de presse et une seconde chargée de l’événementiel et de la promotion.

Cette dernière est celle qui va s’occuper de mettre en place des séances de dédicaces dans les librairies et de faire tourner les auteur•es un peu partout. Elle va également les envoyer sur des salons, petits comme grands !

Pour ce qui est de l’illustré, le chargé de promotion va également s’occuper d’organiser des expositions des originaux, c’est-à-dire des vrais dessins qui ont servi à créer les BD et les livres.

Il peut également s’occuper de mettre en lien les auteur•es avec des écoles dans le cadre de rencontres scolaires, ou avec des organisateurs de prix. Ça en fait des interlocuteurs !

Voilà pour le petit tour d’horizon de métiers dans l’édition, qui est loin d’être exhaustif !

Connaissais-tu tous les métiers présentés ?

À lire aussi : REPLAY — Découvre le monde mystérieux de l’édition littéraire

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Lucie Kosmala


Tous ses articles

Commentaires
Forum (4) Facebook ()
  • Zoyta
    Zoyta, Le 18 avril 2017 à 16h10

    Hello hello !
    Je suis fabricante en maison d'édition et je revendique un peu certaines taches du travail de Directeur-trice artistique qui a été décrit dans l'article. Je ne m'occupe pas du contenu du livre, en revanche je suis en charge de conseiller l'éditeur au sujet des papiers et du façonnage du livre (et tout ce qui concerne le livre en tant qu'objet en fait). De plus, ce sont nous (les fabricants) qui gérons les impressions et la fabrication du livre (d'où notre intitulé de poste :)).
    Enfin voilà je voulais juste faire cette petite correction.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!