Les Fatals Picards sortent « Gros Con » contre les violences faites aux femmes

Les Fatals Picards s'insurgent contre les violences conjugales dans Gros Con, leur nouveau morceau ! Paix et amour sur leurs crânes.

Les Fatals Picards sortent « Gros Con » contre les violences faites aux femmes

Deux ans après Coming Out, leur dernier album, les Fatals Picards étaient de retour en octobre dernier avec une septième galette, Septième Ciel. Parmi les morceaux présents, on peut compter Gros Con, dont l’air entraînant façon chanson française rock tranche clairement avec les paroles.

Car Gros Con parle de violences conjugales : c’est l’histoire d’une femme qui tombe amoureuse d’un mec qui se révèle être un enfoiré prompt à la cogner. Le clip, en noir et blanc, met en lumière des femmes qui tiennent des pancartes avec des extraits de paroles ou des statistiques dramatiques : « 20% des homicides commis en France seraient dus aux violences conjugales » ou « 75 000 femmes sont victimes de viol en France tous les ans ».

Pas trop de pathos, des paroles intelligentes faussement légères et quelques jeux de mots, moi je dis banco : les Fatals Picards ont vraiment trouvé (depuis leurs débuts, d’ailleurs) leur façon de faire passer les messages.

– Merci à Calispera d’avoir partagé ce clip avec nous sur Twitter !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 12 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Suffragette
    Suffragette, Le 4 août 2016 à 0h39

    Ecrire une chanson qui s'appelle "gros con" pour la violence faite aux femmes... c'est leur faire violence encore une fois, ou c'est avoir un sérieux problème de vocabulaire.
    Que quelqu'un leur envoie un dictionnaire. Voire un dictionnaire spécialisé dans l'étymologie.
    Quand on écrit une chanson sur un sujet, on se renseigne avant, ou on fait lire à quelqu'un d'autre. Comme quoi on peut être célèbre et écrire vraiment de la merde.

Lire l'intégralité des 12 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)