LMK #48 — « C’est comme si t’avais cuit à l’envers ! »

Par  |  | Aucun Commentaire

Que se passe-t-il quand on cuit quelqu'un à l'envers ? On le congèle. C'est ce qui est arrivé à Zoé ! Elle te raconte ça dans ce 48ème épisode de Laisse-moi kiffer !

Louise Pétrouchka

Louise Pétrouchka

Louise était presque chauve jusqu'à ses deux ans. C'est peut-être pour ça que Fab a accepté de l'embaucher. Elle s'occupe des podcasts, du community management et de la rubrique musique !

Tous ses articles

Commentaires

zazouyeah

Je suis une fervente auditrice de lmk même si je ne commente jamais (j'écoute hors ligne et je ne pense pas souvent à revenir pour poster une réaction).

Je déroge à cette règle pour revenir sur les réactions pédagogiques (andragogique ?) face au harcèlement (au pasage, Big Up à Lina, à Cath et à Louise) car c'est une question que je me pose beaucoup également. Je pense que faire intervenir la soeur ou la mère des harceleurs ne marche pas toujours car certains se font un plaisir de rétorquer que les femmes de leur entourage "se respectent" et "ne sortiraient pas à une heure pareille/ne s'habilleraient pas comme ça" etc. Ceux là font une différence entre "les mères" et "les salopes" et considèrent le harcèlement comme un moyen de rappeler ces dernières à l'ordre, ou simplement que ces dernières ne méritent aucun respect.

Un invité d'un des premiers épisodes (je ne me rappelle plus lequel) du podcast de Victoire Tuaillon utilisait une comparaison que je trouve plus appropriée pour faire comprendre aux harceleurs la portée de leurs actes : il leur disait de ne pas adopter envers une femme un comportement qu'ils n'aimeraient pas qu'un homme adopte envers eux s'ils étaient en prison. Il me semble que c'est une bonne manière de leur faire prendre conscience de la position vulnérable que les femmes ont dans l'espace public (puisque la plupart d'entre eux seraient apparemment "flattés" de se faire harceler par des femmes...)