Les White Stripes se séparent

Sale temps pour le rock’n’roll aujourd’hui. Les White Stripes, groupe né à Detroit dans le Michigan en 1997, ont annoncé leur séparation hier soir. Jack et Meg White étaient probablement un des meilleurs groupes de ces quinze dernières années : un son volontairement rugueux – Jack à la guitare, Meg à la batterie – des […]

Les White Stripes se séparent

Sale temps pour le rock’n’roll aujourd’hui. Les White Stripes, groupe né à Detroit dans le Michigan en 1997, ont annoncé leur séparation hier soir. Jack et Meg White étaient probablement un des meilleurs groupes de ces quinze dernières années : un son volontairement rugueux – Jack à la guitare, Meg à la batterie – des influences jazz et garage rock 60s, une esthétique minimaliste mais personnelle (dès le départ, le duo portait du rouge et blanc sur eux et leurs instruments de musique, telle une signature). So this is the end, my friend.

Aucune rancœur ou mésentente entre les deux compères, seulement une envie d’arrêter en pleine ascension pour préserver « la beauté et l’originalité » de leur groupe. On se souvient qu’à leurs débuts, ils prétendaient être frère et sœur, alors qu’ils étaient en réalité ex-mari et femme. Dans le superbe documentaire Under Great White Northern Lights, il ne fait aucun doute qu’entre Jack et Meg White, c’est pour la vie. Ils ont déclaré :

« The White Stripes n’appartiennent plus à Meg et Jack. The White Stripes vous appartiennent désormais, et vous êtes libres d’en faire ce que vous voulez. Ce qui est beau avec l’art en général et la musique en particulier, c’est qu’ils peuvent durer éternellement si on le veut. Merci d’avoir partagé ça avec nous. Votre participation ne sera jamais oubliée, et nous vous en sommes vraiment reconnaissants. »

Les deux artistes ne quittent pas la musique pour autant : Jack White fait toujours parti de The Dead Weather et des Raconteurs, et a toujours son label / magasin de musique Third Man Records à Nashville. Meg White continue à fréquenter la scène musicale de Nashville, Tennessee, également.

Mais vous savez ce qui va se passer : dans dix ans, frustrés de ne plus jouer ensemble, ils remonteront sur scène pour une dernière tournée.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 10 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Balkis
    Balkis, Le 6 février 2011 à 14h32

    BurnTheduck;2022419
    Aaaargh... Bon, je vais aller pleurer un coup et je reviens.

    Sérieusement, c'est marrant, parce que je discutais l'autre fois avec mon copain de rock et tout, et je disais justement que notre génération avait pas de groupe mythique (dans le sens des Doors, ou des Beatles) qui aurait eu un succès incontestable sans pour autant faire de la soupe et représenterait vraiment une génération.
    Et il me disait qu'à la limite, il y avait les White Stripes, même s'il n'avaient pas la même "aura" que des groupes d'il y a 30 ou 40 ans...

    Bref, bouh quoi!
    Quand j'ai lu ton message je me suis dis, mais elle exagère! Et en réfléchissant, je n'ai pas trouvé de groupe universel, qui a cette aura comme tu dis. C'est vrai! Aujourd'hui il y a tellement de groupes, l'industrie de la musique n'est clairement plus la même, mais j'avoue que les White Stripes avait un truc en plus, une certaine sobriété originale (lol) ... Mais très loin de tous les groupes mythiques des années 60/70. Après je pense qu'avoir ses petits groupes à soi c'est super kiffant. Mais pour revenir à l'article, les White Stripes me manqueront c'est clair, surtout que comme d'autres je n'ai jamais pu les voir en concert.
    Sinon dans le monde de ma névrose paranoïaque, je pense que, forcement, monsieur préfère sa chérie Karen Elson à Meg, qui pauvre d'elle à des crises de panique, que peut être c'est Karen qui voulait pas qu'il retourne en studio. Aha je m'arête là.

Lire l'intégralité des 10 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)