Quatre web-séries à suivre en 2015 — La sélection Séries Mania

Envie de nouveauté entre deux épisodes de « Game of Thrones » ? Suis le guide et découvre une sélection de web-séries venues du monde entier, présentées au festival Séries Mania.

Quatre web-séries à suivre en 2015 — La sélection Séries Mania

Le festival Séries Mania a lieu au Forum des Images à Paris jusqu’à dimanche, et cette sixième édition fait honneur à un nouveau format de séries très intéressant : la web-série. Loin d’être moins bien réalisées, scénarisées et jouées, les web-séries se font progressivement une place au soleil, avec des productions à la mode comme Les Textapes d’Alice ou Relationship.

Voici une sélection des web-séries que j’ai préférées lors de leur présentation à Séries Mania et pour lesquelles vous pouvez voter ici jusqu’à minuit ce soir !

À lire aussi : Le festival Séries Mania 2015 dévoile son chouette programme

Thomas est nerveux (Québec)

« Oh bah tiens, Louise a aimé une oeuvre québécoise, quelle originalité ! » Je plaide coupable : j’aime l’humour québécois, leurs acteurs (par exemple, David Giguère, enfant musicien dans Starbuck, coloc un peu demeuré dans Thomas est nerveux), leur façon de voir et d’écrire les choses.

À lire aussi : La musique québécoise en quatre artistes à découvrir

En ce sens, Thomas est nerveux est une pépite : sorte de Bref. à la québécoise, cette web-série va compter dix épisodes au cours desquels on apprend à connaître Thomas, trentenaire bon à rien et totalement dans l’air du temps. Un mec qu’on n’aimerait pas forcément avoir comme chum (petit ami) mais dont ben cool (fort plaisant) à regarder.


 Max & Billy’s Drill Machine Girl (Hollande)

Après avoir passé quelques secondes perplexe, à tenter de reconnaître la langue hollandaise, j’ai été absolument charmée par Max & Billy’s Drill Machine Girl. Fiction à mi-chemin entre le teen movie et le making-of d’un film fait à la maison, cette série en dix épisodes suit les aventures de Max et Billy, lycéens amoureux du septième art et cinéastes en devenir.

Une web-série drôle et cinéphile, des acteurs à suivre, une écriture efficace et bien gaulée : mon coup de coeur du festival !

Whatever, Linda (Canada)

Deuxième série dramatique présentée au festival après Les BergesWhatever, Linda est une web-série inspirée des scandales financiers à la Bernard Madoff. Linda, trentenaire et divorcée à New York en 1978, décroche un job de secrétaire dans une grande banque : elle galère pour payer son loyer, s’engueule avec son ex-mari alcoolique et ne voit pas trop comment sa vie et celle de ses collègues pourrait s’améliorer considérablement.

Heureusement, Linda imagine une arnaque à grande échelle pour récupérer des dollars par-ci par-là et voit sa vie changer du tout au tout. Extrêmement bien jouée et réalisée, cette web-série en dix épisodes est un véritable bijou d’écriture qui prouve que la fiction Internet n’a rien à envier à la télévision.

Dring (France)

Produite par le Studio 4, décidément bien calé en web-séries sympathoches, Dring présente des VRP (vendeur•ses qui viennent chez toi pour te vendre un aspirateur) et les situations improbables dans lesquelles ils s’embarquent en un coup de sonnette. Une série intéressante et drôle qui passe de la blague grasse au huis-clos angoissant, d’un sketch à l’autre ! 


Cette première séance des web séries de Séries Mania a aussi été l’occasion de (re)découvrir The Evening Cigarette, Je suis super et Trois dans la tête. Avis aux parisien•nes, une deuxième séance a lieu ce vendredi 24 avril à 18h15 au Forum des Images !

À lire aussi : Girls are assholes : entretenir les clichés sexistes par « l’humour »

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 2 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

Lire l'intégralité des 2 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)