Vol 93 (Paul Greengrass)

Sortie en salles le 12 juillet 2006 Réalisé par Paul Greengrass 11 septembre 2001, une date bien ancrée dans nos mémoires que Vol 93 nous propose de revivre. Ce n’est pas un scénario "catastrophe". Non, c’est pire. Ce film est un drame auquel on assiste, impuissants. Ce jour-là, quatre avions ont été détournés. Deux se […]

Sortie en salles le 12 juillet 2006
Réalisé par Paul Greengrass

11 septembre 2001, une date bien ancrée dans nos mémoires que Vol 93 nous propose de revivre. Ce n’est pas un scénario "catastrophe". Non, c’est pire. Ce film est un drame auquel on assiste, impuissants.

Ce jour-là, quatre avions ont été détournés. Deux se sont encastrés dans les Twin Towers, un s’est crashé dans le Pentagone. Et le dernier, ce fameux vol 93 s’est écrasé quelque part loin de sa cible, en plein milieu de l’état de Philadelphie, grâce aux passagers qui se sont révoltés contre les terroristes.

Minute après minute, on revit cette tragique matinée, le départ du vol 93, puis les premiers avions à être détournés. On revoit le World Trade Center en feu après le premier avion, on sent son cœur se serrer lorsque le deuxième explose devant ces américains sidérés. On suit les responsables des aéroports et l’armée qui peine à agir. On se rend compte du manque d’organisation, sûrement un défaut de communication.

"Et si en plus, il n’y a personne…" (Alain Souchon)

Et puis, il y a les passagers. On sait comment ça finit, il n’y a pas d’autre issue. Ils vont mourir. Malgré tout. Les minutes passent, c’est insoutenable, parfois violent, et souvent, on voudrait pleurer devant toute cette horreur. Notons également le fait que Vol 93 s’attarde beaucoup sur les terroristes. Loin de l’image des illuminés kamikazes, les hommes d’Al Qaïda sont montrés comme des êtres humains, qui ont une famille, qui doutent et ont la trouille et qui ne savent pas vraiment comment s’y prendre pour calmer les passagers.


Photo © Mars Distribution

Ce n’est pas juste un film. Tout ceci s’est vraiment passé, et l’histoire ne changera pas. On ne peut pas se dire, "oh, ce n’est que du cinéma, ce genre de choses n’arrive pas en vrai". Et bien si, dommage, ça arrive, c’est arrivé, et ça ne laisse pas de marbre.

Paul Greengrass a déjà réalisé Bloody Sunday, sur la manifestation de Londonderry (Irlande) qui avait viré au cauchemar après que l’armée anglaise ait tiré sur des civils. Une fois encore, il offre un regard plutôt neutre sur l’événement, il relate les faits avec cette capacité incroyable à émouvoir, à faire percevoir toute la portée tragique du moment. Ça ne donne pas dans le larmoyant, mais ça oblige à affronter un peu ce 11 septembre qui a généré tellement de mauvaises choses.

On sort du cinéma troublé, incapable de bien réaliser les images qui ont défilé devant nos yeux de spectateurs. Il faut se dire que c’est vrai, peut-être un peu adapté, mais ça reste un docu-fiction très bien mis en scène. C’est prenant, révoltant, touchant.

Et puis, on retourne à nos petites vies. C’était du cinéma, c’était la réalité, on s’en moque. Je pense qu’on ne peut pas juger ce film sans l’avoir vu. Beaucoup sont sceptiques quant à l’idée d’affronter ce Vol 93. Cela regarde chacun. Personnellement, je l’ai apprécié, avec mon recul, ma façon de voir les choses. Alors, bien sûr, je te le conseille, mais je suis persuadée que sa portée dépend vraiment des mentalités. On n’aborde pas tous ce film de la même manière.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 18 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Euphoria
    Euphoria, Le 26 septembre 2006 à 23h52

    Caramiel
    Ben je sais pas, j'ai trouvé ça trop exagéré, personne n'était vraiment là que je sache. Enfin bon :P je parle du coup de la photo.

    Tu sais qu'on se fait de la transmission de pensée, parce que je venais justement sur le site juste pour voir si tu m'avais répondu, et miracle :P Je comprends tout à fait ce que tu veux dire, moi aussi, pendant le film, je me suis souvent demandée ou était la part de réelle.

Lire l'intégralité des 18 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)