Le « viol doux » et le « viol violent », une vidéo répugnante

Le « viol doux », à différencier du « viol violent » (qui a dit pléonasme ?), est la nouvelle théorie sortie du cerveau malade d'un YouTubeur. Prenez un sac en papier, on sait jamais.

Le « viol doux » et le « viol violent », une vidéo répugnante

Mise à jour un peu plus tard – La chaîne Youtube de la personne qui a fait la vidéo différenciant le « viol doux » du « viol violent » a été clôturée. On ne sait pas si c’est lui-même qui a choisi de la fermer ou si la décision vient de Youtube, mais ne cherchez donc pas à la retrouver pour la regarder : elle n’est plus en ligne.

Le 13 janvier 2014 – Sur YouTube, on trouve de tout : des vidéos de chatons, des reprises de la chanson du moment dans tous les styles possibles, des sketchs, des fails, mais aussi des mecs qui viennent nous expliquer tranquillou-bilou qu’il existerait des « viols doux » et des « viols violents » (sic).

À ce stade de la lecture je te conseille de te munir d’un objet de type mou comme un oreiller, une peluche ou mon cul afin de pouvoir taper dedans sans te faire mal à la main, ce qui serait dommage.

Un charmant jeune homme, que nous appellerons Quézac M. Pusso, a en effet cru bon de publier début décembre une vidéo de lui-même, confortablement allongé dans son lit, nous lisant d’une voix ferme et assurée un texte de sa création expliquant son avis personnel sur le viol.

Il définit ainsi ce qu’il appelle un viol « doux », effectué par surprise sur une inconnue en lui plaquant une main sur la bouche de manière sensuelle et charismatique et en lui enlevant doucement ses vêtements, jusqu’à ce que la victime succombe devant tant de swag et soit secouée par de multiples orgasmes. Rien que ça.

Attention, rien à voir avec un viol « classique », c’est à dire « le viol de tous les jours » selon notre expert, effectué par surprise sur une inconnue en lui plaquant une main sur la bouche MAIS de manière brutale en lui enlevant rapidement ses vêtements et la frappant avant de la « baiser violemment ». Contrairement au premier cas, cet acte est bien sûr totalement condamnable pour notre ami, parce que tout de même faudrait pas pousser, on n’est pas des sauvages.

À acheter d’urgence dans toutes les bonnes grandes surfaces.

Bien sûr, cette vidéo regroupe tellement d’énormités qu’elle en deviendrait presque comique si elle ne véhiculait pas autant d’idées dangereuses, puisqu’il est manifeste que M. Pusso cherche à minimiser et légitimer un crime en utilisant les leviers classiques de la culture du viol, en assimilant par exemple une agression sexuelle à une technique de séduction et en soulevant l’argument que de toute façon les femmes ne demandent que ça et fantasment dessus très fort le soir devant Les Princes de l’Amour.

Manque de pot, le fantasme du viol, c’est un peu plus compliqué que ça.

On retrouve également la banalisation à la fois du viol et de la violence conjugale, puisque M. Pusso dit qu’un « viol doux » ne traumatisera pas une femme puisqu’il s’agit du même schéma qu’un mari baisant son épouse par surprise, du coup tout va bien. On en est au point où la logique a posé sa démission pour se barrer élever des loutres en Corrèze.

La logique : une allégorie.

Il utilise enfin un procédé très pratique dans ce genre de cas, en associant des adjectifs positifs comme « doux », « sensuellement », « délicatement », en parlant de viol pour le dédramatiser et le faire passer pour une technique de drague tout en déféquant allègrement au passage sur le droit français qui nous dit :

Article 222-23

« Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui par violence, contrainte, menace ou surprise est un viol. »

Article 222-22

« Constitue une agression sexuelle toute atteinte sexuelle commise avec violence, contrainte, menace ou surprise.

Le viol et les autres agressions sexuelles sont constitués lorsqu’ils ont été imposés à la victime dans les circonstances prévues par la présente section, quelle que soit la nature des relations existant entre l’agresseur et sa victime, y compris s’ils sont unis par les liens du mariage. »

J’ai pas mal cherché sur le site du gouvernement et nulle part je n’ai trouvé mention de « par contre si tu es aussi charismatique qu’Edward Norton et que tu dégages la chaleur d’une bonne raclette en hiver, c’est cool, tu peux y aller gros ». Étrange.

On pourrait alors se demander s’il est vraiment pertinent de relever ce genre de vidéo tant la provocation est évidente : le mec est manifestement très fier de lui et la phrase de fin « n’hésitez pas à me laisser des commentaires et j’espère que je ne vous aurai pas trop choqué [petit sourire satisfait] » montrent qu’il est parfaitement conscient de ce qu’il dit et des réactions qu’il risque de susciter.

De plus l’intégralité de sa chaîne YouTube est composée de vidéos du même acabit : on peut donc imaginer que soit le gars a de graves problèmes à régler avec les individus de sexe féminin, soit c’est un petit troll qui cherche à surfer sur la vague de ces grands humoristes que sont Guillaume Pley et Ganesh.

Le problème c’est que comme pour ce dernier, on trouve très vite de nombreux internautes prêts à les prendre pour exemples et à suivre ces « conseils » au premier degré.

Sur les forums de jeuxvideo.com, M. Pusso est déjà considéré comme un « dieu » et il existe de nombreux forums ou blogs consacrés aux techniques de séduction qui reprennent ce schéma et véhiculent l’idée qu’il existe en effet plusieurs types de viols, plus ou moins acceptables.

Que ce soit clair, non, jamais, même en le voulant très fort jusqu’à en mouiller les draps, un viol ne sera « doux », ni « sensuel » ni « acceptable ». C’est un crime et une agression envers un autre être humain et c’est passible de lourdes peines d’emprisonnement.

Tu l’as dit Barack.

Heureusement, YouTube nous permet aussi de retrouver foi en l’humanité, puisque le dernier épisode de Salut les Geeks consacre plusieurs minutes à tacler M. Pusso, ce qui est, pour le coup, plutôt jouissif. Je ne peux que vous conseiller cette vidéo, qui vous permettra en plus d’éviter de donner des vues au premier YouTubeur déjà un peu trop fier de lui.

SLG a été la première émission sur YouTube à adapter le concept de video reviews en France, en s’inspirant entre autres de l’américain Ray William Johnson. Elle fait partie de mes crushs Youtubiens avec What the Cut d’Antoine Daniel et Crossed de Karim Debbache, et m’a fait développer un étrange fétichisme des costumes d’animaux que j’essaie depuis de contrôler sans grand succès.

N’hésitez pas à faire un tour sur sa chaîne, c’est extrêmement drôle et depuis le début de la saison 4, Matthieu Sommet, le créateur de l’émission, s’attaque de plus en plus à des sujets de société, ce qui n’est pas pour me déplaire.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 84 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • PC
    PC, Le 19 janvier 2014 à 20h24

    Je ne comprends pas pourquoi vous faites un article sur lui.. C'est tout ce qu'il voulait...

Lire l'intégralité des 84 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)