Les mensurations irréelles des mannequins au Venezuela

Au Venezuela, un fabricant de mannequins a décidé de modifier les mensurations de ses modèles pour booster ses ventes. Résultats : des poitrines démesurées, des tailles très fines et des canons de beauté irréels.

En Europe, les grandes marques commencent à faire des efforts de diversité niveau canons de beauté : entre H&M qui choisit Jenny Runk comme égérie ou Debenhams qui diversifie au maximum ses mannequins, l’industrie de la mode essaye peu à peu de mettre toutes les morphologies à l’honneur. Par contre, de l’autre côté de l’Atlantique, c’est une autre affaire.

En Amérique latine, les canons de beauté féminins sont très fantasmés : en plus d’être minces, bien habillées, impeccablement maquillées et coiffées, les demoiselles apprécient particulièrement les poitrines généreuses. Au Venezuela, les filles ont très souvent recourt à des augmentations mammaires : certaines se feraient même offrir l’opération pour leurs 15 ans, la fête de « quinceañera » (voir l’article Être belle au pays des Miss Monde — Carte postale du Venezuela).

En vitrine, une demoiselle conforme aux canons de beauté…

Les grosses poitrines y sont d’ailleurs tellement adulées qu’un fabricant de mannequins en a fait sa signature : déçu par ses ventes, Eliezer Álvarez a décidé d’appliquer ces standards de beauté à ses mannequins de boutiques. Résultat : des poupées aux mensurations inhumaines avec une poitrine énorme, des jambes très longue et une taille très fine. En très peu de temps, les mannequins se sont retrouvés dans les vitrines de tout le pays et les ventes ont explosé (voir la vidéo du New York Times).

Dans l’atelier d’Eliezer Álvarez

Cette initiative banalise complètement le recours à la chirurgie esthétique et encourage encore plus les demoiselles à atteindre un idéal de beauté irréel en se faisant augmenter la taille de leur seins (parfois de façon démesurée, ce qui peut être dangereux puisque c’est une opération très délicate). Entre le diktat de la minceur, l’influence de la chirurgie plastique et l’importance d’être toujours belle… pas facile d’être une fille au Venezuela !

Et toi, de quel oeil vois-tu cette initiative ?

— Merci à Claire-Lise qui nous a suggéré l’info sur Facebook !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 14 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Zi-frappadingue
    Zi-frappadingue, Le 17 novembre 2013 à 16h21

    Ce serai bien d'eviter le body shaming, mais dans les deux sens. comment dire? J'ai la taille tres fine, les hanches tres large, et je fait un bonnet G/H donc, quand je vois des commentaires dire que ces mannequins qui sont assez proches de ma morphologie (sauf que je suis tres petite) sont difformes, ça me blesse. voilà

Lire l'intégralité des 14 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)